En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 781.96 PTS
+0.59 %
4 781.0
+0.58 %
SBF 120 PTS
3 795.90
+0.52 %
DAX PTS
10 799.82
+0.55 %
Dowjones PTS
23 873.08
+0.83 %
6 558.94
+1.04 %
1.143
+0.57 %

Le grand conglomérat industriel, modèle en bout de course? Pas partout

| AFP | 639 | Aucun vote sur cette news
Des passants longent le logo de ThyssenKrupp, le 28 septembre devant le siège du conglomérat à Essen (ouest de l'Allemagne).
Des passants longent le logo de ThyssenKrupp, le 28 septembre devant le siège du conglomérat à Essen (ouest de l'Allemagne). ( Patrik STOLLARZ / AFP )

Le géant allemand de l'acier ThyssenKrupp se scinde, le mastodonte américain General Electric s'enfonce dans la crise, son concurrent Siemens n'en finit pas de se réorganiser... Le modèle du grand conglomérat industriel a-t-il vécu?

Pas forcément: ce type d'entreprise diversifiée et employant des dizaines, voire des centaines de milliers de personnes, correspond à "une phase donnée du développement des nations industrialisées", selon Dominique Barjot, professeur en histoire économique à la Sorbonne (Paris). Ce qui explique son déclin dans les pays développés, et au contraire sa persistance dans des économies émergentes.

Q: A quand remontent les difficultés des conglomérats industriels?

Le siège de Mitsubishi à Tokyo, le 9 mai 2017.
Le siège de Mitsubishi à Tokyo, le 9 mai 2017. ( Kazuhiro NOGI / AFP )

R: Le modèle a connu son apogée dans les décennies 70 et 80, aux États-Unis bien sûr, mais aussi en Europe occidentale et au Japon. Le tournant se fait dans les années 90, quand le passage à une régulation par le marché pousse les groupes à engendrer des profits plus élevés en se spécialisant, pour rémunérer mieux leurs actionnaires. De bons exemples sont des groupes comme (les français) Saint-Gobain ou Lafarge dans les matériaux de construction, qui se sont recentrés sur leurs activités les plus rentables, là où ils avaient un leadership mondial. Les pays du sud-est asiatique ont aussi été ébranlés, dès la crise de 1997, qui aboutit à démembrer ou au moins à affaiblir le système des grands conglomérats multi-spécialisés. Au Japon on peut citer l'exemple de Mitsubishi ou Mitsui, et en Corée du Sud Hyundai ou Daewoo.

QUESTION: Les pays développés sont-ils davantage concernés?

REPONSE: Oui, car la structure conglomérale est très mal adaptée à des pays à haut niveau de vie et à coût élevé de main d’œuvre, dans lesquels la seule façon de se défendre contre la concurrence internationale est d'investir massivement dans les secteurs de pointe. Il y un autre élément qui a joué pour la remise en cause de ces grands conglomérats, c'est la montée des pays émergents. Les conglomérats, en dispersant en quelque sorte leurs investissements, n’étaient pas en mesure de prendre des positions massives dans ces pays. Les scissions sont le résultat d'une recherche de rationalité dans un objectif de profits. Toute évolution positive a aussi son revers et il faut bien dire que la remise en cause des grands conglomérats s'est accompagnée souvent de résultats désastreux sur le plan de l'emploi.

QUESTION: Cela explique aussi pourquoi les conglomérats résistent mieux dans les pays émergents?

L'homme d'affaires nigérian Aliko Dangote à New York, le 18 septembre 2016.
L'homme d'affaires nigérian Aliko Dangote à New York, le 18 septembre 2016. ( Riccardo Savi / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP )

La Chine par exemple, où les niveaux de vie sont beaucoup plus bas à l'intérieur du pays que dans les régions côtières, a pu opérer des délocalisations sur son propre territoire pour relancer ses profits. La résistance du modèle du conglomérat s'explique aussi par le fait que beaucoup plus de branches sont rentables du fait de l'expansion du marché, ce qui est le cas en Chine, mais aussi en Inde. On peut citer aussi le Brésil, la Russie, l'Afrique du Sud, ou même le Nigeria. Aujourd'hui le marché mondial du ciment est en train d'être remis en cause par la montée des cimentiers chinois mais aussi par un groupe nigérian qui est l'un des plus grand du monde (Dangote Cement NDLR).

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/12/2018

Foncière INEA a annoncé l’acquisition du Presqu’Ile, un immeuble de bureaux situé dans le quartier innovant de la presqu’île Bouchayer-Viallet à Grenoble. Il s’agit de son premier…

Publié le 19/12/2018

Rien ne va plus pour DIA (Distribuidora de Alimentacion) ...

Publié le 19/12/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 19/12/2018

GSEZ Airport, filiale de Gabon Special Economic Zone (GSEZ), fruit d'un partenariat public-privé entre Olam International, la République gabonaise et...

Publié le 19/12/2018

La Commission européenne a délivré une autorisation de mise sur le marché de Dengvaxia, le vaccin de Sanofi contre la dengue. L'autorisation suit la recommandation émise le 18 octobre 2018 par le…