5 413.61 PTS
+0.63 %
5 409.50
+0.66 %
SBF 120 PTS
4 306.52
+0.57 %
DAX PTS
13 141.86
+1.02 %
Dowjones PTS
23 526.18
-0.27 %
6 386.12
+0.00 %
Nikkei PTS
22 550.85
+0.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le gouverneur de la Banque centrale en Italie reconduit malgré les critiques

| AFP | 156 | Aucun vote sur cette news
Le gouverneur de la Banque centrale d'Italie Ignazio Visco le 13 mai 2017 à Bari
Le gouverneur de la Banque centrale d'Italie Ignazio Visco le 13 mai 2017 à Bari ( Alberto PIZZOLI / AFP/Archives )

Le gouverneur de la Banque centrale d'Italie, Ignazio Visco, a été reconduit vendredi pour six ans par le gouvernement, malgré les critiques de responsables politiques contre sa surveillance du système bancaire, dans la tourmente ces dernières années.

Le conseil des ministres a validé en fin de matinée la décision du chef du gouvernement, Paolo Gentiloni, qui avait déjà été approuvée un peu plus tôt par le conseil supérieur de la Banque d'Italie.

La décision a ensuite été actée par un décret du président de la République, Sergio Mattarella, qui avait soutenu la reconduction de M. Visco.

Avant la nomination, le ministre des Finances, Pier Carlo Padoan, avait expliqué que le choix serait basé "uniquement sur des critères de préservation de l'autonomie de l'institution".

Ces dernières semaines, plusieurs partis, dont le Mouvement cinq étoiles (M5S, populiste) et la Ligue du Nord (extrême droite), étaient montés au créneau contre une reconduction de M. Visco, âgé de 67 ans et nommé en 2011 par le Premier ministre de l'époque, Silvio Berlusconi (centre droit).

La Chambre des députés a même voté une motion déposée par le Parti démocrate (PD, centre gauche, au pouvoir), qui critiquait le travail de la Banque d'Italie ces dernières années, sans mentionner le nom de l'actuel gouverneur.

"L'efficacité de la surveillance de la Banque d'Italie a été mise en doute ces dernières années par l'émergence de situations répétées et importantes de crise ou de défaillances de banques", affirmait le texte.

Les banques italiennes ont été dans la tourmente l'an passé, suscitant une vive inquiétude en particulier des marchés financiers. Plombées par quelque 300 milliards de créances douteuses, soit le tiers de la zone euro, elles pâtissent également de leur éclatement et de leur faible rentabilité.

L'Etat italien a dû venir au secours de plusieurs établissements, comme la BMPS et deux banques vénitiennes, dont la gestion a été vivement mise en cause. La facture va se révéler au total très élevée pour les contribuables.

- Institution 'indépendante' -

Matteo Renzi, patron du PD --le parti de M. Gentiloni-- et chef du gouvernement jusqu'en décembre 2016, a lui-même fustigé le bilan de M. Visco.

L'ex chef du gouvernement italien Matteo Renzi le 17 octobre 2017 à Rome
L'ex chef du gouvernement italien Matteo Renzi le 17 octobre 2017 à Rome ( Alberto PIZZOLI / AFP/Archives )

La Banque d'Italie "n'a pas fonctionné comme elle aurait dû (...). Cela a été six années de désastre pour les banques. J'espère que les six prochaines années seront meilleures, pire serait difficile", a-t-il déclaré, tout en assurant qu'il respecterait le choix de M. Gentiloni.

Pour Matteo Salvini, le patron de la Ligue du Nord, M. "Visco a failli parce qu'il était payé pour contrôler et qu'il ne l'a pas fait".

Interrogé par l'AFP sur cette polémique, un économiste italien, sous couvert de l'anonymat, a souligné que "l'état de santé des banques italiennes requérait une surveillance plus attentive".

"La Banque d'Italie a fait un travail important, pas parfait, mais on ne peut pas dire qu'il y a eu une mauvaise surveillance. La Banque a cherché à surveiller la situation, mais malheureusement, elle n'a pas été assez incisive".

"Dans cette perspective, un changement (de gouverneur) pouvait être opportun", a-t-il estimé.

"Mais dans le même temps, on ne peut pas penser que le pouvoir politique puisse conditionner la nomination du responsable d'une institution qui doit rester indépendante. Une Banque centrale ne doit pas être conditionnée par d'autres pouvoirs de l'Etat, par des forces extérieures", a ajouté l'économiste.

Dans un appel publié par le quotidien économique Il Sole 24 Ore, 46 économistes avaient aussi défendu l'indépendance de la Banque d'Italie et demandé à ce que la nomination du gouverneur ne soit pas polluée par la politique.

"Avec Visco, la Banque d'Italie est entre des mains intègres. Et ce n'est pas rien", a estimé le journaliste du Corriere della Sera Federico Fubini dans un éditorial, en évoquant "le choix juste pour le pays".

Né le 21 novembre 1949 à Naples, M. Visco a été de 2007 à 2011 vice-directeur général de la Banque d'Italie, où il a fait l'essentiel de sa carrière. Il a été aussi chef économiste de l'OCDE de 1997 à 2002.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/11/2017

La société anonyme de droit luxembourgeois Vesalius Biocapital, agissant pour le compte des fonds Vesalius Biocapital Holdings SA et Vesalius...

Publié le 24/11/2017

Valorisation généreuse

Publié le 24/11/2017

Le système repose sur un mini-drone et des communications sécurisées...

Publié le 24/11/2017

Un franchissement de seuil passif...

Publié le 24/11/2017

La Chine a réduit les droits de douane sur des biens de consommation. Les taxes sur certains produits et compléments alimentaires, produits pharmaceutiques, vêtements et articles de divertissement…

CONTENUS SPONSORISÉS