5 319.17 PTS
-
5 307.50
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-
DAX PTS
12 993.73
-
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
-0.39 %
Nikkei PTS
22 376.17
-0.09 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le rêve touristique de la Birmanie brisé par la crise des Rohingyas

| AFP | 130 | 4 par 1 internautes
Des touristes marchant devant la mairie de Rangoun, le 12 octobre 2017
Des touristes marchant devant la mairie de Rangoun, le 12 octobre 2017 ( Ye Aung THU / AFP/Archives )

Des plages idylliques quasiment vierges, des temples majestueux: la Birmanie rêvait de devenir la nouvelle destination touristique d'Asie du Sud-Est, avant que son image internationale ne soit abîmée par les photos de villages brûlés et de réfugiés fuyant au Bangladesh.

Le tourisme fait partie des secteurs économiques qui ont profité le plus rapidement et le plus massivement des changements de ces dernières années dans le pays.

Gouvernée par une junte ultra-autoritaire, fermée au monde pendant près de 50 ans, la Birmanie s'est ouverte en 2011. Quatre ans plus tard, elle accueillait près d'un million de voyageurs, contre seulement quelques milliers à l'époque de la junte.

Des travailleurs construisent un hôtel à Myeik, en Birmanie, le 12 mai 2017
Des travailleurs construisent un hôtel à Myeik, en Birmanie, le 12 mai 2017 ( Ye Aung THU / AFP/Archives )

Longtemps desservi par deux uniques avions en provenance de Bangkok, le pays accueille désormais une centaine de vols internationaux par jour.

Des centaines de milliers de touristes viennent maintenant tous les ans admirer les immenses temples de Bagan dans le centre du pays, que la Birmanie espère faire classer au patrimoine mondial de l'Unesco, le lac Inle, ou se prélasser sur les plages de Ngapali (ouest).

Le gouvernement tablait encore récemment sur 7,5 millions de touristes d'ici à l'horizon 2020, soit deux fois plus qu'actuellement. Et l'année avait bien commencé avec une hausse de 22% par rapport à l'an passé, d'après les chiffres du ministère du Tourisme.

Mais fin août, l'ouest du pays s'est embrasé: après des attaques de la rébellion rohingya, une minorité musulmane, l'armée a lancé une campagne de répression, qui a conduit depuis fin août à la fuite de plus 580.000 civils rohingyas au Bangladesh voisin.

- Annulations en cascade -

Depuis, les annulations de voyages se font en cascade et les professionnels du tourisme sont très inquiets alors que débute en octobre, avec la fin de la saison des pluies, la saison haute pour le tourisme.

"Quasiment tous les voyages prévus pour le mois d'octobre et novembre ont été annulés à cause de l'instabilité dans le pays, de la situation en Etat Rakhine", se désole Tun Tun Naing, directeur de l'agence New Fantastic Asia Travels and Tour.

"La plupart des groupes du Japon, d'Australie et d'autres pays asiatiques évoquent des raisons de sécurité et certains Européens ont clairement dit qu'ils boycottaient à cause de la situation humanitaire", ajoute-t-il.

Certains hôtes de marque prennent aussi leur distance: le prince Charles, héritier du trône britannique, et son épouse Camilla, qui vont effectuer cet automne une tournée en Asie, ne passeront pas par la Birmanie.

Comme un retour en arrière pour ce pays, boycotté pendant des années par les touristes qui refusaient d'enrichir la dictature, d'autant plus que l'armée avait la main sur la plupart des complexes touristiques.

Aung San Suu Kyi, à l'époque une dissidente en résidence surveillée, était la première à appeler au boycott de son pays par les touristes.

Aujourd'hui, son gouvernement s'inquiète des effets de la désertion et a annoncé dans le journal officiel Global New Light of Myanmar la formation d'un comité en charge de la question des "touristes internationaux", en lien avec la crise des Rohingyas.

- Déception -

La situation en Etat Rakhine a en effet fait la Une des médias internationaux: dans cette région à la frontière avec le Bangladesh, des dizaines de villages ont été réduits en cendre et les témoignages des réfugiés font état de meurtres, viols et tortures par les soldats birmans.

A quelques dizaines de kilomètres de la zone que fuient les Rohingyas, Mrauk-U, ancienne capitale du royaume du même nom, site archéologique majeur, est la première touchée.

"Tous les gens qui vivent du tourisme sont sans travail en ce moment", déplore Aung Soe Myint, guide à Mrauk-U.

Ces dernières années, la Birmanie était devenue une destination à la mode chez les voyagistes occidentaux et asiatiques, à la recherche d'un pays épargné par le tourisme de masse.

Les rares touristes croisés au pied de l'immense pagode Shwedagon de Rangoun avouent que cette crise pose une toile de fond douloureuse sur leur voyage.

"C'est très triste de voir ce que le pays est en train de devenir. Notre guide nous a expliqué que les musulmans étaient dangereux et qu'ils n'étaient pas birmans", raconte Christine, une touriste française, qui se dit très déçue.

Le niveau des réservations dans l'hôtellerie est en baisse de 30%, affirme Hervé Flejo, de l'agence Gulliver, qui gère un hôtel au bord du lac Inle (centre), l'une des destinations phare du pays.

Pour les vacances de Noël, les réservations sont au plus bas.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/11/2017

Gennevilliers, le 17 novembre 2017, Communiqué de presse Réalisation définitive de la fusion-absorption par Prologue de sa filiale Imecom…

Publié le 17/11/2017

Les fluctuations d'activité rencontrées par le fret ferroviaire n'ont pour l'instant pas d'impact sur l'activité de la société...

Publié le 17/11/2017

L'actuel Directeur Général d'EuropaCorp Television, Thomas Anargyros, s'est porté acquéreur. La transaction ne comprend pas Taken...

Publié le 17/11/2017

Le centre, situé à proximité de la gare Montparnasse, dégage un loyer annuel de 690 kE...

Publié le 17/11/2017

Une stratégie de réorganisation structurelle dont la finalisation demeure sujette à l'approbation de l'extension des agréments de sa filiale de gestion monégasque par les autorités…

CONTENUS SPONSORISÉS