En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 351.49 PTS
-4.23 %
4 311.50
-4.97 %
SBF 120 PTS
3 414.93
-4.22 %
DAX PTS
9 632.52
-3.68 %
Dow Jones PTS
21 636.78
-4.06 %
7 588.37
-3.91 %

Chute de la Bourse de Tokyo, moindres dégâts sur les places de Chine

| AFP | 4494 | 3.60 par 5 internautes
L'indice Nikkei a dégringolé de plus de 4% à l'ouverture le 25 février 2020
L'indice Nikkei a dégringolé de plus de 4% à l'ouverture le 25 février 2020 ( Philip FONG / AFP )

Les Bourses asiatiques étaient encore mues par l'inquiétude mardi, en raison de l'accélération de la propagation de l'épidémie de coronavirus hors de Chine, une diffusion étendue qui fait craindre des répercussions macroéconomiques majeures.

A la Bourse de Tokyo, fermée lundi pour cause de jour férié, l'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a fini en recul de 3,3%, soit un plongeon de 781,33 points, à 22.605,41 points. L'indice élargi Topix a abandonné 3,33% à 1.618,26 points. L'indice élargi Topix abandonnait de son côté 3,81%.

Les places financières chinoises ont fini de façon hétérogène: l'indice composite de Shanghai a perdu 0,60% à 3.013,05 points. Cependant, celui de Shenzhen a repris 0,51% à 1.943,17 points. L'indice Hang Seng de Hong Kong était en légère hausse de 0,13% une heure avant la clôture.

Les marchés mondiaux avaient dégringolé lundi face à la diffusion internationale du coronavirus apparu en Chine en décembre.

A Wall Street, le Dow Jones a connu sa pire séance en plus de deux ans avec une chute de 3,56%, le Nasdaq est tombé de 3,71% et le S&P 500 de 3,35%.

Les places européennes ont clôturé sur des pertes comprises entre 3% et plus de 5%. La Bourse de Paris a notamment chuté de 3,94%, Londres de 3,34%, Francfort de 4,01%, Milan de 5,43%, Zurich de 3,58% et Madrid de 4,07%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro s'est enfoncé de 4,01%.

Alors que les actions plongeaient, au premier chef celles des secteurs exposés à la Chine (matières premières, automobile, tourisme et luxe), les investisseurs se sont repliés vers les valeurs refuge, à savoir les obligations d'Etat et l'or.

Après avoir atteint dans la matinée un nouveau sommet en sept ans, à 1.689,31 dollars, l'once d'or refluait à 1.641,66 dollars vers 08H00 GMT.

"Le marché s'inquiète du fait que la multiplication des cas hors de Chine ne se traduise par une pandémie mondiale susceptible d'avoir des répercussions macroéconomiques significatives", a commenté auprès de l'AFP Daniel Larrouturou, gérant actions de Dôm Finance.

Le coronavirus fait plonger les places financières
Le coronavirus fait plonger les places financières ( / AFP )

"Tant que nous avions l'impression que l'épidémie était cantonnée à la Chine, les raisons de s'inquiéter étaient moindres. Maintenant que les cas se multiplient en dehors de Chine, en Corée du Sud, en Iran et désormais en Italie, les marchés réévaluent les impacts macroéconomiques possibles", a-t-il complété.

Deux mois après l'apparition du nouveau coronavirus dans le centre de la Chine, l'épidémie s'est accélérée lundi à travers le globe avec notamment des bilans en forte hausse en Corée du Sud et en Iran, qui comptent respectivement le plus grand nombre de cas de contamination et le plus grand nombre de décès en dehors de Chine.

L'Italie, qui compte désormais sept morts, est devenue le premier pays d'Europe à mettre en place un cordon sanitaire autour d'une dizaine de villes du Nord.

Mardi, le Premier ministre italien Giuseppe Conte a estimé que l'origine d'un foyer épidémique dans le nord de l'Italie était dû à la gestion non conforme "d'un hôpital".

Et cinq pays ont annoncé lundi de premiers cas de contamination: Afghanistan, Bahreïn, Koweït, Irak et Oman.

La reprise "en péril"?

"D'abord c'était l'Iran, après l'Italie", donc cela "touche l'espace Schengen, ce qui pose un vrai problème puisque c'est une zone ouverte", a estimé auprès de l'AFP Alexandre Baradez, analyste chez IG France.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a d'ailleurs appelé lundi la planète à se préparer à une "éventuelle pandémie" du nouveau coronavirus, en jugeant "très préoccupante (...) l'augmentation soudaine" de ces nouveaux cas hors de Chine.

Les investisseurs ont de la "difficulté à mettre un prix sur ce risque", a jugé M. Baradez, et c'est ce que les marchés reflètent.

La directrice du Fonds monétaire international (FMI) Kristalina Georgieva a déclaré dimanche que le coronavirus avait "perturbé l'activité économique en Chine" et pourrait "mettre en péril" la reprise de l'économie mondiale.

Un économiste de la Maison Blanche a souligné lundi que les perturbations relatives à cette épidémie auraient un effet sur l'économie américaine, précisant que l'ampleur de l'impact restait incertain.

"Alors que la publication des résultats 2019 touche à sa fin, les effets liés au coronavirus pourraient être de plus en plus importants sur les publications du premier trimestre, et les alertes sur résultats pourraient être annoncées dans de nombreux secteurs d'ici là", a prévenu dans une note Vincent Boy, analyste chez IG France.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 3.60
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/03/2020

Xilam Animation présente les mesures prises par la société dans le cadre de la crise sanitaire Covid-19...

Publié le 27/03/2020

Le groupe Vicat a annoncé que les perspectives 2020, présentées le 14 février 2020 dans le cadre des résultats 2019, devront désormais être revues en fonction du potentiel impact du Covid-19…

Publié le 27/03/2020

Delfingen a publié un résultat net part du groupe en hausse de 48% à 8,5 millions d'euros pour l'exercice 2019. L'EBITDA ressort à 28,4 millions d'euros (+58%) dont +5,2 millions d'impact des…

Publié le 27/03/2020

Le résultat net, intégrant 3,8 ME de charges exceptionnelles additionnelles, s'élève à -24,4 ME

Publié le 27/03/2020

EssilorLuxottica a annoncé qu'au vu de l'évolution de l'épidémie de Covid-19 et de la probable incertitude prolongée qu'elle engendre, la société a décidé d'arrêter l'exécution de son…