En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 492.02 PTS
+0.74 %
5 493.5
+0.76 %
SBF 120 PTS
4 398.70
+0.75 %
DAX PTS
12 441.48
+0.93 %
Dowjones PTS
26 656.98
+0.95 %
7 569.03
+0.00 %
1.178
+0.07 %

Le patron de Ryanair prévient qu'il ne va pas "s'écraser" devant les grèves

| AFP | 137 | Aucun vote sur cette news
Le directeur général de Ryanair, Michael O'Leary
Le directeur général de Ryanair, Michael O'Leary ( Tolga AKMEN / AFP/Archives )

Le directeur général de Ryanair, Michael O'Leary, a prévenu mercredi qu'il n'allait pas "s'écraser" devant les syndicats qui font grève, le jour où 150 vols de la compagnie low cost ont été annulés en Allemagne à cause d'un mouvement social.

Lors d'une conférence de presse à Londres, M. O'Leary a cherché à minimiser l'impact des grèves en série qui touchent sa compagnie ces dernières semaines et s'est dit prêt à en affronter d'autres.

"Nous ne sommes pas EasyJet (sa concurrente britannique, ndlr), nous ne nous écrasons pas à chaque fois que nous sommes sous la menace d'une grève", a déclaré le dirigeant.

Très remonté contre ces mouvements que Ryanair n'a eu de cesse de fustiger, M. O'Leary a lancé, dans son style caractéristique, aux grévistes allemands: "Votre grève est un échec".

Il a assuré que la direction de la première compagnie aérienne européenne avait accepté le principe d'une médiation et d'un arbitrage pour résoudre son conflit avec ses pilotes et son personnel de cabine en Allemagne, mais que ces derniers avaient refusé le médiateur proposé par la direction et décidé de faire grève.

M. O'Leary a même tourné en dérision la proposition du syndicat des pilotes allemands de proposer l'ancien chancelier Gerhard Schröder comme médiateur.

En Allemagne, un mouvement social de 24 heures, qui a débuté à 01H00 GMT à l'appel des syndicats allemands de pilotes, Cockpit, et de personnel de cabine, Verdi, a entraîné la suppression de 150 vols Ryanair au départ et à destination de l'Allemagne.

Les grévistes exigent, outre l'augmentation de leurs salaires, la mise en place d'un salaire minimum, des contrats locaux et non irlandais et la prise en compte de la totalité des heures effectuées, y compris avant et après le décollage de l'appareil.

Au mois d'août, la compagnie a fait face à un vaste mouvement coordonné de son personnel dans cinq pays européens: 400 vols annulés en pleine période de vacances et plus de 55.000 passagers concernés.

Lors de sa conférence de presse, M. O'Leary a regretté les derniers mouvements d'arrêt du travail chez Ryanair, mais jugé qu'il s'agissait d'un mal "nécessaire" que la compagnie devait combattre pour pouvoir conserver son modèle à bas coût.

"Nous ne voulons pas de grèves mais nous ferons avec si cela signifie défendre nos coûts et notre capacité à offrir des prix en baisse", a-t-il ajouté.

"Les grèves ont un impact minimal et sont en général des échecs", même si "elles pèsent sur la confiance des clients" et empêchent la compagnie d'avoir les tarifs les plus bas possibles, a-t-il reconnu.

Toutefois, signe d'une sérénité toute relative, la compagnie a décidé de tenir éloignés les médias de l'assemblée générale de ses actionnaires prévue jeudi 20 septembre et qui pourrait être l'occasion pour les syndicats de se faire entendre en marge de l'événement.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Mauna Kea Technologies cède 2,77% à 3,155 euros après l'annonce d'une perte nette semestrielle de 6,836 millions d'euros, contre une perte de 5,787 millions un an plus tôt. Au 30 juin, la medtech…

Publié le 21/09/2018

ECA Group a annoncé une nouvelle vente de drone sous-marin autonome AUV (« Autonomous Underwater Vehicle ») de la gamme A18. Celui-ci sera livré au client fin 2019 en version grande profondeur…

Publié le 21/09/2018

Stéphane Bianchi, ancien dirigeant d'Yves Rocher et actuel membre du conseil du groupe suisse Maus (Lacoste, Aigle...

Publié le 21/09/2018

La belle série se poursuit pour Renault qui grimpe encore de 1% à 68,8 euros en matinée à Paris, et aligne ainsi une huitième séance consécutive dans...