En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
+0.68 %
4 785.0
+0.27 %
SBF 120 PTS
3 831.94
+0.73 %
DAX PTS
10 788.09
-0.21 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
-3.30 %
1.138
-0.05 %

Le pétrole tente un rebond, mais Trump maintient la pression

| Boursier | 221 | Aucun vote sur cette news

Le sursaut reste léger au regard de la chute récente

Le pétrole tente un rebond, mais Trump maintient la pression
Credits Reuters

Les prix du pétrole tentent de remonter ce lundi, le baril de brut WTI se redressant de 1,3% à 51,1$ (contrat de janvier) et le baril de Brent s'accordant 1,9% à 60,1$. Pourtant, le Président américain Donald Trump maintient la pression sur le réseau social Twitter : "C'est tellement bien que les prix du pétrole chutent (merci Président T). Ajoutez cela, l'équivalent d'une importante Réduction d'Impôt, à nos autres bonnes nouvelles Economiques. L'inflation baisse (écoutez-vous la Fed?) !"

En attendant d'éventuelles coupes dans la production en décembre, l'Arabie saoudite a produit encore très abondamment en novembre, selon une source industrielle citée par Reuters. La production pétrolière du Royaume aurait même atteint un record historique en novembre. La source de Reuters affirme que la production saoudienne serait ressortie entre 11,1 et 11,3 millions de barils par jour en novembre. Il est évidemment un peu tôt pour un bilan mensuel, mais la tendance serait claire.

L'offre surabondante a déséquilibré le marché et fait brutalement chuter les prix du pétrole ces dernières semaines. De plus, les sanctions américaines contre l'Iran se révèlent moins importantes que prévu, ce qui gonfle encore l'offre.

Des sources de Reuters au sein de l'industrie pétrolière saoudienne signalent que le pays désire un prix du baril supérieur à 70$. Khaled al-Faleh, le ministre saoudien de l'Energie, a expliqué ce mois que l'offre globale de pétrole pourrait excéder la demande de plus d'un million de barils par jour l'an prochain. Ainsi, l'OPEP devrait agir pour rééquilibrer le marché, a indiqué le dirigeant...

Les cours s'étaient effondrés vendredi soir, le ministre saoudien de l'Energie ayant indiqué que le Royaume avait pompé environ 10,7 millions de barils par jour en octobre, ce qui correspondait déjà à un record. Ces déclarations avaient accentué la crainte d'un excès d'offre en 2019, et le cours du baril de brut léger américain (WTI) avait plongé vendredi soir de 7,7%, à 50,4$ sur le Nymex, pour le contrat à terme de janvier, retombant au plus bas depuis 14 mois. Le baril de Brent de la Mer du Nord chutait pour sa part au plus bas depuis 13 mois.

L'Opep et ses alliés doivent se réunir le 6 décembre prochain à Vienne afin de discuter d'une possible réduction de leur production l'an prochain, pour enrayer la chute des cours. L'Arabie saoudite, leader du cartel, se heurte cependant à la réticence de la Russie. Par ailleurs, les Etats-Unis vont continuer d'augmenter l'an prochain leur production de pétrole de schiste, ce qui menace d'annuler les efforts de l'Opep...

Les cours sont revenus au plus bas depuis plus d'un an, et les deux variétés de pétrole ont désormais plongé de plus de 30% (-33% pour le WTI, -30% pour le Brent) depuis leurs sommets de début octobre, il y a moins de 8 semaines.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN

Publié le 07/12/2018

"Nous sommes satisfaits de ces résultats précliniques qui démontrent que Sarconeos accélère la différenciation des cellules musculaires squelettiques...

Publié le 07/12/2018

Bouygues Telecom et de Keyyo ont approuvé unanimement le projet de rapprochement. Ainsi, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Eric Saiz, Dominique Roche, ainsi…