En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 967.69 PTS
-1.69 %
4 981.50
-1.36 %
SBF 120 PTS
3 976.99
-1.79 %
DAX PTS
11 274.28
-2.17 %
Dowjones PTS
24 954.63
-1.43 %
7 028.04
-1.58 %
1.148
+0.11 %

Le "nautisme propre" au Grand Pavois: un moteur encore au ralenti

| AFP | 199 | Aucun vote sur cette news
Des visiteurs examinent des bateaux sur le port des Minimes lors du salon Grand Pavois à La Rochelle, le 27 septembre 2018
Des visiteurs examinent des bateaux sur le port des Minimes lors du salon Grand Pavois à La Rochelle, le 27 septembre 2018 ( XAVIER LEOTY / AFP )

Trois bateaux neufs sur quatre sont des bateaux à moteurs, mais quasiment aucun n'embarque une motorisation électrique ou hybride: c'est le constat de la filière nautique au Grand Pavois de La Rochelle, même si elle prédit un fort potentiel au secteur de la "plaisance propre".

"Le marché est très peu mature", a expliqué Jean-François Herry, le représentant de l'Association française pour le bateau électrique (AFBE) au Grand Pavois, l'un des plus importants salons à flot au monde, placé cette année sous le signe de l'innovation environnementale.

Chaque année "il se vend une centaine d'unités (électrique ou hybride) en petite plaisance, une dizaine pour le transport de passagers et quelques dizaines de voiliers se convertissent à l'électrique", selon le président de l'AFBE Xavier de Montgros. Ce qui correspond à moins de 1% de l'activité des chantiers navals, qui ont vendu 13.141 bateaux en 2016-17.

Les moteurs électriques pâtissent de leur prix, 30% à 50% plus cher qu'un moteur à explosion, de "l'image d'une technologie encore balbutiante" et de doutes sur l'autonomie. Pourtant, les derniers modèles présentés au Grand Pavois, qui se tient jusqu'à lundi, embarquent des batteries capables de tenir "6H30 à une vitesse moyenne de 15 nœuds (28 km/h) alors qu'en moyenne les plaisanciers ne vont pas à plus de 10 nœuds", selon M. Henry.

Mais la demande existe, "même si elle ne se mesure pas encore en pourcentage à deux chiffres" de la demande globale, selon Philippe Pallu, vice-président de l'AFBE et fondateur d'Alternatives énergies, une entreprise spécialisée en navires de transport de passagers à propulsion électrique ou hybride.

Alternatives énergies équipe plusieurs villes de France en petits ferries, navettes ou passeurs, comme Marseille, Toulon, Paris, La Rochelle. Mais dans ces cas précis "l'utilisation quotidienne permet d'amortir l'investissement" et de surmonter l'écueil du coût, relève-t-il.

Mais aussi les chantiers navals ne proposent pas encore d'offre à la hauteur "parce que cela pose un problème d'organisation de la chaîne de production", concède M. Pallu de la Barrière. "Mais tout le monde y réfléchit sérieusement".

Selon une étude d'IDTechEx, cabinet conseil spécialisé notamment dans les technologies émergentes, le marché du bateau électrique ou hybride ne représente aujourd’hui que 1 à 2 % du secteur maritime, mais devrait connaître une croissance exponentielle dans la décennie à venir.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Tradez sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2018

Artefact a présenté des résultats consolidés du premier semestre 2018 en progression. Ainsi, le résultat net part du groupe s’élève à 574 000 euros, contre -1 486 000 euros au premier…

Publié le 23/10/2018

Paris, 23 octobre 2018  N°13-18   Entrée de Maurel & Prom en Angola       Maurel & Prom annonce la signature d'un contrat d'achat et de vente…

Publié le 23/10/2018

Tarkett a enregistré une baisse de 3,5% de son Ebitda ajusté au troisième trimestre à 97,7 millions d'euros. La marge du spécialiste des revêtements de sol et des surfaces sportives a, elle,…

Publié le 23/10/2018

Vinci affiche un troisième trimestre en progession avec un chiffre d’affaires consolidé de 11,7 milliards d’euros, en hausse de 9,5 % à structure réelle et de 4,3 % à structure comparable par…

Publié le 23/10/2018

Lors de sa réunion du 23 octobre 2018, le Conseil de Surveillance de PSA a décidé de désigner Louis Gallois, membre indépendant du Conseil, ainsi que Président du Conseil, en qualité de membre…