En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 848.03 PTS
-
5 842.0
-0.09 %
SBF 120 PTS
4 605.13
+0. %
DAX PTS
13 070.72
-
Dow Jones PTS
27 881.72
-0.1 %
8 354.29
+0. %
1.108
-0.08 %

Le prix et la fiscalité du gazole provoquent la grogne des routiers et du BTP

| AFP | 1654 | 4.40 par 5 internautes
Des salariés du bâtiment bloquent l'accès au dépôt pétrolier de Brest, le 29 novembre 2019, pour défendre leur avantage fiscal sur le gazole
Des salariés du bâtiment bloquent l'accès au dépôt pétrolier de Brest, le 29 novembre 2019, pour défendre leur avantage fiscal sur le gazole ( Fred TANNEAU / AFP )

A une semaine du mouvement national contre la réforme des retraites, des professionnels du BTP de l'Ouest bloquaient vendredi des dépôts pétroliers pour défendre leur avantage fiscal sur le gazole, emboitant le pas aux routiers mobilisés contre la hausse du carburant.

Les dépôts pétroliers de Vern-sur-Seiche, au sud de Rennes, de Lorient et de Brest étaient toujours bloqués vendredi en fin d'après-midi, selon les préfectures concernées.

Celui du Mans est bloqué depuis jeudi après-midi, les autres l'ont été dans la nuit par quelques dizaines de personnes.

La quinzaine de personnes d'organisations du bâtiment (CAPEB, CNAPT) qui bloquaient le dépôt pétrolier de La Pallice à La Rochelle depuis 23h00 jeudi ont levé le camp vendredi vers 16h30, a indiqué la préfecture à l'AFP. Ce déblocage a été obtenu "par le dialogue", d'après la même source, le directeur de cabinet du préfet étant allé échanger avec les protestataires sur place et s'étant engagé à faire remonter leurs doléances au niveau national.

Des engins de BTP, tractopelles, bennes, porte-chars, ont été stationnés devant les accès des dépôts pour empêcher les camions-citernes d'y accéder.

"La fin du gazole non routier va nous coûter 10% d'impôts supplémentaires sur notre chiffre d'affaires, c'est intenable", a déclaré Nobert Guillou, patron d'entreprise de travaux publics et président du syndicat professionnel CNATP du Morbihan, devant le dépôt de Lorient. "On ne bougera pas tant que le gouvernement ne cédera pas. Ils nous prennent pour des imbéciles, donc on est déterminés. On restera une semaine minimum", a-t-il assuré.

Des salariés du bâtiment bloquent l'accès au dépôt pétrolier de Brest, le 29 novembre 2019, pour défendre leur avantage fiscal sur le gazole
Des salariés du bâtiment bloquent l'accès au dépôt pétrolier de Brest, le 29 novembre 2019, pour défendre leur avantage fiscal sur le gazole ( Fred TANNEAU / AFP )

Les professionnels des travaux publics dénoncent la suppression progressive de la niche fiscale sur le gazole non routier prévu dans le projet de loi de finances pour 2020. Le gouvernement avait déjà tenté de la supprimer fin 2018, avant de faire machine arrière.

"La transition écologique, on n'est pas contre évidemment. Mais c'est pour tout le monde ou pour personne!", a estimé pour sa part Frédéric Corbet, patron d'une entreprise de terrassement et d'assainissement, manifestant devant le dépôt de Brest.

"On espère rester le moins longtemps possible, on verra bien si quelqu'un nous écoute", a-t-il ajouté.

A Vern-sur-Seiche, les manifestants ont pendu un mannequin avec un casque de chantier au sommet d'une pelle de chantier, selon une vidéaste de l'AFP. Jean-Marc Pelatre, chef d'entreprise de travaux publics, a promis de tenir "bon jusqu’au bout".

"A vouloir nous étrangler comme veut le faire le gouvernement, avec tous ces taxes (...), on va plutôt tuer les PME des régions bretonnes et de la France entière", a-t-il ajouté.

"Tours de garde"

Une dizaine de professionnels du BTP bloquaient l'accès au dépôt pétrolier du Mans avec des engins de chantier, a constaté un photographe de l'AFP.

"Le GNR est une niche fiscale? Non, c'est l'énergie de notre outil de travail", pouvait-on lire sur une banderole. Les manifestants envisagent une poursuite jusqu'à la grève du 5 décembre contre la réforme des retraites.

Jeudi matin, des dizaines de routiers avaient déjà participé à deux barrages filtrants sur l'autoroute à la frontière belge, à l'appel de la FNTR du Pas-de-Calais et de l'OTRE Hauts-de-France, pour protester contre le projet de hausse de 2 centimes d'une taxe sur le gazole. L'Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE) a appelé ses adhérents à "exprimer dans la rue la légitime colère de la profession", sans toutefois être suivie par les deux principales organisations du secteur, la FNTR et TLF.

L'approvisionnement des stations-service n'est pour l'instant pas menacé. Dans le Finistère, la préfecture a indiqué à l'AFP que les stocks de produits pétroliers étaient "très bons", invitant les automobilistes à "ne pas tomber dans la psychose".

"Il n’y a pas d’inquiétude particulière sur l’approvisionnement de notre réseau", a abondé un porte-parole de Total à l'AFP.

Les "opérateurs ont l'habitude de s'organiser", a souligné pour sa part l'Union française des industries pétrolières (Ufip). "Cela peut signifier détourner les camions, des tournées de camions un peu plus longues, du produit qui est envoyé par train, par barge, par pipeline…", a déclaré Alain Castinel, directeur de la communication de l'Ufip.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 4.40
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2019

Le compte à rebours du 15 décembre et la mise en oeuvre de nouveaux droits de douane sur plus de 150 Mds$ de produits chinois importés...

Publié le 11/12/2019

Transgene et son partenaire suédois BioInvent ont annoncé des résultats précliniques in vitro et in vivo particulièrement convaincants pour BT-001, un virus oncolytique (VO) exprimant un…

Publié le 11/12/2019

Schlumberger a annoncé la démission de Simon Ayat, vice-président exécutif et directeur financier, à compter du 22 janvier 2020...

Publié le 11/12/2019

Quelques jours après la publication de solides résultats annuels, Catana annonce l'acquisition de la majorité du capital de la société Magic Yachts...

Publié le 11/12/2019

GenSight Biologics a annoncé les premiers résultats de l'étude observationnelle Reality ainsi qu'une analyse des données de phase III, qui mettent en évidence le mauvais pronostic des patients…