5 289.86 PTS
-
5 259.5
-0.53 %
SBF 120 PTS
4 239.49
-
DAX PTS
12 487.90
-
Dowjones PTS
24 964.75
-1.01 %
6 779.69
+0.00 %
Nikkei PTS
21 906.98
-0.08 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les actionnaires de Toshiba approuvent la cession de la lucrative filiale de puces-mémoires

| AFP | 155 | Aucun vote sur cette news
Le président de Toshiba, Satoshi Tsunakawa, lors d'une conférence de presse au siège du groupe, le 23 juin 2017 à Tokyo
Le président de Toshiba, Satoshi Tsunakawa, lors d'une conférence de presse au siège du groupe, le 23 juin 2017 à Tokyo ( Toshifumi KITAMURA / AFP/Archives )

Résignés, les actionnaires de Toshiba ont donné leur feu vert mardi à la vente d'un bijou de famille, la filiale de puces-mémoires Toshiba Memory, visant à redresser rapidement la solvabilité du conglomérat industriel japonais en difficulté.

Réunis lors d'une assemblée générale extraordinaire à Chiba (est de Tokyo), les actionnaires ont aussi approuvé les résultats financiers calamiteux de l'exercice 2016/17 du groupe, annoncés tardivement en août, ainsi que son nouveau conseil d'administration.

En guise d'introduction avant le vote, le PDG de Toshiba, Satoshi Tsunakawa, s'est excusé devant les actionnaires de devoir vendre Toshiba Memory: "Nous sommes profondément désolés de causer des problèmes et de l'inquiétude", a-t-il déclaré en s'inclinant profondément.

Cette activité, qui assurait jusqu'à présent un quart des ventes du groupe, doit être vendue pour environ 2.000 milliards de yens (15 milliards d'euros) à un consortium mené par le fonds d'investissement américain Bain Capital, et dans lequel figurent aussi les géants technologiques américains Apple et Dell, ainsi qu'un fabricant sud-coréen de puces-mémoires, SK Hynix.

M. Tsunakawa a réaffirmé mardi l'objectif de conclure cette cession d'ici fin mars 2018, afin de pouvoir encore l'intégrer dans l'exercice 2017/18 de Toshiba, clos au 31 mars prochain.

Tenir ce délai est crucial pour le groupe, car cette vente permettrait de redresser rapidement sa solvabilité, mise à mal par la faillite de sa filiale nucléaire américaine Westinghouse, qui l'a forcé à passer d'énormes dépréciations et qui a fait chuter son cours de Bourse.

L'usine de Toshiba Memory à Yokkaichi (préfecture de Mie, île de Honshu) le 13 octobre 2017
L'usine de Toshiba Memory à Yokkaichi (préfecture de Mie, île de Honshu) le 13 octobre 2017 ( Kazuhiro NOGI / AFP/Archives )

Le groupe a subi en 2016/17 une perte nette géante de 965 milliards de yens (environ 7,5 milliards d'euros) et il a dit lundi qu'il prévoyait de rester dans le rouge sur l'exercice 2017/18 en cours, à hauteur de 110 milliards de yens, hors produit de la vente escomptée de Toshiba Memory.

Toshiba est par ailleurs menacé d'être radié de la cote à la Bourse de Tokyo s'il ne parvient pas à redevenir solvable d'ici fin mars prochain.

"Les dirigeants ne nous donnent jamais de réponses claires durant ces réunions", a déploré auprès de l'AFP Ken Futoo, actionnaire et ancien salarié de Toshiba de 57 ans, devenu agent immobilier.

"Ils font seulement ce que les grands actionnaires et les banques leur demandent de faire. Je regrette qu'ils doivent vendre la division de puces-mémoires. C'est vraiment dommage, mais il n'y avait pas d'autre choix si les banques ont exigé de le faire", a-t-il ajouté.

"Il n'est toujours pas certain que la vente puisse être finalisée d'ici mars, et les dirigeants n'ont pas pu nous dire clairement ce qu'ils comptaient faire si le processus échoue", s'est inquiété un actionnaire retraité, Masayuki Sakurai, lui aussi ancien salarié du groupe et interrogé par l'AFP.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2018

Gaussin précise leurs modalités financières et le calendrier de réalisation...

Publié le 20/02/2018

"Nous abordons 2018 avec confiance et détermination tout en restant très vigilants sur les évolutions de nos marchés à court terme", dit Christel Bories, PDG du Groupe Eramet...

Publié le 20/02/2018

Drive & Share s'adresse à ceux qui souhaitent bénéficier de la flexibilité que procure la possession d'une voiture, mais qui n'ont pas besoin de l'utiliser régulièrement...

Publié le 20/02/2018

En particulier, 1,71 MdE de travaux vont échoir à Eiffage...

Publié le 20/02/2018

Cette opération s'inscrit dans la stratégie du Groupe BPCE de recentrage dans les secteurs et zones prioritaires de développement...

CONTENUS SPONSORISÉS