En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 791.97 PTS
-0.44 %
4 786.0
-0.39 %
SBF 120 PTS
3 808.92
-0.60 %
DAX PTS
10 747.19
-0.38 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
+0.00 %
1.142
+0.28 %

Le gouvernement veut "modifier" la SNCF sans toucher à son "caractère public"

| AFP | 310 | Aucun vote sur cette news
La ministre des Transports Elisabeth Borne quitte l'Elysée le 8 février 2018 à Paris
La ministre des Transports Elisabeth Borne quitte l'Elysée le 8 février 2018 à Paris ( LUDOVIC MARIN / AFP/Archives )

Le gouvernement souhaite "modifier les missions, l'organisation, la gouvernance et la forme juridique" de la SNCF sans remettre toutefois en question son "caractère public", selon le projet de loi présenté mercredi et qui permettra le recours à des ordonnances.

Communiqué en conseil des ministres par la ministre des transports Elisabeth Borne au moment où les syndicats menacent d'une grève dure, le projet de loi d'habilitation comprend huit articles énumérant sur quatre pages les points à réformer.

L'idée du gouvernement est de poursuivre en parallèle les discussions avec les partenaires sociaux et le débat parlementaire, pour remplacer au fur et à mesure les ordonnances par des amendements législatifs, avec pour objectif l'adoption de la "loi pour un nouveau pacte ferroviaire" avant l'été.

Le premier article autorise le gouvernement à prendre des ordonnances "pour améliorer le fonctionnement du groupe public ferroviaire (la SNCF, ndlr) dans le contexte de l'achèvement de l'ouverture à la concurrence des services de transport ferroviaire".

Il s'agit d'en "modifier les missions, l'organisation, la gouvernance et la forme juridique (...) sans remettre en cause (son) caractère public" et "de déterminer les conséquences de ces modifications, notamment les conditions dans lesquelles les contrats de travail se poursuivent après leur intervention et les effets en résultant sur le droit social applicable".

Le gouvernement veut aussi pouvoir "modifier le cadre de la négociation sociale d'entreprise, ainsi que les conditions de recrutement et de gestion des emplois des salariés du groupe public ferroviaire". L'exposé des motifs évoque directement "l'arrêt des recrutements au statut (de cheminot) des nouveaux agents", l'un des points très sensibles pour les syndicats.

Les articles 2 à 5 l'autorisent à transposer dans la loi française le "quatrième paquet ferroviaire", l'ensemble de textes européens régissant l'arrivée de la concurrence.

Quelques recours aux ordonnances sous la Ve République
Quelques recours aux ordonnances sous la Ve République ( Cecilia SANCHEZ / AFP )

"Il s'agit de déterminer le calendrier d'ouverture de ces services, les modalités de la période de transition ainsi que les conditions dans lesquelles il pourra être dérogé, le cas échéant, aux obligations de mise en concurrence", explique la ministre dans son exposé des motifs.

Sont abordés aussi les problèmes pratiques --comme la reconnaissance croisée des billets des différentes compagnies--, l'article 4 concernant "les dispositions transversales rendues nécessaires, de manière générale, par l'ouverture à la concurrence du secteur".

L'article 6 précise le rôle de l'Arafer, le régulateur du secteur, et les deux derniers sont purement procéduraux.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2018

Départ du patron d'Aricent

Publié le 10/12/2018

   En application des dispositions des articles 241-1 à 241-8 du Règlement général de l'Autorité des marchés financiers et du Règlement européen n°596/2014 du 16…

Publié le 10/12/2018

BNP Paribas Chine a obtenu une licence pour souscrire aux obligations d'entreprise 'Panda Bonds' pour les émetteurs étrangers...

Publié le 10/12/2018

Le dérapage n'a pas tardé...

Publié le 10/12/2018

    Société Européenne au capital de 151.508.201,70 euros Siège social : 22, avenue Montaigne - 75008 Paris 775 670 417 RCS PARIS   Articles L.233-8 II du Code de…