En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-0.17 %
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-0.22 %
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.140
-0.11 %

Le PDG de CBS évincé après de nouvelles accusations d'abus sexuels

| AFP | 223 | Aucun vote sur cette news
Le patron de CBS, Leslie Moonves, le 5 juillet 2016 à Sun Valley, dans l'Idaho
Le patron de CBS, Leslie Moonves, le 5 juillet 2016 à Sun Valley, dans l'Idaho ( Drew ANGERER / Getty/AFP/Archives )

Une deuxième série d'accusations d'abus sexuels aura eu raison du PDG de CBS: la chaîne américaine a annoncé dimanche soir le départ de Leslie Moonves, nouveau trophée pour le mouvement #MeToo, après que six nouvelles femmes l'eurent accusé.

Dans un communiqué, la chaîne a annoncé le départ "avec effet immédiat", après 15 ans aux commandes, de M. Moonves, un ancien acteur de 68 ans, l'un des personnages les plus puissants de la télévision américaine.

La chaîne a également annoncé qu'elle allait donner 20 millions de dollars à une ou plusieurs associations soutenant le #MeToo et l'égalité des femmes au travail.

M. Moonves est remplacé à la tête du premier "network" américain par son adjoint, le directeur des opérations Joseph Ianniello. CBS a également annoncé le remplacement de six membres de son conseil d'administration.

Ce dirigeant était apprécié de Wall Street pour avoir fait de CBS le plus populaire des "networks", introduisant des séries à succès comme "The Big Bang Theory". Mais sa position était devenue intenable, après plusieurs jours d'intenses spéculations sur son sort.

Dimanche après-midi, plusieurs médias américains avaient annoncé son départ comme imminent, après la publication dans la matinée par le New Yorker des accusations de six nouvelles femmes à son encontre.

Ces nouvelles allégations sont plus graves que celles des six premières femmes qui l'avaient accusé en juillet, également dans le New Yorker, de les avoir touchées ou embrassées de force. Les nouveaux témoignages incluent des allégations de fellations forcées, donc de viols, et de violences physiques.

Certaines femmes ont aussi accusé M. Moonves d'avoir entravé leur carrière après qu'elles eurent repoussé ses avances.

- "Accusations épouvantables" -

L'une de ces femmes, Phyllis Golden-Gottlieb, a porté plainte l'an dernier auprès de la police de Los Angeles, qui a jugé ses accusations crédibles mais a décidé de ne pas inculper M. Moonves car l'agression supposée était assez vieille pour tomber sous le coup de la prescription, selon Ronan Farrow, auteur de l'article du New Yorker et à la pointe des révélations du #MeToo.

M. Moonves a démenti auprès du New Yorker ces accusations, les qualifiant d'"épouvantables".

Logo de CBS sur les murs du siège de la chaîne américaine de télévision à New York, le 6 août 2018.
Logo de CBS sur les murs du siège de la chaîne américaine de télévision à New York, le 6 août 2018. ( ANGELA WEISS / AFP )

Il a assuré avoir eu des relations consenties avec trois des femmes citées par le magazine, avant son arrivée chez CBS en 1995. Elles ont mené un "effort concerté" pour "détruire mon nom, ma réputation, ma carrière", a-t-il accusé à son tour.

Outre le départ de M. Moonves, la chaîne américaine a annoncé simultanément la fin de son litige avec la famille Redstone, qui contrôle 80% du capital. La famille voulait fusionner CBS avec Viacom, un autre groupe de médias qu'elle possède. Et elle avait assigné CBS en justice, en l'accusant de vouloir diluer ses droits de vote à quelque 20% seulement, ce qui devait déboucher sur un procès début octobre.

Les Redstone ont "confirmé n'avoir aucun projet de proposer une fusion de CBS et Viacom et convenu qu'ils ne feraient aucune proposition de ce genre pendant au moins deux ans à compter de la date de l'accord" à l'amiable annoncé dimanche soir, a détaillé CBS dimanche soir.

Même s'il était toujours en poste, M. Moonves était sur la sellette depuis les premières accusations de juillet.

Des discussions sur son départ duraient depuis plusieurs semaines, tournant en grande partie autour de son indemnité de départ.

CBS a indiqué dimanche qu'elle ne lui paierait "aucune indemnité à ce stade". La chaîne pourrait cependant en verser une quand sera achevée l'enquête indépendante menée par un cabinet d'avocats sur les accusations d'abus sexuels. Il a été par ailleurs précisé que les 20 millions de dollars donnés aux associations seraient déduits du montant final.

Plusieurs médias américains, citant des sources proches du dossier, avaient évoqué avant dimanche un montant de quelque 100 millions de dollars.

La somme avait choqué les partisans de #MeToo et certaines de ses accusatrices. "C'est complètement dégoûtant", avait ainsi déclaré une de ses accusatrices, Jessica Pallingston, au New Yorker. "Il devrait prendre cet argent et le donner à des associations de victimes d'abus sexuels".

Le mouvement Time's Up, relais de #MeToo dans de nombreux secteurs économiques, a dénoncé sur Twitter "une culture de complicité toxique chez CBS".

La chaîne "a l'obligation de bouger rapidement et de façon déterminée pour créer un environnement de travail sûr pour tout le monde", a-t-il ajouté.

Le maintien de Leslie Moonves chez CBS après les premières accusations constituait une exception à l'ère de #MeToo, qui a vu des dizaines d'hommes de pouvoir américains poussés vers la sortie dès les premières accusations de harcèlement ou d'abus sexuels rendues publiques, souvent en quelques heures à peine.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

L'opération SQLI s'effectue au prix de 18 euros par action...

Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

Veuillez trouver ci-dessous un communiqué de presse d'Aedifica (une société immobilière réglementée publique de droit belge, cotée sur Euronext Brussels), relatif à un rachat…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…