En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 154.58 PTS
-1.57 %
4 138.00
-1.91 %
SBF 120 PTS
3 262.43
-1.67 %
DAX PTS
9 525.77
-0.47 %
Dow Jones PTS
21 052.53
-1.69 %
7 528.11
-1.41 %

Le nouveau patron de Boeing attribue les déboires du groupe à son prédecesseur

| AFP | 794 | 4 par 1 internautes
(COMBO) David Calhoun, le nouveau directeur général de Boeing, à gauche sur cette photo, attribue les problèmes du MAX à son prédécesseur Dennis Muilenburg, à droite,
(COMBO) David Calhoun, le nouveau directeur général de Boeing, à gauche sur cette photo, attribue les problèmes du MAX à son prédécesseur Dennis Muilenburg, à droite, ( TORU YAMANAKA, Olivier Douliery / AFP/Archives )

David Calhoun, le nouveau patron de Boeing, a vertement critiqué son prédécesseur dans un entretien au New York Times publié jeudi, et suggère que les pilotes d'Ethiopian Airlines et de Lion Air auraient également une part de responsabilité dans les accidents du 737 MAX ayant fait au total 346 morts.

M. Calhoun, qui a pris ses fonctions le 13 janvier, affirme avoir hérité d'une situation bien plus mal embarquée qu'il ne l'avait imaginé: des relations tendues avec les compagnies aériennes, le lien rompu avec les autorités de l'aviation internationales et la nécessité d'apaiser le président Donald Trump, dont le bilan économique est quelque peu mis à mal par les déboires du 737 MAX qui affectent l'activité manufacturière aux Etats-Unis.

"C'est pire que je n'imaginais, honnêtement", a déclaré M. Calhoun, en référence aux problèmes auxquels il est confronté. "ça reflète la faiblesse de la direction" précédente, a-t-il ajouté.

Son prédécesseur Dennis Muilenburg a été limogé en décembre, après une gestion de crise jugée calamiteuse. Ses relations avec l'agence fédérale de l'aviation (FAA), principal régulateur de Boeing, avaient atteint un point de non-retour, avaient assuré à l'AFP en janvier des sources règlementaires.

M. Calhoun n'est toutefois pas étranger à l'ancienne direction puisqu'il est membre du conseil d'administration depuis 2009, soit deux ans avant le développement du MAX, dont deux accidents rapprochés ayant fait 346 morts ont conduit à son immobilisation au sol depuis le 13 mars 2019. Boeing travaille actuellement sur les changements exigés par les régulateurs pour obtenir une remise en service de cet avion vedette.

Plan de secours

"Les Conseils d'administration croient en un directeur général jusqu'à ce qu'ils n'y croient plus", se défend maintenant M. Calhoun, qui avait été promu président du conseil en octobre dernier. Il avait dans la foulée défendu M. Muilenburg, qui essuyait les critiques des politiques américains, des familles des victimes et des pilotes.

"Nous avions un plan de secours (…) J'étais le plan de secours", assure-t-il désormais, accusant par ailleurs son prédécesseur d'avoir augmenté les cadences de production alors même que les fournisseurs n'étaient pas prêts.

"Je ne pourrai jamais savoir ce qui motivait Dennis, si c'était le cours de l'action qui montait, montait ou alors si c'était pour battre le concurrent sur la nouvelle augmentation de cadence" de production, avance M. Calhoun, prenant nettement ses distances.

M. Calhoun et le reste du conseil d'administration de Boeing n'avaient jamais remis en question la stratégie de M. Muilenburg, dénoncée pourtant par des analystes qui déploraient la culture du coût zéro adoptée depuis les années 2000.

"Si nous avons été complaisants de quelque façon que ce soit, peut-être, peut-être pas; je ne sais pas", dit-il. "Nous avons soutenu un directeur général qui voulait prendre des risques, et dont le pedigree suggérait qu'il s'en sortirait bien en le faisant".

Si les premières conclusions des enquêtes ont montré que le système anti-décrochage MCAS était une des principales causes des accidents de Lion Air et d'Ethiopian Airlines, M. Calhoun suggère que les pilotes des deux avions auraient également une part de responsabilité.

Ces deux compagnies "sont celles où les pilotes sont très loin d'avoir la même expérience qu'aux Etats-Unis", dit-il, refusant d'élaborer davantage si les journalistes veulent le citer.

Cette ligne de défense qui consiste à rejeter une partie de la faute sur les pilotes est semblable à celle utilisée par Dennis Muilenburg lors des premiers jours ayant suivi l'accident d'Ethiopian Airlines.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/04/2020

Le groupe publiera son chiffre d'affaires du premier trimestre le 15 avril

Publié le 03/04/2020

Unibel a annoncé que, compte tenu des incertitudes résultant du contexte actuel lié au COVID-19, l'assemblée générale du 14 mai 2020 se tiendra au siège social, 2, Allée de Longchamp 92 150…

Publié le 03/04/2020

Dans son communiqué du 11 mars dernier, Transgène a initialement prévu une consommation nette de trésorerie de l'ordre de 25 millions d'euros pour 2020. Malgré les effets difficilement…

Publié le 03/04/2020

Transgene prévient qu'elle pourrait souffrir de dysfonctionnements dans la chaîne d'approvisionnement et d'expédition dont elle dépend

Publié le 03/04/2020

Le Crédit Agricole a adapté son dispositif d’accompagnement des clients aux particularités du marché des agriculteurs. Il intensifie ses actions pour accompagner ses clients exploitants…