5 390.63 PTS
-
5 411.00
-
SBF 120 PTS
4 323.31
-
DAX PTS
12 677.97
-
Dowjones PTS
24 700.21
-1.15 %
7 228.04
-0.32 %
Nikkei PTS
22 296.91
+0.08 %

Le parquet sud-coréen demande une peine plus sévère contre l'héritier de Samsung

| AFP | 295 | Aucun vote sur cette news
Lee Jae-Yong, le vice-président de Samsung Electronics, à sa sortie du tribunal à Séoul, le 25 août 2017
Lee Jae-Yong, le vice-président de Samsung Electronics, à sa sortie du tribunal à Séoul, le 25 août 2017 ( Chung Sung-Jun / POOL/AFP/Archives )

Le parquet sud-coréen a fait appel mardi de la condamnation à cinq ans de prison pour corruption de l'héritier de Samsung, jugeant cette décision trop clémente à l'égard de Lee Jae-Yong.

Agé de 49 ans, le vice-président de Samsung Electronics et fils du président du groupe Samsung Lee Kung-Hee, a été reconnu coupable vendredi de corruption, abus de bien sociaux, parjure et d'autres chefs d'accusation dans le vaste scandale qui a entraîné la destitution et l'arrestation de l'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-Hye.

La condamnation porte sur des versements d'argent à la confidente de l'ombre de Mme Park, Choi Soon-Sil.

Quatre autres hauts responsables de Samsung ont également été condamnés. Deux ont écopé de peines allant jusqu'à quatre ans de prison tandis que les deux derniers ont été condamnés à des peines avec sursis.

L'appel du ministère public porte sur la décision du tribunal d'innocenter M. Lee de certains chefs d'accusation. Le parquet déplore globalement des peines trop clémentes contre les cinq prévenus, rapporte l'agence sud-coréenne Yonhap.

Le ministère public avait requis 12 ans de réclusion contre l'héritier de l'empire Samsung.

La justice a estimé qu'il avait versé un total de 8,9 milliards de wons (6,6 millions d'euros) pour acheter le soutien du gouvernement à la passation générationnelle du pouvoir au sommet du groupe à la suite de la crise cardiaque de son père en 2014.

M. Lee dément tout, sa défense expliquant qu'il n'était pas au courant de ces transferts et ne les avait pas approuvés. Ses avocats ont fait appel lundi.

Les chaebols (conglomérats) de la quatrième économie d'Asie entretiennent de longue date des accointances malsaines avec le pouvoir politique. Dans le passé, les errements de leurs dirigeants ont souvent été sanctionnés par des peines légères, en reconnaissance des services rendus par ces conglomérats à l'économie.

Samsung, qui pèse un cinquième du PIB, est de loin le premier de ces chaebols.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/06/2018

Le prix de souscription des actions nouvelles est de 5,1 euros par action...

Publié le 19/06/2018

verture aux Etats-Unis ABID vise 5,55 euros par action...

Publié le 19/06/2018

Le produit net de l'augmentation de capital permettra de financer une partie de l'acquisition d'un portefeuille de 14 hôtels...

Publié le 19/06/2018

U10 va être transféré sur Euronext Growth...