5 319.17 PTS
-
5 307.50
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-
DAX PTS
12 993.73
-
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
-0.39 %
Nikkei PTS
22 376.17
-0.09 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les baleines, nouvelles stars de l'écotourisme en Islande

| AFP | 62 | Aucun vote sur cette news
La queue d'une baleine apparaît au large de Husavik, dans le nord de l'Islande. Photo d'archives prise le 28 juin 2011
La queue d'une baleine apparaît au large de Husavik, dans le nord de l'Islande. Photo d'archives prise le 28 juin 2011 ( HALLDOR KOLBEINS / AFP )

Longtemps, les baleines d'Islande ont surtout fini dans les assiettes sous forme de steak. Mais les moeurs évoluent et, à mesure que les visiteurs déferlent dans la petite île subarctique, les baleines sont devenues des stars de l'écotourisme.

"Baleine de Minke à deux heures, à environ 200 mètres", s'écrie, micro en main, Alberto Alejandro, guide espagnol de la compagnie Elding dont le bateau cabote paisiblement au large de la capitale Reykjavik en cette fin d'été.

L'apparition est furtive: on ne distingue que le fin aileron dorsal au moment où le mammifère remonte à la surface pour respirer mais c'est suffisant pour que la soixantaine de passagers laisse éclater sa joie.

"C'est l'une des choses que nous voulions absolument faire en venant pour la première fois ici", confie Joachim Holm, un touriste suédois. "Nous avons peu d'occasions de voir des baleines en vie."

Alors que les écologistes et certains scientifiques bataillent contre le harponnage des baleines, celles-ci subissent de nouveaux assauts: ceux des touristes. Les embarcations chargées de naturalistes amateurs perturbent ces mammifères marins.

Pourtant, à tout prendre, mieux vaut encore déplacer les cétacés que de les dépecer, estiment les défenseurs de l'environnement.

À Húsavík, dans le nord du pays, ou en baie de Faxaflói accessible depuis Reykjavík, plus de 355.000 personnes ont pris la mer en 2016 dans l'espoir d'apercevoir les baleines pérégrinant dans les eaux argentées de l'Atlantique nord. C'est 30% de plus qu'en 2015 et quatre fois plus qu'il y a dix ans.

- Tradition contre tourisme vert -

C'est au coeur de cette même baie de Faxaflói qu'a lieu la pêche à la baleine de Minke (ou petit rorqual), dont la population (stable) est estimée à 32.000 individus dans les eaux islandaises, selon les chiffres du gouvernement.

L'écotourisme en Islande attire de plus en plus de visiteurs, dont nombre embarquent à bord de bateaux pour tenter de voir des baleines. Photo prise le 28 juin 2011
L'écotourisme en Islande attire de plus en plus de visiteurs, dont nombre embarquent à bord de bateaux pour tenter de voir des baleines. Photo prise le 28 juin 2011 ( HALLDOR KOLBEINS / AFP )

Contrairement à la pêche au rorqual commun, suspendue faute de débouchés commerciaux au Japon, la pêche à la baleine de Minke perdure en Islande, seul pays au monde avec la Norvège à ignorer le moratoire sur la pêche à la baleine commerciale datant de 1986. Si le Japon s'y soustrait aussi, c'est officiellement à des fins scientifiques, bien que la viande de baleine atterrisse souvent sur le marché au bout du compte...

Alessandro Rosa, un touriste italien, dit respecter les "traditions" de l'Islande où la pêche à la baleine est attestée depuis le XIIIe siècle. Mais "je n'ai jamais mangé de viande de baleine et je n'ai pas l'intention d'y goûter", assène-t-il.

Les Islandais eux-mêmes consomment peu de viande de baleine et si la pêche se poursuit, c'est avant tout pour satisfaire la demande des touristes, qui ont été 1,8 million à venir en Islande en 2016 et devraient franchir le seuil des 2 millions en 2017.

Depuis plusieurs années, l'Islande est toutefois loin d'exploiter les quotas auxquels elle a droit. La faute notamment au mauvais temps, qui entrave la chasse. IP-Utgerd Ltd, l'entreprise du pays spécialisée dans la chasse à la baleine de Minke, a tué 17 mammifères en 2017 (contre 46 en 2016), loin des 224 prises de baleines de Minke autorisées cette saison en vertu du quota islandais.

- Baleine à la carte -

À Reykjavík, le restaurant Thrír Frakkar a mis la baleine à son menu depuis son ouverture en 1989. Les Asiatiques en sont les plus friands. "Ils sont plus habitués à la viande de baleine, c'est plus dans leur culture", explique le chef Stefán Úlfarsson.

Venue de Saint Petersburg en Floride (sud-est des Etats-Unis), Sarah Krieger n'a rien contre une bouchée de baleine, défendant une gestion "responsable" des populations. "Les humains sont au sommet de la chaîne alimentaire", plaide-t-elle.

Chasse et tourisme cumulés, les baleines seraient la source d'environ 100 millions d'euros de recettes annuelles, dans un pays au PIB de près de 20 milliards d'euros, selon les estimations de spécialistes.

L'observation touristique des baleines rapporterait chaque année près de 3 milliards de couronnes soit 23 millions d'euros, d'après Hvalaskoðunarsamtök Íslands, l'Association des baleines d'Islande.

Pour la chasse, aucun chiffre fiable n'est disponible mais en 2010 l'université de Reykjavik avançait le chiffre de 94 millions de dollars (80 millions d'euros), qui inclut la hausse des prises de cabillaud, d'aiglefin et de capelan non avalés par les baleines harponnées.

L'activité de la chasse à la baleine reste rentable, selon les chiffres du secteur, avec en moyenne 45 prises par an depuis 2003 et un prix pour la viande de baleine qui a plus que doublé en une décennie, à 2.500 couronnes par kilo (20 euros, 24 dollars), soit plus que le poulet ou le porc.

Mais les consommateurs se font plus rares au fil du temps. Les enquêtes du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) mettent en évidence le déclin de la consommation de viande de baleine par les touristes étrangers, qui sont le premier public visé: en 2016, seuls 12% d'entre eux indiquaient en avoir mangé, contre 40% en 2009, selon l'ONG.

Le responsable de l'antenne islandaise de l'IFAW, Sigursteinn Másson, est persuadé que la chasse à la baleine vit ses dernières heures, victime notamment du climat et du changement de mentalités.

Le directeur général de IP-Utgerd Ltd, Gunnar Bergmann Jónsson, lui, veut encore y croire, et rappelle que la baleine de Minke n'est pas une espèce menacée.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/11/2017

Gennevilliers, le 17 novembre 2017, Communiqué de presse Réalisation définitive de la fusion-absorption par Prologue de sa filiale Imecom…

Publié le 17/11/2017

Les fluctuations d'activité rencontrées par le fret ferroviaire n'ont pour l'instant pas d'impact sur l'activité de la société...

Publié le 17/11/2017

L'actuel Directeur Général d'EuropaCorp Television, Thomas Anargyros, s'est porté acquéreur. La transaction ne comprend pas Taken...

Publié le 17/11/2017

Le centre, situé à proximité de la gare Montparnasse, dégage un loyer annuel de 690 kE...

Publié le 17/11/2017

Une stratégie de réorganisation structurelle dont la finalisation demeure sujette à l'approbation de l'extension des agréments de sa filiale de gestion monégasque par les autorités…

CONTENUS SPONSORISÉS