En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 190.41 PTS
-0.11 %
5 191.50
-0.04 %
SBF 120 PTS
4 120.59
+0.00 %
DAX PTS
11 420.84
+0.17 %
Dowjones PTS
25 954.44
+0.24 %
7 062.34
+0.00 %
1.135
+0.05 %

Le projet Lyon-Turin, pas rentable selon des experts italiens

| AFP | 305 | Aucun vote sur cette news
Photo d'une galerie creusée par le tunnellier
Photo d'une galerie creusée par le tunnellier "Federica" sur le chantier de la future ligne Lyon-Turin le 1er février ( JEAN-PIERRE CLATOT / AFP/Archives )

Le projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin n'est pas rentable: c'est la conclusion sans appel de l'analyse commandée par le ministère italien des Transports, qui pourrait aboutir à un abandon du projet et envenimer encore davantage les relations entre Paris et Rome.

Contesté depuis ses débuts il y a près de 30 ans mais déjà entamé, le Lyon-Turin divise profondément la coalition populiste au pouvoir à Rome.

La Ligue (extrême droite) de Matteo Salvini est très favorable à ce projet cher à sa base de petits entrepreneurs, tandis que le Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) de l'autre vice-Premier ministre, Luigi Di Maio, y est farouchement opposé, y voyant un gaspillage d'argent public.

La coalition a donc commandé une analyse coûts-bénéfices avant de se prononcer sur la poursuite ou l'arrêt de cette infrastructure, dont l'élément central est un tunnel de 57,5 km qui a commencé à être creusé dans les Alpes italiennes et françaises.

Ce projet de ligne à grande vitesse long de 270 km vise à réduire les transports de camions pour les transférer sur le rail -- avec une réduction de trois millions de tonnes de CO2 par an selon la société franco-italienne Telt chargée des travaux-- et à diviser par deux le temps de trajet pour les passagers, en mettant Turin à deux heures de Lyon.

Mais selon le rapport de 79 pages rendu public mardi, cette ligne "présente une rentabilité très négative", avec des coûts supérieurs de 7 milliards d'euros à ses bénéfices d'ici à 2059.

Les experts évoquent un bénéfice positif de 1,3 milliard concernant le trafic passagers qui est loin de compenser, selon eux, les 7,9 milliards d'euros de coûts futurs d'investissement et de gestion de l'infrastructure et les 463 millions d'impact négatif pour le transport des marchandises en raison d'une baisse des recettes pour l'Etat (péages routiers, accises...).

"Chiffres impitoyables"

Photo montrant l'entrée du futur tunnel transalpin de 57,5 km par lequel passera la ligne à grande vitesse Lyon-Turin, prise le 1er février 2019
Photo montrant l'entrée du futur tunnel transalpin de 57,5 km par lequel passera la ligne à grande vitesse Lyon-Turin, prise le 1er février 2019 ( JEAN-PIERRE CLATOT / AFP/Archives )

"Comme chacun peut désormais le voir tout seul, les chiffres (...) sont extrêmement négatifs, je dirais impitoyables", a jugé le ministre Danilo Toninelli, membre du M5S et opposé au projet.

Mais "l'évaluation négative (...) n'est pas contre l'Union européenne ou la France. Elle doit être vue plutôt comme un élément précieux d'information", a-t-il ajouté, en soulignant que la décision finale reviendrait "au gouvernement dans sa pleine collégialité".

Il y a quelques jours, M. Toninelli avait souligné que cette publication devait être le "point de départ d'un dialogue" entre Rome et Paris.

A Paris, le ministère des Transports a réagi mardi avec une extrême prudence, assurant que "la France prend note de la publication de cette étude" et que ses experts étaient "en train d'analyser son contenu".

Méthodologie contestée

Paris étant favorable au projet, ce dossier risque de devenir un point de discorde supplémentaire entre les deux capitales, à couteaux tirés.

La France a rappelé jeudi son ambassadeur en Italie après une série de déclarations jugées "outrancières" de responsables italiens.

Le rapport risque aussi de créer de nouvelles tensions au sein de l'exécutif, au risque, selon certains commentateurs, de le faire chuter, tant l'opposition est forte entre la Ligue et le M5S sur ce dossier.

Le composition et la méthodologie de la commission sont également contestées.

Selon des parlementaires du Parti démocrate (PD, opposition de centre-gauche), cinq de ses six membres, dont son président Marco Ponti, ont exprimé dans le passé des jugements négatifs sur le projet. Le sixième n'a d'ailleurs pas signé le rapport.

Le mode de calcul fait aussi grincer des dents du côté de la Ligue ainsi qu'au Comité pour la transalpine Lyon-Turin, basé en France, qui juge l'analyse fondée sur un "étonnant parti pris".

"Tout en minorant les bénéfices environnementaux colossaux de l'infrastructure, le Pr Ponti inscrit dans la colonne +coûts+ le manque à gagner pour l'Etat italien que constituerait une diminution importante des taxes sur le carburant et du produit des péages autoroutiers. Pour résumer, moins il y aura de poids lourds et de voitures dans les Alpes, plus le rapport coûts-bénéfices du Lyon-Turin sera négatif. Un raisonnement qui vaut son pesant de CO²", fustige le comité.

L'Union européenne, qui a déjà injecté plusieurs centaines de millions d'euros dans le projet, a souligné récemment que sa suspension "mettrait en question l'accord de subvention en cours, et pourrait conduire à sa résiliation et au recouvrement total ou partiel des sommes déjà versées".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2019

JCDecaux annonce que sa filiale espagnole a remporté, à la suite d’un appel d’offres, le contrat publicitaire du mobilier urbain analogique et digital de la ville de Bilbao pour une durée de 15…

Publié le 21/02/2019

CNP Assurances a enregistré en 2017 un résultat net part du groupe de 1,37 milliard d’euros en hausse de 6,4 % (+ 8,6 % à périmètre et change constants) principalement tiré par…

Publié le 21/02/2019

La blessure à un genou de la future star NBA Zion Williamson a fait couler beaucoup d'encre...

Publié le 21/02/2019

Axway a enregistré en 2018 un résultat net part du groupe de 11 millions d’euros contre 4,4 millions d’euros en 2017. Le résultat opérationnel d’activité a chuté de 21,2% à 31,9 millions…

Publié le 21/02/2019

Compte-tenu des moyens financiers de la société