En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Brexit: sans accord commercial, le Royaume-Uni refusera de payer à l'UE la facture

| AFP | 293 | Aucun vote sur cette news
Le nouveau ministre britannique du Brexit, Dominic Raab, le 19 juillet 2018 à Bruxelles
Le nouveau ministre britannique du Brexit, Dominic Raab, le 19 juillet 2018 à Bruxelles ( JOHN THYS / POOL/AFP/Archives )

Le Royaume-Uni ne paiera la facture du divorce avec l'Union européenne qu'à la condition qu'un accord commercial soit trouvé, a déclaré le nouveau ministre britannique du Brexit, Dominic Raab, dans une interview publiée dimanche dans le Sunday Telegraph.

L'eurosceptique Dominic Raab, qui a remplacé le 9 juillet David Davis, après la démission de celui-ci, a affirmé qu'une "certaine conditionnalité entre les deux" était nécessaire.

"L'article 50 (du traité de Lisbonne, sur le processus de sortie de l'UE) exige (...) qu'il y ait un futur accord-cadre pour la relation que nous aurons (avec l'UE) à l'avenir, donc les deux sont liés", a déclaré M. Raab au Sunday Telegraph.

"Vous ne pouvez pas avoir d'un côté une partie remplissant toutes les conditions et de l'autre une partie qui ne les remplit pas, ou qui va doucement, ou qui ne s'engage pas", a ajouté le ministre.

Jusqu'à présent, le gouvernement britannique a envoyé des messages contradictoires concernant le règlement financier du Brexit dans le cadre d'un accord sur les modalités de sortie du Royaume-Uni de l'UE à compter de fin mars 2019.

La Première ministre britannique, Theresa May a accepté en décembre un accord financier d'un montant total de 35 à 39 milliards de livres sterling (39-44 milliards d'euros) qui, selon les ministres, dépendait de l'établissement des futures relations commerciales.

Cet accord avait rapidement été remis en cause par des membres du gouvernement.

Le ministre des Finances, Philip Hammond, partisan d'une rupture "douce" avec l'UE avait cependant considéré comme "inconcevable" le fait que Londres n'honore pas ses engagements financiers même en l'absence d'accord commercial, soulignant que ce n'était pas "pas un scénario crédible".

Le Royaume-Uni doit quitter l'UE fin mars 2019, et les deux parties sont censées parvenir à un accord de divorce d'ici la fin octobre afin d'organiser la séparation, jeter les bases de leur relation future et donner le temps au Parlement européen et aux Parlements nationaux de ratifier le texte.

Dominic Raab a rencontré pour la première fois cette semaine Michel Barnier, le négociateur en chef de l'UE et y retournera jeudi pour de nouvelles discussions. "Si l'énergie que nous mettons dans ces négociations, l'ambition et le pragmatisme sont réciproques, nous obtiendrons un accord en octobre", a déclaré M. Raab à la BBC dimanche. Il a ajouté qu'il serait "franchement irrationnel" pour l'UE d'opter pour "le pire des scénarios", celui d'une absence d'accord à l'issue des négociations.

Londres comme Bruxelles disent vouloir aboutir à un accord mais tous deux se préparent à l'éventualité d'un échec des négociations.

Les Européens s'inquiètent de l'enlisement des discussions et des remises en cause constantes en interne de la stratégie de Theresa May. Selon un sondage publié par le Sunday Times, seuls 12% des Britanniques interrogés pensent que le "plan de Chequers" de Theresa May sur la future relation commerciale du Royaume-Uni avec l'UE après le Brexit serait "bien" pour le pays.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…