5 349.30 PTS
-0.15 %
5 358.0
+0.16 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 668.45
+0.65 %
6 462.71
+1.14 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le gouvernement lâche du lest sur l'objectif d'économies en 2018

| AFP | 325 | Aucun vote sur cette news
Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin (g) et le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'Elysée le 18 mai 2017
Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin (g) et le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'Elysée le 18 mai 2017 ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP/Archives )

Un tour de vis moins dur que prévu: le gouvernement a revu à la baisse son objectif d'économies pour 2018, espérant tirer profit du redémarrage de l'économie pour réduire le déficit public, dans un contexte de mécontentement contre les coupes budgétaires.

"20 milliards d'euros d'économies en 2018": voilà ce que promettait, début juillet, le Premier ministre Edouard Philippe, après avoir dénoncé lors de son discours de politique générale une "addiction française à la dépense publique".

Selon des sources concordantes, l'objectif retenu dans le projet de loi de finances (PLF), qui sera présenté le 27 septembre en conseil des ministres, a finalement été abaissé à "environ 16 milliards d'euros".

La révision "tient compte des nouveaux éléments" à la disposition du gouvernement, notamment en termes de croissance économique et de recettes fiscales, a dit à l'AFP l'une de ces sources.

En plein bouclage du premier budget du quinquennat, Bercy a en effet relevé lundi sa prévision de croissance pour 2017, de 1,6% à 1,7%, afin de s'aligner sur "le consensus des économistes".

Ce regain de croissance, synonyme de hausse des rentrées fiscales pour cette année mais aussi pour 2018, offre une bouffée d'air frais au gouvernement, confronté à une équation budgétaire compliquée.

Selon Les Echos, l'exécutif pourrait même profiter de cette embellie pour revoir à la baisse son objectif de réduction du déficit public à la fin de 2018: ce dernier s'établirait à 2,6% du produit intérieur brut (PIB), au lieu des 2,7% jusque-là annoncés.

Interrogé sur l'objectif d'économies, Matignon n'a pas donné de son côté de chiffre précis, disant se fixer comme cap budgétaire le "respect des 3%" de déficit.

"Nous ne voulons pas faire une politique de rabot, mais engager de vraies politiques de transformation qui permettront des économies intelligentes et durables", a-t-on assuré de même source.

- 'Purge' et 'rabot' -

Selon Bercy, la dépense publique - c'est-à-dire l'argent déboursé par l'Etat, la Sécurité sociale et les collectivités territoriales - devrait baisser en 2018 de 0,7 point de PIB.

Cela ne se fera pas par "de la purge et du rabot" mais en menant une "réflexion sur les missions et l'efficacité du service public", a assuré le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, dans un entretien accordé au Monde.

Lors du débat d'orientation budgétaire début juillet, l'exécutif s'était engagé sur une baisse de 0,9 point du taux de dépense publique, censé passer de 54,7% du PIB en 2017 à 53,8% l'an prochain.

"Le gouvernement recule déjà et a vite repris les vielles routines politiques", a dit dans un communiqué Eric Woerth, président (LR) de la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

"Selon les différentes annonces des ministres, la plupart des budgets des ministères vont augmenter en 2018 (...) Hormis les sempiternelles réductions que s'applique Bercy à lui-même, nous sommes donc en droit de nous demander quels sont les budgets en baisse", a-t-il ajouté.

Pour François Ecalle, ancien magistrat de la Cour des comptes et fondateur du site fipeco.fr, cet ajustement était néanmoins "prévisible". "Le gouvernement avait placé la barre très haut, sans doute trop", estime-t-il.

Dans son discours de politique générale, Edouard Philippe avait promis un gel en volume de la dépense publique, jusque-là inédit, en 2018. "La dépense devrait finalement augmenter de près de 0,3%, ce qui reste très ambitieux", la moyenne des années précédentes étant située entre 1% et 2%, souligne M. Ecalle.

"Ce qui est incontournable c'est de respecter les 3%", abonde Michel Taly, avocat fiscaliste chez Arsène Taxand et ancien directeur de la législation fiscale à Bercy, interrogé par l'AFP. "Que ce soit 15 ou 20 milliards, peu m'importe, dès lors que les 3% sont respectés".

Pour le gouvernement, ces quelques milliards sont pourtant une aubaine. Entre les coupes budgétaires (emploi, logement) et la réforme du code du travail par ordonnances, l'exécutif a attisé les foyers de contestation: routiers et fonctionnaires sont déjà appelés à faire grève.

Or le président Emmanuel Macron entend engager d'autres réformes en 2018 (assurance chômage, formation professionnelle). "S'il veut faire passer ses réformes de fond, il faut peut-être qu'il lâche un peu de lest sur la gestion budgétaire", juge Alain Trannoy, directeur de recherches à l'EHESS.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS