En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Le Venezuela aura "plus faim" encore en cas de défaut de paiement

| AFP | 311 | 4 par 1 internautes
Au Venezuela, Luber Faneitte, fonctionnaire de 56 ans, souffre déjà durement des conséquences de la crise économique
Au Venezuela, Luber Faneitte, fonctionnaire de 56 ans, souffre déjà durement des conséquences de la crise économique ( FEDERICO PARRA / AFP )

Si le Venezuela tombe en défaut de paiement, "ce qui est sûr, c'est que nous aurons beaucoup plus faim", se lamente Luber Faneitte, fonctionnaire de 56 ans qui souffre déjà durement des conséquences de la crise économique.

Au 18e étage d'un immeuble délabré du centre de Caracas, cette femme aux cheveux bruns et au regard triste ouvre son réfrigérateur pour montrer qu'à l'intérieur, il n'y a que de l'eau.

Luber incarne à elle seule une grande partie des maux du pays pétrolier, autrefois le plus riche d'Amérique latine, mais désormais ruiné: elle n'arrive plus à soigner son cancer faute de médicaments, peine à trouver de quoi manger et cherche à se protéger de la violence de son quartier.

Pendant ce temps, le gouvernement a du mal à rembourser ses emprunts et pourrait bientôt être en défaut de paiement sur sa dette extérieure, estimée à 150 milliards de dollars.

"Je ne sais pas si (le défaut) est ce qu'il faut au Venezuela pour enfin ouvrir les yeux" sur son naufrage économique, se demande Luber. Mais "ce qui est sûr, c'est que nous aurons beaucoup plus faim et nous serons davantage dans le besoin".

Des personnes font la queue à l'entrée d'un supermarché de Caracas, le 10 novembre 2017
Des personnes font la queue à l'entrée d'un supermarché de Caracas, le 10 novembre 2017 ( FEDERICO PARRA / AFP )

Chez elle, on a renoncé à consommer de la viande, devenue inaccessible dans ce pays où l'inflation dépassera 2.300% en 2018 selon le FMI.

Pour se nourrir, Luber dépend des sacs d'aliments à tarifs subventionnés fournis par le gouvernement une fois par mois pour compenser les pénuries.

Le dernier sac contenait deux kilos de haricots rouges, un kilo de riz, deux litres d'huile, un kilo de lait en poudre et quatre kilos de farine. Il est déjà vide car Luber vit avec une fille et trois petits-enfants.

En arrêt maladie en raison de son cancer du poumon, elle perçoit un peu moins que le revenu minimum (environ 8,7 dollars par mois).

Selon l'ONG Cendas, en septembre, il fallait six salaires minimums pour pouvoir acheter le panier de base de la ménagère.

Ne pouvant subvenir à ses besoins, Luber a confié un fils handicapé à des proches.

- Remèdes maison -

Même si elle n'a rien à cuisiner, elle laisse le feu de la plaque allumé pour ne pas avoir à acheter des allumettes et le robinet, défectueux, couler jour et nuit, faute d'argent pour le réparer.

Luber peut se le permettre, car au Venezuela l'eau, le gaz et l'électricité sont à des tarifs proches de zéro... à l'inverse des aliments qui sont à des prix prohibitifs, quand ils ne sont pas simplement manquants.

Les médicaments aussi sont introuvables, pour 90% d'entre eux selon la Fédération pharmaceutique. Découragée, Luber a abandonné la chimiothérapie en janvier.

"Je suis résignée", résume amèrement Luber ( FEDERICO PARRA / AFP )

"Un seul comprimé est vendu 5.000 bolivars et il m'en faut un par jour, je ne peux pas me le permettre", raconte-t-elle, car elle dépenserait ainsi un tiers de son revenu mensuel.

Alors, au lieu de chimiothérapie - l'unique traitement efficace dans son cas, selon les médecins -, elle se prépare des remèdes maison.

"Je prends un flacon et je mets de la liqueur de canne à sucre, du miel et de l'aloe vera. Je le laisse dehors deux jours et puis j'en prends une petite cuillère le matin, une autre le soir", explique Luber. "Je sens que je respire mieux quand je prends ça."

Fumeuse depuis ses 15 ans, elle est vite essoufflée quand elle parle ou elle marche. Elle a déjà eu trois crises cardiaques.

Elle se rappelle quand le défunt Hugo Chavez (président de 1999 à 2013) dénonçait que les pauvres devaient manger de la nourriture pour chiens: "Moi j'ai envie de manger ça à nouveau", dit-elle avec ironie.

Autre fléau, la violence. Sur les murs de son immeuble, les impacts de balles trahissent les guerres entre bandes rivales. Pour se protéger, Luber a éloigné des fenêtres les lits de son appartement.

Avec plus de 21.000 homicides en 2016 (70,1 pour 100.000 habitants), le Venezuela est l'un des pays les plus dangereux au monde.

"Je suis résignée", résume amèrement Luber, "face à la volonté de Dieu".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…