5 513.82 PTS
+0.08 %
5 492.0
-0.39 %
SBF 120 PTS
4 405.94
+0.16 %
DAX PTS
13 246.33
-
Dowjones PTS
25 792.86
-0.04 %
6 737.14
+0.00 %
Nikkei PTS
23 868.34
-0.35 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le géant de l'e-commerce JD.com promet de vendre 2 mds EUR de produits français en Chine

| AFP | 147 | Aucun vote sur cette news
Le PDG de JD.com Richard Liu et Christophe Lecourtier président de Business France lors de la signature de l'accord le 9 janvier 2017 à Pékin
Le PDG de JD.com Richard Liu et Christophe Lecourtier président de Business France lors de la signature de l'accord le 9 janvier 2017 à Pékin ( ludovic MARIN / AFP )

Le géant chinois de la vente en ligne JD.com s'est engagé mardi à vendre sur ses plateformes pour 2 milliards d'euros de produits français à ses millions d'usagers, sur les deux prochaines années, tout en se disant prêt à s'implanter en France.

Le groupe, numéro deux du commerce électronique en Chine après Alibaba, a dévoilé cette audacieuse promesse alors que le président français Emmanuel Macron effectue depuis lundi sa première visite d'Etat dans le pays.

Pour atteindre cet objectif d'ici fin 2019, JD.com ("Jingdong" en mandarin) a indiqué avoir conclu "un accord ambitieux" avec Business France, l'organisme public chargé de promouvoir le développement international des entreprises françaises.

Le document à d'ailleurs été signé mardi par les dirigeants de JD.com en présence d'Emmanuel Macron, dans un incubateur de start-ups de l'ouest de la capitale chinoise.

Bien moins connu à l'étranger que son rival Alibaba, fondé par l'emblématique multimilliardaire Jack Ma, JD.com n'en est pas à son coup d'essai.

En novembre, il avait déjà fait une annonce similaire à l'occasion d'une visite du président américain Donald Trump à Pékin, s'engageant à acheter sur trois ans pour 2 milliards de dollars de produits américains. Un montant toutefois inférieur à celui dévoilé mardi.

Dans le cadre d'un protocole d'accord distinct, le groupe chinois a également annoncé avoir passé commande pour 100 millions d'euros de produits et technologies au groupe industriel français Fives, qui seront mis à contribution pour automatiser les entrepôts de JD.com en Chine.

De fait, à l'inverse d'Alibaba, qui a construit son succès sur la vente entre particuliers (sur l'exemple d'eBay), JD.com privilégie un modèle de fonctionnement très différent, stockant dans ses propres entrepôts et assurant lui-même la livraison des produits vendus sur ses plateformes.

Avec quelque 266 millions d'usagers revendiqués, JD.com reste essentiellement cantonné au marché chinois, où il profite à plein de l'explosion du commerce en ligne, qui représente désormais une part grandissante des ventes de détail dans le pays.

Les plateformes rivalisent à coups de promotions et élargissent leur offre de produits étrangers pour répondre à la demande d'une classe moyenne en plein essor.

JD.com propose déjà sur son site nombre de marques françaises reconnues ou haut de gamme, parmi lesquelles des griffes vestimentaires (Lacoste), des articles cosmétiques (L'Oréal...), des spiritueux (Château Lafite, Rémy Martin...) ou encore de l'agroalimentaire (Evian).

Pour se distinguer, le groupe mise de surcroît sur les produits frais: les huîtres et le merlan de France se sont ainsi ajoutés aux kiwis néozélandais, au saumon chilien ou aux steaks australiens sur les plateformes de JD.com, où le lait maternel français est également très apprécié -- dans une Chine traumatisée par les scandales alimentaires.

De futures coopérations avec des firmes françaises "comporteront un soutien logistique sur place en France", a également annoncé JD.com sans fournir de plus amples détails.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2018

Le groupe prévoit d'être marié à Siemens avant la fin de l'année...

Publié le 17/01/2018

Dassault Systèmes annonce ce jour plusieurs nominations et changements de postes au sein de son équipe dirigeante. Philippe Forestier, Directeur général adjoint en charge des Relations…

Publié le 17/01/2018

Casino a vu ses ventes reculer de 0,3% au quatrième trimestre à 10 milliards d'euros. En données organiques, elles ont augmenté de 3,2%. Alors que la filiale brésilienne et celle de e-commerce…

Publié le 17/01/2018

Europcar, à l'occasion d'une journée investisseurs, a réitéré ses quatre objectifs financiers pour l’année 2017, à savoir une accélération de la croissance du chiffre d’affaire organique…

CONTENUS SPONSORISÉS