5 114.15 PTS
-0.64 %
5 104.50
-0.63 %
SBF 120 PTS
4 088.40
-0.67 %
DAX PTS
12 165.19
-0.31 %
Dowjones PTS
21 674.51
-0.35 %
5 790.91
-0.09 %
Nikkei PTS
19 470.41
-1.18 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le gouverneur de la BdF juge "impérative" la baisse des dépenses publiques

| AFP | 137 | 4 par 1 internautes
Le gouverneur de la Banque de France, Francois Villeroy de Galhau, lors d'une conférence de presse le 30 septembre 2016 à Paris
Le gouverneur de la Banque de France, Francois Villeroy de Galhau, lors d'une conférence de presse le 30 septembre 2016 à Paris ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a appelé jeudi l'exécutif a "oser les réformes", jugeant "impératif" de réduire les dépenses publiques pour mettre fin à une "longue dérive des finances publiques".

"Le respect du plafond de 3% de déficit est déterminant, ne serait-ce que pour assurer la crédibilité de la France en Europe", a assuré M. Villeroy de Galhau, en présentant sa traditionnelle "lettre au président" accompagnant le rapport annuel de la Banque de France.

"Si la France n'inverse pas, dans les années qui viennent, sa longue dérive des finances publiques, elle s'exposera à un double choc négatif": "un choc de compétitivité" et "un choc de souveraineté", en se mettant à la merci des marchés financiers, a-t-il mis en garde.

Ce message intervient alors que le Premier ministre Edouard Philippe s'est engagé mardi à contenir le déficit public à 3% du produit intérieur brut (PIB), en stabilisant la dépense publique en volume en 2018 et en baissant son poids rapporté au PIB de 3 points d'ici 2022.

Ces annonces, faites cinq jours après un audit alarmiste de la Cour des comptes, suscitent des craintes quant à l'effet que ce serrage de vis pourrait avoir sur la croissance.

Pour François Villeroy de Galhau, le "contrôle de nos dépenses publiques" est néanmoins "indispensable". La dépense publique a atteint 1.257 milliards d'euros en 2016 en France, soit 56% du PIB, contre 46% en moyenne dans le reste des pays de la zone euro.

"L'objectif tracé pour 2022 (52%) est une étape intermédiaire et d'autant plus impérative. Il nécessite au moins la mise en oeuvre résolue des 60 milliards d'économies annoncées sur cinq ans", écrit le gouverneur dans sa lettre.

- Croissance à 1,6% -

L'exécutif a jusqu'à présent entretenu le flou sur les secteurs concernés. Mais le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a rappelé jeudi que les mesures d'économies concerneraient "tous les ministères".

"Les économies ne sont jamais faciles; mais avec ténacité, elles sont assurément possible", estime de son côté M. Villeroy de Galhau, en appelant de ses voeux une programmation pluriannuelle, avec "des choix clairs de priorités".

Dans sa lettre, le gouverneur avance quelques pistes, comme une réforme du système de formation professionnelle, jugé "inefficace". "Les prestations doivent être mieux qualifiantes et assurées par des prestataires labellisés de façon exigeante", estime-t-il.

Concernant la politique du logement, qui représente 2% du PIB, il appelle à revoir "certains dispositifs d'aide personnelle au logement", qui semblent avoir "surtout un caractère inflationniste sur les loyers et les prix".

Invité jeudi matin sur France inter, M. Villeroy de Galhau avait déjà exhorté le gouvernement à mener "des réformes avec une ambition globale de transformation", notamment pour réduire le taux de chômage.

"La France a fait un certain nombre de réformes mais pas assez. Le cap c'est une France qui interrompt la dérive de ses dépenses publiques, qui a davantage de talents humains et moins de règles inefficaces", avait-il estimé.

Le gouverneur de la Banque de France a à cette occasion annoncé qu'il relevait sa prévision de croissance en France à 1,6% pour 2017, contre 1,4%, grâce à une amélioration de l'environnement européen.

"C'est une vraie reprise même si elle reste modérée", a-t-il souligné, estimant que "la France et l'Europe connaissent un moment favorable grâce à une clarification politique et une embellie économique".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS*

en Chèques-Cadeaux !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 août 2017

CODE OFFRE : ETE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, joignez le coupon ou saisissiez le code offre : ETE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/08/2017

Cela laisse 1% de hausse sur la semaine pour l'indice parisien

Publié le 18/08/2017

Aucune publication d'importance n'est attenduesource : AOF

Publié le 18/08/2017

Le 18 août 2017    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social   Article 223-16 du Règlement Général de…

CONTENUS SPONSORISÉS