En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 349.99 PTS
-0.42 %
5 346.00
-0.36 %
SBF 120 PTS
4 289.81
-0.47 %
DAX PTS
12 572.65
-0.97 %
Dowjones PTS
24 657.80
-0.17 %
7 280.70
+0.00 %
Nikkei PTS
22 693.04
+0.61 %

Le gouvernement veut éviter la coercition pour résorber les "passoires thermiques"

| AFP | 287 | Aucun vote sur cette news
Le cabinet de Nicolas Hulot se place
Le cabinet de Nicolas Hulot se place "dans une logique d'incitation, pas de coercition" ( Martin Bertrand / AFP/Archives )

Le gouvernement veut éviter la coercition et privilégie les mesures incitatives et la concertation pour résorber les "passoires thermiques", les logements mal isolés et très énergivores, a affirmé à l'AFP mercredi le ministère de la Transition écologique.

Selon le Parisien, qui cite un "document de travail" du ministère, la création d'un "bonus-malus portant sur la fiscalité des bailleurs, sur le modèle de ce qui existe déjà dans l'automobile", figure parmi les pistes à l'étude.

"Il s'agirait de taxer plus lourdement le propriétaire d'un logement dont les performances énergétiques sont jugées insuffisantes du fait d'une mauvaise isolation ou d'un système de chauffage obsolète ou polluant", affirme le quotidien.

De même, une "obligation de travaux avant toute vente", imposée aux propriétaires, fait partie des pistes évoquées dans le document, dit-il encore.

"Rien n'est arrêté", a indiqué le cabinet de Nicolas Hulot, interrogé par l'AFP, en ajoutant: "nous sommes dans une logique d'incitation, pas de coercition".

Le ministère souhaite ainsi "fixer un horizon de long terme pour tous les propriétaires bailleurs pour qu'ils fassent des travaux dans les logements qu'ils louent".

"L'idée, c'est d'accompagner les propriétaires qui souhaitent faire des travaux par des dispositifs d'accompagnement, mais aussi de dire clairement que les propriétaires ont la responsabilité de faire des travaux", a-t-on précisé.

La rénovation dès 2022 de la moitié des "logements-passoires occupés par des propriétaires précaires", tout comme "l'interdiction des passoires énergétiques à la location à compter de 2025" font partie du programme du président de la République, rappelle-t-on toutefois au cabinet du ministre.

"Il est bien entendu inenvisageable de retirer du marché de la location les passoires thermiques", quelque sept millions de logements en France, "car cela accentuerait le manque de logements qu'on connaît", a-t-on précisé.

"Nous travaillons à trouver la piste la plus acceptable et la plus solidaire qui permette aux locataires de ne plus habiter dans les passoires, à terme".

Cette "réflexion de long terme", menée au plan interministériel, via des "documents de travail", se poursuivra dans le cadre d'une concertation avec le secteur, lancée d'ici la fin de l'année, a conclu le cabinet du ministère.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/06/2018

Les actifs risqués continuent à subir des dégagements ce jeudi. Les tensions commerciales restent en filigrane même si aucun nouveau rebondissement n'est à signaler depuis deux jours maintenant.…

Publié le 21/06/2018

Appel au marché afin de poursuivre l'exploitation...

Publié le 21/06/2018

Prismaflex bondit de 11,4% à 21,5 euros, un nouveau sommet pour cette année. Le titre de l'imprimeur numérique et fabricant de panneaux d'affichage est désormais à son plus haut niveau depuis…

Publié le 21/06/2018

Par courrier reçu le 21 juin 2018 par l'AMF, la société néerlandaise NN Group N...

Publié le 21/06/2018

Le titre poursuit sa progression au-dessus d'une ligne de tendance haussière qui soutient les cours depuis le 23 mars. Du côté des indicateurs techniques, les moyennes mobiles à 20 et 50 séances…