En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 341.17 PTS
-1.15 %
5 342.50
-1.12 %
SBF 120 PTS
4 283.95
-1.06 %
DAX PTS
12 242.93
-0.94 %
Dowjones PTS
25 299.92
+0.00 %
7 447.17
+0.00 %
1.132
-0.17 %

GB: les banques capables de soutenir l'économie en cas de Brexit "désordonné"

| AFP | 521 | Aucun vote sur cette news
La Banque d'Angleterre à Londres, le 1er novembre 2017
La Banque d'Angleterre à Londres, le 1er novembre 2017 ( Daniel LEAL-OLIVAS / AFP/Archives )

La Banque d'Angleterre (BoE) a annoncé mardi que les banques britanniques avaient réussi ses tests de résistance et étaient capables de soutenir l'économie même en cas de Brexit "désordonné".

La BoE a passé en revue les sept banques principales du pays, à savoir Barclays, HSBC, RBS, Lloyds Banking Group, Nationwide, Santander UK et Standard Chartered, en évaluant leur capacité à faire face à des conditions économiques brutalement défavorables.

C'est la première fois depuis les premiers tests de 2014 que toutes les banques passent avec succès l'examen.

Les conditions théoriques comprenaient une chute du PIB britannique de 4,7%, un bond des taux d'intérêt de la BoE à 4%, un effondrement de 33% des prix de l'immobilier ou encore une dégringolade de 27% de la livre.

La BoE, dans son rapport de stabilité financière publié également mardi, estime en particulier que les banques seraient en mesure de continuer à soutenir l'économie "réelle" en cas de Brexit "désordonné", donc sans renflouement des pouvoirs publics et sans baisse des prêts.

Elle prévient toutefois qu'un Brexit "désordonné" combiné à une sévère récession mondiale et à des coûts élevés liés à des litiges pourraient entraîner des conditions plus dures que celles prises en compte dans les tests. Dans ce cas, les banques devraient probablement réduire leur prêts à l'économie.

Les tests de résistance "montrent que le système bancaire britannique est résilient à de fortes récessions simultanées au Royaume-Uni et dans le monde, à une chute des prix des actifs et aux coûts des mauvaises conduites", écrit la BoE.

L'institution estime que les banques testées disposent de suffisamment de capitaux pour résister à des chocs violents qui causerait des pertes d'environ 50 milliards de livres sur deux ans.

La situation de deux banques, Barclays et RBS, était toutefois jugée quelque peu délicate à fin 2016 mais la BoE a tenu compte des rentrées d'argent frais enregistrées cette année ce qui permet à ces deux établissements de réussir les tests.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/08/2018

En outre, le FCP renforce la position sur Econocom

Publié le 15/08/2018

Le net repli des métaux et autres matières provoque de lourds dégagements sur les valeurs liées de près ou de loin aux 'commodities'

Publié le 15/08/2018

Macy's relève ses objectifs annuels comme il l'avait déjà fait à l'occasion de la publication de ses résultats du premier trimestre, mi-mai. Le distributeur table désormais sur un bénéfice par…

Publié le 15/08/2018

Après un exercice 2017 décevant

Publié le 15/08/2018

Air France-KLM (+0,73% à 8,842 euros) est une nouvelle fois à l'honneur à la Bourse de Paris. A l'affût de toute information suggérant un règlement rapide de la question de la gouvernance de la…