En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 182.06 PTS
+0.17 %
5 179.50
+0.15 %
SBF 120 PTS
4 153.71
+0.30 %
DAX PTS
11 732.83
-0.37 %
Dowjones PTS
25 798.42
+2.17 %
7 276.43
+0.00 %
1.155
-0.16 %

Le géant chinois des smartphones Xiaomi recule à ses débuts à Hong Kong

| AFP | 411 | Aucun vote sur cette news
Le Pdg de Xiaomi, Lei Jun (c) à Hong Kong, le 23 juin 2018
Le Pdg de Xiaomi, Lei Jun (c) à Hong Kong, le 23 juin 2018 ( Philip FONG / AFP/Archives )

Le géant chinois des smartphones Xiaomi reculait lundi pour ses débuts sur la place de Hong Kong, une entrée en Bourse attendue de longue date mais qui coïncide avec le début d'une guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis.

Le titre a débuté aux alentours de 16,60 dollars de Hong Kong, en recul par rapport au prix unitaire de 17 dollars (2,16 dollars) fixé pour l'introduction en Bourse (IPO), plongeant même à un moment de 5,9%, à 16 dollars hongkongais.

Selon l'agence financière Bloomberg, Xiaomi est ainsi valorisé aux alentours de 50 milliards de dollars, loin derrière la cible ambitieuse de 100 milliards de dollars affichée l'année dernière.

Avant même le début de l'IPO, les investisseurs s'étaient montrés sensiblement méfiants, vendant leurs titres au rabais la semaine dernière sur un marché "gris" non officiel, poursuit Bloomberg.

Xiaomi espérait initialement lever sur les Bourses de Hong Kong et Shanghai, lors de deux introductions distinctes, 10 milliards de dollars américains au total: cela aurait représenté la plus grosse introduction depuis celle du géant chinois de l'e-commerce Alibaba à New York en 2014, et aurait donc valorisé l'entreprise autour de 100 milliards de dollars.

Au final, Xiaomi ne s'introduit dans un premier temps que sur la place hongkongaise.

Ce report, ainsi que les doutes des investisseurs sur la durabilité de son modèle d'entreprise, figurent parmi les facteurs qui expliquent la baisse du titre, expliquent les analystes.

"Rien ne peut aider car l’atmosphère n'est pas bonne en ce moment", juge Dickie Wong, analyste chez Kingston Securities. "La plupart des IPO de cette année n'ont pas été si rentables que cela", a-t-il poursuivi, estimant qu'il n'y aurait pas de retournement de la situation avant l'introduction à Shanghaï.

Fondé en 2010, le quatrième fabricant mondial de smartphones a connu un essor fulgurant grâce à sa recette initiale consistant à proposer des appareils haut de gamme mais abordables, en sabrant les coûts de production et en les vendant directement en ligne.

Même si le groupe réalise d'ambitieuses percées sur quelques marchés émergents, notamment en Inde, il écoule encore l'écrasante partie de sa production en Chine, où il a été un temps numéro un du marché du smartphone... avant de subir la concurrence acérée de fabricants locaux aux produits meilleur marché, Oppo et Vivo.

Et s'il engrange des revenus croissants via la publicité en ligne et les jeux vidéo, près des trois quarts de son chiffre d'affaires sont encore générés par la vente d'appareils, des smartphones mais aussi une gamme variée d'objets connectés.

Cette entrée en Bourse survient au moment où les hostilités commerciales ont été déclarées entre Washington et Pékin.

Pékin a saisi vendredi l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour contester l'entrée en vigueur de droits de douane américains de 25% sur 34 milliards d'importations chinoises, accusant l'administration Trump d'être responsable du déclenchement de "la plus grande guerre commerciale de l'histoire économique".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 17/10/2018

Croquis d'audience de Wojciech Janowski, le 17 septembre 2018 aux assises des Bouches-du-Rhône, à Aix-en-Provence ( Benoit PEYRUCQ / AFP/Archives )Au dernier jour du procès Pastor, Wojciech…

Publié le 17/10/2018

Pascal Pavageau aux rencontres du Medef à Jouy-en-Josas en août 2018 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )Adepte de la ligne dure de FO, Pascal Pavageau, qui a démissionné mercredi à la suite de…

Publié le 17/10/2018

Nicolas Fensch photographié devant le palais de justice de Paris le 11 octobre ( - / AFP )Comment un informaticien sans histoires, ancien militant gaulliste, se révolte-t-il subitement au point…

Publié le 17/10/2018

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo quitte Ryad pour se rendre en Turquie, le 17 octobre 2018 ( LEAH MILLIS / POOL/AFP )Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a entamé mercredi à…

Publié le 17/10/2018

Projection d'une vidéo de Claude Closky sur la façade du Grand Palais à Paris, le 16 octobre 2018 ( Thomas SAMSON / AFP )Le marché de l'art, défié par la récente provocation de Banksy,…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/10/2018

D'un point de vue graphique, le titre rebondit après avoir consolidé sur la zone des 77.2 euros qui fait désormais office de support à court terme. Du côté des indicateurs techniques, le titre…

Publié le 17/10/2018

Le Crédit Agricole soutient les PME et ETI à l'international...

Publié le 17/10/2018

Jérôme Barrier...

Publié le 17/10/2018

Premier vol prévu en 2022...

Publié le 17/10/2018

Cdiscount, filiale e-commerce du groupe Casino, a annoncé l'achat du vendeur en ligne de pneumatique 1001Pneus, pour un montant de 500 000 euros. Cette acquisition a fait l'objet d'un jugement du…