En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 661.90 PTS
-0.2 %
5 654.00
-0.33 %
SBF 120 PTS
4 459.58
-0.32 %
DAX PTS
12 672.00
+0.13 %
Dow Jones PTS
27 025.88
+0.09 %
7 942.14
+0. %
1.113
+0.04 %

Le train de primeurs Perpignan-Rungis obtient un sursis jusqu'à la fin de l'été

| AFP | 918 | 4.80 par 5 internautes
Un employé charge des melons à bord d'un wagon du train de primeurs à destination de Rungis, le 14 mai 2019, à la gare Saint-Charles de Perpignan
Un employé charge des melons à bord d'un wagon du train de primeurs à destination de Rungis, le 14 mai 2019, à la gare Saint-Charles de Perpignan ( RAYMOND ROIG / AFP/Archives )

Menacé d'être remplacé par des camions à partir de cet été, le train de primeurs qui relie Perpignan au marché de Rungis a obtenu vendredi un sursis jusqu'à la fin de l'été et le gouvernement dit vouloir pérenniser cette liaison ferroviaire.

La liaison ferroviaire, qui devait être interrompue fin juin, sera finalement maintenue "au moins jusqu'à la fin de la saison haute en cours", soit jusqu'à la fin de l'été, a annoncé le ministère des Transports dans un communiqué de presse.

Le gouvernement assure vouloir trouver "une solution ferroviaire pérenne d'ici la fin de l'année, permettant de poursuivre dans la durée le transport des fruits et légumes par le rail", et indique que pour y parvenir, un groupe de travail se réunira chaque mois jusqu'à la fin de l'année.

L'annonce du remplacement de ce train quotidien par une vingtaine de camions avait provoqué un tollé, syndicats et responsables politiques s'indignant de cette décision.

Le contrat passé par deux transporteurs, Rey et Roca, avec la SNCF pour assurer cette liaison arrive en effet à échéance fin juin et ne devait initialement pas être renouvelé.

Mais la SNCF a proposé vendredi lors d'une réunion au ministère des Transports avec les acteurs du dossier "de prolonger la liaison jusqu'à la fin de l'année aux conditions actuelles du contrat, échéance au-delà de laquelle les wagons seraient hors d'usage".

Car c'est bien la vétusté des wagons frigorifiques utilisés sur cette ligne et le coût de leur remplacement qui sont en cause.

Ceux-ci sont mis à la disposition de Rey et Roca par la SNCF qui n'en est pas propriétaire, et accusent leurs 40 ans. A charge aux deux transporteurs d'assumer les frais de mise en circulation de nouveaux wagons.

Le délai de production est de deux ans, et l'investissement total chiffré à 20 millions d'euros. Or, l'amortissement serait incertain, en raison du manque de visibilité pour ces entreprises sur l'activité de la ligne à long terme.

Pour Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots, "le gouvernement propage de fausses nouvelles". En effet, détaille-t-il, "la ligne est maintenue ouverte à la circulation au-delà du 30 juin mais les chargeurs ont affirmé que puisque rien n'avait bougé depuis juillet dernier, ils se sont organisés pour faire sans. Si le train roule au-delà de juin, ils ne l'utiliseront pas car aucune solution pérenne n'est offerte".

"La solution envisagée ne nous laisse que 15 jours de sursis", a déploré la présidente PS de la région Occitanie Carole Delga dans un communiqué de presse.

"Aucune solution pérenne n'a été trouvée et le ministère renvoie dos à dos la SNCF et les transporteurs alors que sa priorité devrait être au contraire de tout faire pour faciliter un accord entre eux", a-t-elle encore regretté, précisant que la région organiserait le 17 juin un comité de pilotage.

Plusieurs solutions à l'étude

Un chargement de fruits à destination de Rungis, en gare de Perpignan le 14 mai 2019. Le train de primeurs Perpignan-Rungis alimente quotidiennement en fruits et légumes le plus grand marché alimentaire frais du monde.
Un chargement de fruits à destination de Rungis, en gare de Perpignan le 14 mai 2019. Le train de primeurs Perpignan-Rungis alimente quotidiennement en fruits et légumes le plus grand marché alimentaire frais du monde. ( RAYMOND ROIG / AFP/Archives )

Le gouvernement a pourtant fait part de sa volonté de pérenniser cette liaison ferroviaire, déplorant "le report de ces marchandises sur la route".

"Alors que le report modal de la route vers le rail constitue une priorité du gouvernement, une telle perspective ne peut pas être acceptable", a souligné le ministère des Transports.

Plusieurs solutions sont ainsi étudiées pour permettre aux trains de fret de continuer à circuler entre Perpignan et Rungis.

"Certaines pourraient être mises en service d'ici la fin de l'année", selon le ministère, qui cite par exemple la mise en place d'une liaison en transport combiné, permettant de faire voyager les conteneurs sur des trains.

La mise en service "à horizon 2022" d'une autoroute ferroviaire, qui consiste à placer les camions entiers sur des trains, entre Barcelone, Perpignan et Rungis, "a également été évoquée".

Le marché de Rungis s'était dit prêt, lundi, à débourser 300.000 euros pour aider Roca et Rey à "louer temporairement" des wagons plus modernes.

Le plus grand marché alimentaire frais du monde aurait tout intérêt à conserver le train: il avait modernisé sa gare il y a dix ans, un investissement de 20 millions d'euros réalisé avec la région, le conseil général et la SNCF.

La région Ile-de-France a dit vendredi, dans un communiqué de presse, qu'elle "se tient prête à se mobiliser financièrement pour réaliser les investissements qui seraient nécessaires pour contribuer à une solution pérenne et viable économiquement".

Ce train réfrigéré transporte 400.000 tonnes de fruits et légumes par an.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 4.80
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2019

Dans de très gros volumes, Spineway plonge de 15% à 0,007 euro à la mi-journée, plombé par ses dernières annonces...

Publié le 18/10/2019

Renault, Danone et Thales ont abaissé leurs prévisions 2019

Publié le 18/10/2019

La société est spécialisée dans le développement de solutions pour les emballages standards et personnalisés dans le secteur des produits de beauté...

Publié le 18/10/2019

BNP Paribas pourrait profiter des difficultés de la Deutsche Bank pour récupérer d'autres actifs de la première banque allemande...