5 415.48 PTS
+0.53 %
5 415.0
+0.53 %
SBF 120 PTS
4 315.84
+0.48 %
DAX PTS
13 156.05
+0.25 %
Dowjones PTS
24 475.97
+0.37 %
6 394.78
+0.01 %
Nikkei PTS
22 866.17
-0.32 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs immigrés

| AFP | 55 | Aucun vote sur cette news
Construction du futur stade de  Lusail, au Qatar, en prévision de la Coupe du Monde 2022 de football
Construction du futur stade de Lusail, au Qatar, en prévision de la Coupe du Monde 2022 de football ( KARIM JAAFAR / AFP/Archives )

Le Qatar a fixé à 750 riyals par mois (166 euros) le salaire minimum pour les travailleurs immigrés, une réforme introduite récemment par le pays hôte de la Coupe du Monde 2022 de football, a annoncé jeudi à l'AFP le ministre du Travail.

Ce salaire, équivalent à 195 dollars, ne comprend pas le logement, la nourriture et les soins qui sont à la charge des employeurs, a déclaré Issa al-Nouaïmi.

Il a affirmé que ce montant était provisoire et qu'une augmentation était actuellement à l'étude.

Le salaire minimum faisait partie d'un ensemble de réformes de la loi du travail annoncées le mois dernier par Doha, qui était sous le feu des critiques au sujet des conditions de quelque 2 millions de travailleurs migrants, employés notamment sur les chantiers du Mondial-2022.

"Le salaire minimum temporaire de 750 riyals par mois entrera immédiatement en vigueur et nous poursuivons des évaluations pour déterminer le salaire minimum fixe", a précisé M. Nouaïmi.

"Nous n'approuverons aucun contrat de travail où le salaire est inférieur à 750 riyals par mois", a-t-il ajouté.

"Tous les contrats doivent maintenant être approuvés par le ministère du Travail", a encore dit M. Nouaïmi. "Si le contrat est modifié, nous appliquerons les nouvelles procédures."

Des ouvriers dans le stade Khalifa International, au Qatar, le 18 mai 2017
Des ouvriers dans le stade Khalifa International, au Qatar, le 18 mai 2017 ( KARIM JAAFAR / AFP/Archives )

Parmi les autres réformes figurent l'obligation d'enregistrer les contrats de travail auprès du gouvernement et l'interdiction faite aux employeurs d'empêcher les travailleurs de quitter le pays ou de changer d'emploi.

Après l'annonce de ces réformes, l'Organisation internationale du travail (OIT) a jugé le 8 novembre que le Qatar ne violait pas les droits des travailleurs et a décidé de clore la plainte qui visait l'émirat.

Ces promesses ont été faites en pleine crise régionale qui oppose le Qatar à trois autres pays arabes du Golfe et l'Egypte.

Le Qatar est boycotté politiquement et économiquement depuis juin par l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis et l'Egypte qui l'accusent de soutenir des groupes "terroristes" et de se rapprocher de l'Iran.

M. Nouaïmi a affirmé que "l'engagement du Qatar ne s'arrête pas là. C'est un engagement à long terme et nous allons apporter de nouvelles améliorations" aux conditions des travailleurs migrants.

A propos du nouveau salaire minimum fixé par Doha, Moustafa Qadri, directeur exécutif de l'organisation Equidem de recherches sur les droits de l'Homme, a salué "un pas important".

Mais "le montant de 750 riyals paraît plutôt bas du fait que le coût de la vie est élevé au Qatar et que de nombreux travailleurs, si ce n'est la plus grande partie, paient des frais de recrutement importants à un taux d'intérêt élevé", a-t-il souligné.

Selon lui, "avec ce salaire, cela prendrait plusieurs mois pour la plupart des travailleurs pour pouvoir rembourser les prêts contractés pour les frais de recrutement".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2017

A saisir ?

Publié le 12/12/2017

Manque de punch

Publié le 12/12/2017

Unicredit (-1,78% à 17,65 euros) affiche l’une des plus fortes baisses de l’indice italien, Footsie MIB, alors qu’elle tenait aujourd’hui sa journée investisseurs. Certains analystes ont…

Publié le 12/12/2017

Sycomore Asset Management, agissant pour le compte de fonds dont elle assure la gestion, a déclaré, à titre de régularisation, avoir franchi en...

Publié le 12/12/2017

311 magasins dont 33 hypermarchés.

CONTENUS SPONSORISÉS