En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.00 %

Le G7 vire au fiasco avec un tweet de Trump qui torpille l'accord final

| AFP | 725 | Aucun vote sur cette news
Le président américain Donald Trump, pendant le sommet du G7 à La Malbaie, au Québec, le 9 juin 2018
Le président américain Donald Trump, pendant le sommet du G7 à La Malbaie, au Québec, le 9 juin 2018 ( SAUL LOEB / AFP )

Le G7 au Canada a tourné au fiasco samedi: d'un tweet rageur, Donald Trump a retiré son soutien au communiqué commun obtenu dans la douleur, rejetant la faute sur des propos du Premier ministre canadien Justin Trudeau qu'il a qualifié de "très malhonnête".

Le président américain a tweeté depuis Air Force One: "En raison des fausses déclarations de Justin à sa conférence de presse, et du fait que le Canada impose des taxes massives sur nos agriculteurs, travailleurs et entreprises américains, j'ai demandé à nos représentants américains de retirer le soutien au communiqué, tandis que nous envisageons des tarifs sur les automobiles qui inondent le marché américain!".

La volte-face est spectaculaire. Déjà parti au moment de la publication de ce fameux communiqué, Donald Trump avait fait savoir à la presse voyageant avec lui à bord d'Air Force One qu'il y souscrivait.

Avant de changer d'avis quelques heures plus tard après avoir pris connaissance des propos de Justin Trudeau. Un haut responsable de la Maison Blanche a confirmé que le président était "en colère".

- Taxes "insultantes" -

Concluant deux jours de débats laborieux à La Malbaie (Québec, est du Canada), le Canadien a, lors de sa conférence de presse de clôture, réutilisé le terme d'"insultantes" pour qualifier les taxes tout juste imposées par les Etats-Unis sur l'acier et l'aluminium importés. Et il avait promis d'y répliquer "sans sourciller".

Le premier ministre canadien Justin Trudeau, lors de la conférence de presse finale du G7, à La Malbaie, au Québec, le 9 juin 2018
Le premier ministre canadien Justin Trudeau, lors de la conférence de presse finale du G7, à La Malbaie, au Québec, le 9 juin 2018 ( Lars Hagberg / AFP )

Le cabinet du Premier ministre canadien s'est seulement fendu d'une réponse laconique: "Nous nous concentrons sur tout ce que nous avons accompli ici au sommet G7. Le premier ministre n’a rien dit qu’il n’avait pas déjà dit auparavant, autant publiquement qu’en conversations privées" avec le président américain.

De son côté, le président français Emmanuel Macron a appris la nouvelle au décollage de son avion. Ses services n'ont voulu faire aucun commentaire dans l'immédiat.

Le tweet de Donald Trump rend de facto caduque la déclaration commune sur le commerce grâce à laquelle le "Groupe des sept" (Etats-Unis, Canada, Italie, Royaume-Uni, France, Allemagne, Japon) avait tenté de sauver la face. Et ce alors que les autres dirigeants, eux-même dans l'avion pour rejoindre leurs pays respectifs, ne peuvent réagir dans l'immédiat.

Ce texte critique le "protectionnisme", qu'incarne pourtant le président américain, et s'engage à "moderniser" l'Organisation mondiale du commerce.

- Coup pour coup -

Que pesaient de toute façon ces quelques lignes difficilement négociées face à un Donald Trump prêt à toutes les confrontations pour réduire le déficit des échanges américains? Quitte à déclencher une guerre commerciale ouverte, comme le montre sa menace réitérée de taxer les importations de voiture.

S'il la met à exécution, le conflit commercial larvé entre les Etats-Unis et leurs partenaires tournerait à la guerre commerciale ouverte.

Donald Trump vise en particulier les taxes européennes sur les importations de voitures en provenance des pays hors UE qui s'élèvent à 10%, quand les droits de douanes américains ne s'élèvent qu'à 2,5%.

"Nous sommes la tirelire que le monde entier pille. Cela va cesser", avait déjà tempêté le milliardaire de 71 ans avant de quitter un sommet où il est passé en coup de vent.

Justin Trudeau, pris pour cible par le président américain, n'est pourtant pas le seul à rendre coup pour coup en matière tarifaire.

Le président français Emmanuel Macron a lui prévenu, lors de sa propre conférence de presse à La Malbaie, qu'il n'y avait "pas de changement" en ce qui concerne les contre-mesures européennes annoncées sur le bourbon ou les motos américaine, en riposte aux taxes américaines sur l'acier et l’aluminium.

Malgré les sourires des dirigeants à la fin du sommet, le G7 a donc été dynamité par un Donald Trump qui goûte bien plus la confrontation bilatérale brutale que les longues négociations multilatérales. Jusqu'à provoquer le fiasco final de la rencontre.

Le président américain était arrivé le dernier et reparti le premier du cossu Manoir Richelieu, surplombant le fleuve Saint-Laurent. Il a aussi séché une réunion sur le climat.

Donald Trump n'a jamais caché qu'il donnait la priorité à sa rencontre de mardi avec M. Kim. "C'est une occasion unique" d'arriver à un accord nucléaire avec Pyongyang qui "ne se représentera jamais", a-t-il assuré.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…