En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 029.72 PTS
-0.54 %
6 019.00
-0.64 %
SBF 120 PTS
4 769.97
-0.5 %
DAX PTS
13 579.33
-0.62 %
Dow Jones PTS
28 992.41
-0.78 %
9 446.69
-1.88 %

Le nouveau patron de Renault mieux payé que Ghosn

| AFP | 345 | 2.50 par 2 internautes
Luca de Meo nouveau patron de Renault, lors d'une conférence de presse à Barcelone, le 27 mars 2019
Luca de Meo nouveau patron de Renault, lors d'une conférence de presse à Barcelone, le 27 mars 2019 ( Josep LAGO / AFP/Archives )

Le nouveau patron de Renault Luca de Meo sera mieux payé que ses prédécesseurs Thierry Bolloré et Carlos Ghosn, avec 1,3 million d'euros de fixe annuel et une rémunération totale pouvant dépasser 6 millions d'euros selon ses performances, d'après un document mis en ligne par le constructeur français.

Si on exclut les rémunérations perçues par M. Ghosn comme dirigeant de Nissan et qui lui permettaient d'atteindre au cumul 15 millions d'euros par an, ce dernier n'aurait eu droit chez Renault qu'à un maximum de 4,7 millions annuels, après avoir accepté en 2018 de réduire son salaire de 30% sous la pression du gouvernement français, selon un calcul de l'AFP.

Une source proche du dossier souligne toutefois que Luca de Meo, ancien patron de Seat (groupe Volkswagen) aurait "accepté de baisser sa rémunération fixe plus variable" pour venir chez Renault.

Le dirigeant italien, qui prendra ses fonctions de directeur général de Renault au 1er juillet, aura droit à un montant fixe de 1,3 million d'euros par an payable "en douze mensualités", selon les principes de rémunération mis en ligne par le constructeur automobile français sur son site internet.

A cela, pourra s'ajouter une rémunération variable annuelle pouvant atteindre au maximum 150% du fixe "en fonction de critères quantitatifs et qualitatifs", soit 1,95 million d'euros.

En outre, il pourra percevoir chaque année une rémunération variable à long terme atteignant 75.000 actions Renault. Leur "acquisition définitive sera soumise à l'atteinte de critères de performance évalués sur une période cumulée de trois ans et à une condition de présence de trois ans à compter de leur date d'attribution".

Ce paquet est évalué à près de 2,6 millions d'euros au cours actuel du titre, soit un total maximal théorique (fixe, plus variable annuel, plus variable à long terme) de près de 6 millions d'euros par an si l'action Renault restait inchangée.

Mais le titre a chuté de près de moitié depuis l'arrestation de l'ancien patron Carlos Ghosn en novembre 2018, sous l'effet de la crise qui a secoué l'alliance avec le partenaire japonais Nissan. En cas de redressement du constructeur, sa valeur pourrait de nouveau décoller et Luca de Meo toucher beaucoup plus.

Polémiques

A titre de comparaison, son prédécesseur Thierry Bolloré, nommé début 2019 et limogé en octobre, s'était vu attribuer 900.000 euros de fixe, plus une part variable pouvant atteindre 125% de ce montant, ainsi que 50.000 actions de performance. Au cours actuel de l'action Renault, sa rémunération maximale atteindrait donc environ 3,7 millions d'euros.

La rémunération de Carlos Ghosn, aujourd'hui réfugié au Liban après avoir fui le Japon où il est poursuivi pour diverses malversations présumées, avait régulièrement fait l'objet de polémiques dans le passé.

Contraint par le gouvernement français d'accepter une réduction de 30% de sa rémunération lors du renouvellement de son mandat en 2018, M. Ghosn avait droit à 1 million d'euros de fixe, un salaire variable plafonné à 1 million d'euros, ainsi que 80.000 actions de performance, soit un maximum théorique de 4,7 millions d'euros.

Les années précédentes, il gagnait toutefois nettement plus. Son fixe atteignait 1,23 million d'euros, auquel s'ajoutait une part variable maximale de 180% de ce montant et 100.000 actions de performances, soit au cours actuel de l'action un total pouvant atteindre près de 7 millions d'euros.

Interrogé par l'AFP, le cabinet de conseil auprès des actionnaires Proxinvest souligne que la rémunération de Carlos Tavares, patron de PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall) a atteint 7,6 millions d'euros au titre de 2018 et que la rémunération moyenne effective pour les dirigeants de sociétés du CAC 40 se situe autour de 5,8 millions.

Or, le nouveau patron de Renault est loin d'être certain d'atteindre les objectifs lui permettant de prétendre à la totalité des rémunérations variables prévues. "Tout va se jouer dans l'exigence des conditions de performance, il faudra que les actionnaires s'assurent qu'elles soient réellement exigeantes, ce qui n'avait pas été le cas pour Carlos Ghosn", estime Charles Pinel, associé de Proxinvest.

La rémunération de Carlos Ghosn tenait compte également de ses fonctions de président du conseil d'administration de Renault, alors que Luca de Meo n'occupe que la direction exécutive.

L'actuel président Jean-Dominique Senard a accepté le poste pour 450.000 euros annuels.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 2.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2020

Une petite erreur s'est glissée dans le titre de notre dépêche précédente à propos de Mediawan. Mediawan a nommé Victoire Grux et non Victoria Grux au poste de directrice de la…

Publié le 21/02/2020

DLSI Groupe a publié un chiffre d'affaires consolidé 2019 en hausse de 1,8% à 234,4 millions d'euros. Le spécialiste des prestations de travail temporaire précise dans son communiqué que…

Publié le 21/02/2020

L'international progresse de 8,7% sur l'exercice

Publié le 21/02/2020

IMPLANETLe spécialiste des implants vertébraux et des implants chirurgicaux du genou publiera (avant Bourse) ses résultats annuelsYMAGISLe spécialiste des technologies numériques pour l'industrie…

Publié le 21/02/2020

DBV Technologies vient d'annoncer que la FDA avait indiqué que la réunion du Comité Consultatif sur les produits allergènes se tiendra le 15 mai 2020 pour discuter de la demande de licence de…