En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 810.74 PTS
+0.51 %
4 813.50
+0.57 %
SBF 120 PTS
3 832.83
+0.61 %
DAX PTS
10 931.24
+0.36 %
Dowjones PTS
24 279.30
+0.89 %
6 686.46
+0.25 %
1.139
-0.08 %

Le groupe chinois Huawei licencie son employé arrêté en Pologne pour espionnage

| AFP | 323 | Aucun vote sur cette news
Le groupe chinois Huawei est au centre de soupçons d'espionnage dans plusieurs pays.
Le groupe chinois Huawei est au centre de soupçons d'espionnage dans plusieurs pays. ( David Becker / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Le géant chinois des télécommunications Huawei a annoncé samedi avoir rapidement licencié son employé arrêté en Pologne pour espionnage, prenant ainsi ses distances avec cette affaire qui fait suite à des mises à l'index de ce groupe dans plusieurs pays.

Les "actions présumées" de Wang Weijing, interpellé mardi sur le territoire polonais, "n'ont pas de rapport avec la compagnie", a affirmé Huawei dans un communiqué, ajoutant qu' "en conformité avec les termes et les conditions du contrat de travail, nous avons pris cette décision parce que l'incident en question a discrédité Huawei".

"Huawei se soumet à toutes les lois et à toutes les réglementations en vigueur dans les pays où il opère et nous demandons que tous nos employés respectent les lois et les réglementations dans les pays où ils sont basés", a poursuivi ce groupe, déjà au coeur d'une affaire judiciaire, qui ne porte pas sur de l'espionnage économique, ayant ébranlé les relations entre Washington et Pékin.

Le 1er décembre, une responsable de Huawei, Meng Wanzhou, a en effet été arrêtée au Canada à la demande des Etats-Unis, la Chine étant d'autant plus ulcérée qu'il s'agit de la fille du fondateur de ce géant des télécoms. Les Américains, qui demandent son extradition, la soupçonnent de complicité de fraude pour contourner les sanctions contre l'Iran.

Depuis, treize Canadiens ont été détenus en Chine dont huit ont été remis en liberté, a fait savoir le 4 janvier le ministère canadien des Affaires étrangères.

Fondée par un ancien ingénieur de l'armée chinoise, Huawei a déjà été au centre de soupçons d'espionnage dans plusieurs pays dont les Etats-Unis, l'Australie et le Japon, qui lui ont interdit de bâtir un réseau d'internet ultrarapide, la 5G. Et ce alors que ce groupe a d'ores et déjà signé des accords avec plusieurs opérateurs en Europe en vue du déploiement à venir de cette technologie.

"Arrêté pour raisons personnelles"

Dans un autre communiqué cité samedi par le Global Times, un média d'Etat chinois, Huawei assure que Wang Weijing a été arrêté pour des "raisons personnelles", sans autres précisions.

Et alors que le gouvernement chinois a défendu bec et ongles la directrice financière de la compagnie Meng Wanzhou après son interpellation à Vancouver et exigé sa remise en liberté, Huawei s'est borné à "immédiatement" mettre à pied Wang Weijing, un employé de son bureau de représentation en Pologne.

"Un Polonais et un Chinois ont été arrêtés sous l'accusation d'espionnage. Le Chinois est un homme d'affaires travaillant pour un important groupe d'électronique", avaient pour leur part annoncé vendredi les autorités polonaises.

Ces deux hommes, dont les appartements et les lieux de travail ont été perquisitionnés, sont soupçonnés d'avoir agi "pour le compte des services chinois et au détriment de la Pologne", avaient-elles précisé.

Le Polonais impliqué était quant à lui un conseiller de la filiale polonaise du groupe français de télécommunications Orange.

Selon plusieurs médias polonais, c'est un expert en sécurité informatique et un ancien officier de l'Agence de sécurité intérieure ABW, dont des agents l'ont arrêté.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse   Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social      Dijon, le 16 janvier 2019…

Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse     Bilan semestriel du contrat de liquidité de Crossject au 31/12/2018      Dijon, le 16 janvier 2019     CROSSJECT (ISIN : FR0011716265 ;…

Publié le 16/01/2019

  Genève (Suisse) - le 15 janvier 2019 : WISeKey International Holding Ltd (WIHN.SW) (« WISeKey »), société de premier plan dans le domaine de la cybersécurité et…

Publié le 16/01/2019

Au titre de son premier trimestre 2018/2019, Manutan a affiché un chiffre d'affaires de 192,6 millions d'euros, une croissance de 2,9% par rapport au même trimestre de l'exercice précédent. "La…

Publié le 16/01/2019

Elis annonce avoir finalisé l’acquisition de 100 % de Metropolitana en Colombie. Le groupe, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires d’environ 4 millions d’euros, dispose de deux usines…