En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 870.94 PTS
-0.10 %
4 868.50
-0.10 %
SBF 120 PTS
3 884.63
-0.11 %
DAX PTS
11 164.51
-0.37 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.136
+0.00 %

Les agriculteurs israéliens inquiets pour leurs serres en Jordanie

| AFP | 353 | 5 par 1 internautes
L'agriculteur israélien Eitan Guedj et un de ses employés thaïlandais en train de récolter des poivrons dans une serre installée à Ghoumar, sur une terre jordanienne prêtée à Israël, le 23 octobre 2018
L'agriculteur israélien Eitan Guedj et un de ses employés thaïlandais en train de récolter des poivrons dans une serre installée à Ghoumar, sur une terre jordanienne prêtée à Israël, le 23 octobre 2018 ( JACK GUEZ / AFP )

Chaque matin aux premiers rayons du soleil, Eitan Guedj quitte sa maison en Israël, franchit deux checkpoints et part cultiver ses champs de poivrons à Ghoumar, terre jordanienne prêtée à Israël mais qu'Amman veut désormais récupérer.

Comme lui, une trentaine d'Israéliens et plus de 150 ouvriers thaïs dépendent des serres qui s'étendent sur 1.500 dunams (150 hectares) sur ces terrains situés au-delà d'un massif jordanien barrant l'horizon du village de Tsofar, dans le sud d'Israël.

"Chaque travailleur a un laissez-passer quotidien" pour passer à travers les checkpoints israélien et jordanien, explique l'agriculteur de 36 ans. "Le point de passage est ouvert 365 jours par an, du lever au coucher du soleil".

Pendant presque un quart de siècle, en vertu de l'accord de paix de 1994, Ghoumar, ainsi qu'un autre petit bout de terre plus au nord, Baqoura, ont été laissés à la disposition d'Israël par la Jordanie.

Mais le roi Abdallah II a annoncé dimanche l'intention de son pays de récupérer ces terrains, quelques jours avant le délai d'un an imparti pour dénoncer ces annexes du traité.

La décision du souverain jordanien a eu un retentissement considérable en Israël. La Jordanie est, avec l'Egypte, l'un des deux seuls pays arabes à avoir fait la paix avec l'Etat hébreu.

Une militaire israélienne contrôle un fermier israélien au checkpoint entre le village de Tsofar et Ghoumar, une terre jordanienne prêtée à Israël et très productive pour l'agriculture, le 23 octobre 2018
Une militaire israélienne contrôle un fermier israélien au checkpoint entre le village de Tsofar et Ghoumar, une terre jordanienne prêtée à Israël et très productive pour l'agriculture, le 23 octobre 2018 ( JACK GUEZ / AFP )

Les relations avec les Jordaniens étaient "excellentes", dit Eitan Lipszyc, 60 ans, qui préside les affaires du village coopératif (Moshav) de Tsofar depuis 13 ans. "Nous nous sentions comme chez nous et nous avons été surpris de ne plus être les bienvenus à la maison", soupire-t-il.

Selon lui, un tiers de la petite centaine de familles du village vivent de l'agriculture. Sans Ghoumar, la survie de Tsofar est remise en question.

- Israël calme le jeu -

Si les Jordaniens reprennent les terres, "toutes les installations seront perdues", s'inquiète Eitan Guedj, dont 80% des revenus proviennent de la vente des poivrons qu'il cultive côté jordanien et qui sont principalement destinés à l'exportation.

Sous les serres jaunies par la poussière de la terre ocre, les poivrons poussent mieux à Ghoumar assure-t-il, car la terre y est plus riche en minéraux.

Il lui faudrait cinq à six ans pour recommencer à zéro en Israël, probablement sans atteindre un aussi bon rendement, estime-t-il.

Côté jordanien, le choix du roi a été applaudi et largement interprété comme un gage pour calmer la rue qui gronde.

La Jordanie est en proie au chômage, à la pauvreté et à l'inflation. La crise a été aggravée par l'arrivée de centaines de milliers de réfugiés syriens fuyant la guerre. Or le traité de paix avec Israël, aussi stratégique qu'il soit pour les deux nations, reste impopulaire dans un pays où environ la moitié de la population est d'origine palestinienne.

Un des points de passage entre Israël et Baqoura, une terre jordanienne prêtée à Israël mais qu'Amman souhaite récupérer. Photo du 21 octobre 2018
Un des points de passage entre Israël et Baqoura, une terre jordanienne prêtée à Israël mais qu'Amman souhaite récupérer. Photo du 21 octobre 2018 ( MENAHEM KAHANA / AFP )

En Israël, la décision de dénoncer les annexes du traité a suscité les spéculations sur un possible dépit du roi face aux politiques israéliennes, notamment vis-à-vis des Palestiniens, bien que le Premier ministre Benjamin Netanyahu soutienne que les nouvelles réalités régionales rapprocheraient les pays arabes d'Israël.

La diplomatie israélienne a calmé le jeu, renvoyant aux négociations qui allaient s'ouvrir. Possible illustration que la relation n'était pas mise à mal, l'armée israélienne a apporté cette semaine son aide à la Jordanie confrontée à des intempéries qui ont causé la mort d'au moins 20 personnes.

- Cultiver pour la paix -

Les deux parties ont un an pour se mettre d'accord sur l'avenir des enclaves, affirme Oded Eran, ambassadeur israélien en Jordanie de 1997 à 2002 et chercheur à l'Institute for National Security Studies de Tel-Aviv.

Il faut "offrir quelque chose d'attractif aux Jordaniens" sinon le gouvernement israélien devra compenser les pertes des agriculteurs, prévient-il.

Dans les paisibles rues de Tsofar, tous ont confiance en un règlement par la négociation.

Des ouvriers agricoles le long de la frontière entre Israël et la Jordanie le 23 octobre 2018
Des ouvriers agricoles le long de la frontière entre Israël et la Jordanie le 23 octobre 2018 ( JACK GUEZ / AFP )

"Pour le moment, on regarde quelles sont nos options", affirme Eitan Lipszyc, qui dit ne pas vouloir organiser de protestation, mais plutôt épauler le gouvernement dans ses efforts. Des agriculteurs qui cultivaient le sol jordanien, "c'était bon pour la paix", assure-t-il.

Certains soutiennent aussi que sur ces terres entourées de désert, où la ville la plus proche est à des kilomètres, les Jordaniens ne feront rien pousser si les Israéliens se retirent.

Mais cette attente crée "une pression énorme", confesse l'agriculteur Eitan Guedj. Lui a trois enfants à nourrir. "Si je n'ai plus ces terres, je vais probablement partir, car il n'y a rien d'autre dans la région, ni tourisme, ni industries high-tech".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/01/2019

Franchissement de seuil passif

Publié le 21/01/2019

Casino (+0,54 à 39,40 euros ) annonce avoir atteint son objectif de cessions d'actifs non stratégiques pour un montant de 1,5 milliard d'euros. Et ce, grâce un accord avec des fonds gérés par…

Publié le 21/01/2019

Henkel (-6,49% à 90,72 euros) affiche de loin la plus forte baisse de l’indice Dax après avoir averti que la hausse des investissements pèsera sur ses profits en 2019. Le bénéfice par action du…

Publié le 21/01/2019

Le constructeur aéronautique français Dassault Aviation annonce l’acquisition des activités mondiales de maintenance du suisse ExecuJet, une filiale de Luxaviation. Le montant de la transaction…

Publié le 21/01/2019

Air France et le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) se seraient entendus vendredi sur les principes d'un accord permettant de satisfaire les demandes d'augmentation salariale des pilotes et…