En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 840.38 PTS
-
4 836.00
-
SBF 120 PTS
3 859.34
-
DAX PTS
11 071.54
-0.17 %
Dowjones PTS
24 575.62
+0.70 %
6 658.76
+0.18 %
1.138
+0.02 %

Le salon de l'électronique grand public de Las Vegas, un engouement français

| AFP | 234 | Aucun vote sur cette news
Engouement des start-up françaises pour participer au CES de Las Vegas
Engouement des start-up françaises pour participer au CES de Las Vegas ( Robyn Beck / AFP )

Des start-up venues en masse, un soutien important des pouvoirs publics: la participation française au salon de l'électronique grand public de Las Vegas (CES) illustre les forces et les faiblesses de la "tech" française.

Avec au moins 360 start-up présentes selon un décompte d'Olivier Ezratty, un consultant spécialiste du CES, la cohorte française sera probablement une fois de plus la troisième en nombre derrière celle des Etats-Unis et de la Chine.

Pour beaucoup, cette abondance de jeunes pousses témoigne d'une vraie réussite française en matière d'innovation, alimentée notamment par une politique publique favorable que les entrepreneurs eux-même reconnaissent.

"Au CES, on s'est bien rendu compte qu'en France on était des privilégiés financièrement parlant", explique à l'AFP Annick Le Bihan, la dirigeante de la start-up brestoise Asamgo qui était présente à Las Vegas en 2018 pour présenter un flotteur connecté qui analyse l'eau des piscines.

"Nos voisins suisses du CES ont eu beaucoup plus de difficultés pour se faire aider par leur pays", raconte-t-elle, en rappelant les financements apportés à sa start-up par Bpifrance, la filiale de la Caisse des dépôts, ou les différentes régions.

Mais le nombre important de start-up ne masque pas le faible nombre de PME ou d'entreprises de taille intermédiaires (ETI) françaises au salon.

Un nombre de start-up "disproportionné"

La France "a toujours ce trou démographique" entre les jeunes pousses et les géants industriels de taille mondiale type Valeo, Faurecia, Legrand, explique à l'AFP Olivier Ezratty, qui réalise chaque année un monumental rapport sur l'événement.

Le nombre flatteur de start-up présentes au CES est "disproportionné" au regard du poids réel de la France dans l'industrie numérique mondiale, plus faible, ajoute-t-il.

"En France, on a tendance à dire que plus on plante de graines - les start-up - plus on aura d'arbres - les PME, ETI, licornes (entreprises de la tech non cotées valant plus d'un milliard de dollars) -, mais c'est faux", regrette Pierre Cesarini, patron du groupe informatique Claranova (160 millions d'euros de chiffre d'affaires) et vieux routier du CES.

Pour grandir, les start-up ont notamment besoin de financements, or ceux-ci sont encore trop difficile à décrocher en France, estime-t-il.

"En France, lever 10 millions c'est possible, lever 100 millions c'est beaucoup plus difficile", souligne-t-il à l'AFP.

"A Claranova, nous pourrions tripler de taille en quelques années, plutôt que de doubler de taille, si nous avions les financements", estime-t-il.

Même constat pour Rodolphe Hasselvander, le patron de Blue Frog Robotics (une vingtaine de salariés), qui se bagarre pour lever des fonds alors qu'il a été primé l'an dernier au CES de Las Vegas et que son petit robot compagnon Buddy commence à être vendu.

-"L'industrie fait peur aux investisseurs"-

"C'est vrai qu'il n'y a pas encore eu de grand succès de boîte française qui aurait été à Las Vegas et qui aurait explosé", reconnait-il.

"En France, l'industrie fait peur aux investisseurs", soupire-t-il. Ceux-ci "préfèrent des réseaux sociaux ou des applications, où trois ou quatre types avec un ordinateur suffisent pour faire du chiffre d'affaires...".

L'engagement des pouvoirs publics français à Las Vegas se traduit notamment par l'organisation par Business France, le bras armé de Bercy pour aider les entreprises françaises à l'international, d'une grande zone "French Tech" dans la partie "start-up" du salon, bien située et bien visible.

Au total, près de 160 start-up françaises y sont présentes, dont près de 120 amenées par les régions françaises.

Business France a sélectionné de son côté 26 start-up, qui paieront un tarif préférentiel de 4.000 euros pour avoir un stand, un tarif qui inclut des sessions de formation en France, pour bien préparer leur séjour.

Compte tenu de l'aide des régions, de Business France, ou d'incubateurs à capitaux publics présents au salon comme le CEA (Commissariat à l'Energie Atomique), "pas loin de 75% des start-up" installées dans le pavillon "Eureka" des jeunes pousses ont bénéficié d'un soutien public pour participer, indique Eric Morand, le directeur de la tech et des services innovants à Business France.

Pour Eric Morand, la forte participation des start-up françaises au CES, et les récompenses qu'elles y amassent régulièrement ont en tout cas "fortement contribué" à asseoir l'image de la tech française au niveau mondial.

"Le CES est l'événement tech le plus médiatisé" au niveau mondial, rappelle-t-il à l'AFP.

"Aujourd'hui il y a beaucoup moins de +french bashing+ (dénigrement des Français)" dans les milieux tech et économiques, assure-t-il.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

SNCF Transilien et MND Group, spécialiste du transport par câble à travers sa filiale LST, s’associent pour concevoir et promouvoir des solutions de transport par câble sur certains pôles…

Publié le 23/01/2019

Voltalia a réalisé au quatrième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 51,4 millions d'euros, en baisse de 4 %. A taux constant, les ventes ont ont grimpé de 7 %. Sur l'année, le chiffre…

Publié le 23/01/2019

FONCIÈRE EURIS Société Anonyme au capital de 149 158 950 euros 83, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris 702 023 508 RCS PARIS     Paris, le 23 janvier…

Publié le 23/01/2019

Pour l'année 2018, le chiffre d'affaires de Seb s'établit à 6...

Publié le 23/01/2019

JCDecaux annonce qu’Hannelore Majoor a été nommée directrice générale de sa filiale néerlandaise, JCDecaux Pays-Bas. Hannelore Majoor a débuté sa carrière chez JCDecaux en octobre 2016 en…