En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 571.71 PTS
-0.76 %
5 574.50
-0.70 %
SBF 120 PTS
4 391.03
-0.75 %
DAX PTS
12 341.03
-0.72 %
Dowjones PTS
27 291.54
-0.16 %
7 923.85
-0.04 %
1.122
+0.11 %

Le retour rapide dans le ciel du Boeing 737 MAX assombri

| AFP | 369 | 2 par 2 internautes
(ILLUSTRATION) Un nouveau risque a été décelé dans le Boeing 737 MAX par les Etats-Unis
(ILLUSTRATION) Un nouveau risque a été décelé dans le Boeing 737 MAX par les Etats-Unis ( Jason Redmond / AFP/Archives )

Le ciel s'est assombri mercredi pour un retour rapide du 737 MAX de Boeing dans les airs après la découverte d'une faille "potentielle" par les Etats-Unis, susceptible de repousser de plusieurs semaines la nouvelle certification de cet avion phare cloué au sol depuis mi-mars après deux accidents ayant fait 346 morts.

L'agence fédérale de l'aviation américaine (FAA) "a récemment découvert un risque potentiel que Boeing doit atténuer", intime le régulateur aérien dans un courriel reçu par l'AFP, sans pour autant préciser le problème en question.

La faille a été découverte la semaine dernière par les pilotes de la FAA lors des essais sur simulateur, qui reproduisent les conditions réelles en vol, a dit à l'AFP une source proche du dossier sous couvert d'anonymat.

Les pilotes de la FAA ont eu du mal à reprendre rapidement le contrôle de l'avion après avoir activé le système anti-décrochage MCAS, mis en cause dans l'accident de Lion Air en Indonésie en 2018 et celui d'Ethiopian Airlines en mars en Ethiopie, a dit cette source.

L'autorité a demandé à Boeing de réparer cette faille, qui est de nature à retarder l'essai en vol du 737 MAX modifié, vol test nécessaire pour la nouvelle certification de cet avion qui représente plus de 75% du carnet de commandes de Boeing. Il n'a toutefois reçu qu'une seule commande, par le groupe IAG (British Airways, Iberia, Vueling et Aer Lingus) lors des quatre derniers mois.

Ce nouveau problème indique que le vol test ne sera pas effectué avant le 8 juillet, a indiqué à l'AFP une source gouvernementale.

Il va falloir à la FAA au moins de deux à trois semaines pour examiner les modifications effectuées par Boeing pour régler le problème, a dit cette source.

Gros changements ?

En outre, il est difficile de savoir pour l'instant si le colmatage de cette faille exige une simple mise à jour du logiciel ou des changements en profondeur. Dans ce dernier cas, le 737 MAX devrait rester immobilisé au sol pendant encore de longues semaines.

Sollicité par l'AFP, Boeing n'a pas souhaité dévoiler la nature du problème: "Résoudre le problème va réduire la charge de travail des pilotes", a simplement déclaré un porte-parole.

L'immobilisation au sol du 737 MAX pourrait s'allonger au-delà de l'été, ce qui douche les espoirs de l'avionneur et des compagnies aériennes clientes comme American Airlines, SouthWest et United Airlines.

Ces dernières tablaient initialement sur une levée de l'interdiction de vol vers la mi-août au plus tard, tandis que Boeing espérait limiter la facture de cette crise sans précédent. Le constructeur, qui a suspendu les livraisons et réduit la production de 52 à 42 appareils par mois, a estimé mi-avril à 1 milliard de dollars le premier coût financier.

Dans un document adressé mercredi au gendarme des marchés, la SEC, le constructeur aéronautique explique que la FAA lui a demandé de "s'occuper d'un problème spécifique en vol que les changements de logiciel du 737 MAX sur lesquels Boeing travaille depuis huit mois ne prennent pas en compte".

"Boeing est d'accord avec la décision et la requête de la FAA et est en train de travailler sur ledit logiciel afin de répondre à la demande" de l'autorité, ajoute le groupe de Chicago, qui travaille d'arrache-pied depuis plusieurs mois pour corriger le MCAS.

Il ajoute qu'il ne soumettra pas le 737 MAX modifié pour certification "tant que nous n'aurons pas satisfait toutes les exigences (...) pour un retour en service en toute sécurité".

Le retour en service du 737 MAX est également assombri par la demande des pilotes américains à une meilleure formation, ce qui passerait par des simulateurs de vol.

Or cette dernière solution prendra du temps, faute de nombre suffisant de simulateurs, et coûtera beaucoup plus cher. Il n'existe que quatre simulateurs capables de reproduire exactement les conditions de vol du MAX: un aux Etats-Unis, deux aux Canada et un en Ethiopie.

La FAA veut par ailleurs que les autorités de l'aviation civile d'autres pays lui emboîtent le pas une fois qu'elle aura approuvé le 737 MAX modifié. Ce n'est gagné car les Européens et les Canadiens veulent procéder à leur propre inspection de l'avion.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 2
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2019

Le chiffre d'affaires IFRS15 du premier trimestre 2019-20 d'Ubisoft s'élève à 363,4 ME, en baisse de 9,2% par rapport aux 400 ME réalisés au premier...

Publié le 17/07/2019

Voltalia a réalisé au deuxième trimestre 2019 des revenus dans les ventes d'énergie de 24,1 millions d'euros, en baisse de 15% à taux de change constants par rapport au deuxième trimestre 2018,…

Publié le 17/07/2019

Hausse séquentielle des ventes de 17% par rapport au T1

Publié le 17/07/2019

Groupe Parot annonce être entré en négociations en vue de céder ses concessions de Blois (41), Bourges (18) et Orléans Nord et Sud (45)...

Publié le 17/07/2019

Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) a donné ce jour son agrément à l'opération de rachat de la chaîne Gulli par le Groupe M6. "Toutes les conditions suspensives sont à présent…