En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Commerce: le G20 Finances craint que les tensions plombent la croissance

| AFP | 512 | Aucun vote sur cette news
Christine Lagarde, directrice générale du FMI, au côté du ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, au G20 Finances à Buenos Aires, le 19 mars 2018
Christine Lagarde, directrice générale du FMI, au côté du ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, au G20 Finances à Buenos Aires, le 19 mars 2018 ( Eitan ABRAMOVICH / AFP )

A défaut de condamner les taxes de Donald Trump ou les surcapacités d'acier chinoises, les ministres des Finances du G20 ont redouté mardi que les "tensions économiques" ne plombent la croissance mondiale, à un moment où planent les risques de guerre commerciale.

"Nous avons parlé des principaux risques pour les perspectives (de croissance), parmi eux les vulnérabilités qui pourraient être le fruit de resserrement plus rapide que prévu des conditions financières et de tensions économiques et géopolitiques", ont affirmé les ministres du G20 dans leur communiqué final après leur réunion de deux jours à Buenos Aires.

Le texte, approuvé à trois jours de l'entrée en vigueur des taxes américaines de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium, intervient à un moment où les deux grandes puissances économiques mondiales se livrent à un bras de fer sur l'acier, dont les Européens et d'autres alliés des Etats-Unis pourraient être les victimes collatérales.

"On a senti la volonté de la part des Américains de réduire les tensions", ont expliqué à l'AFP des sources du ministère des Finances après la rencontre lundi à Buenos Aires entre le Français, Bruno Le Maire, et le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, en marge de la réunion.

Les Européens demandent aux Etats-Unis de les exempter des taxes douanières, rappelant qu'ils sont des alliés de Washington et qu'ils ne sont pas la source du problème, contrairement à la Chine.

Au milieu de ces tensions, le G20 Finances a rappelé que la solution passe par le multilatéralisme, mis à mal par l'incapacité de la communauté internationale à régler jusqu'à présent les problèmes de surcapacité d'acier ou pour empêcher les mesures unilatérales des Etats-Unis.

"L'UE ne souhaite pas la guerre commerciale mais elle se tient prête à réagir", a déclaré le commissaire européen, Pierre Moscovici, ici le 8 février 2018 à Athènes ( ANGELOS TZORTZINIS / AFP/Archives )

"L'UE ne souhaite pas l'escalade commerciale. Elle ne souhaite pas la guerre commerciale, mais elle se tient prête à réagir, même si notre option préférée reste le dialogue", a affirmé à l'AFP le commissaire Pierre Moscovici. "Nos contre-mesures sont prêtes", a-t-il prévenu.

- Tensions fiscales -

Autre sujet de tension entre les Etats-Unis et l'Europe: la taxation des géants du numérique, ou Gafa. Cet acronyme désigne les quatre mastodontes américains du secteur (Google, Amazon, Facebook, Apple), dont les pratiques d'optimisation fiscale sont régulièrement pointées du doigt.

M. Moscovici a fait un rapide aller-retour à Buenos Aires pour rassurer principalement les Etats-Unis lors d'une intervention mardi devant le G20 Finances, juste avant de prendre l'avion et de rentrer à Bruxelles pour présenter mercredi sa proposition de taxation des géants du numérique.

"Il ne s'agit en rien de mesures qui sont une riposte à une situation et il ne s'agit en rien d'une mesure anti-américaine", a-t-il affirmé, soulignant que la proposition européenne allait au-delà des Gafa et concernait l'ensemble des groupes du numérique.

Dans leur communiqué, les ministres se sont engagés à "travailler ensemble pour chercher une solution consensuelle d'ici 2020" sur la taxation des géants du numérique. "Il s'agit d'un message positif. Il n'y a pas eu de choc lors de la réunion", a expliqué à l'AFP Pascal Saint-Amans, directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, lors de la présentation du rapport.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, le 6 février 2018 à Washington
Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, le 6 février 2018 à Washington ( SAUL LOEB / AFP/Archives )

M. Mnuchin avait pourtant prévenu vendredi que "les Etats-Unis s'opposeraient fermement aux propositions de quelque pays que ce soit de cibler les compagnies numériques".

A Buenos Aires, les ministres se sont épargnés une nouvelle polémique sur la valeur du dollar.

M. Mnuchin avait fait chuter le billet vert en janvier au forum économique de Davos en disant sa préférence pour une devise américaine faible, au grand dam des pays qui exportent vers les Etats-Unis.

"Nous nous abstiendrons de procéder à des dévaluations compétitives et nous ne viserons pas le taux de change à des fins compétitives", ont affirmé les ministres des Finances, lançant un message d'apaisement.

Enfin, les ministres se sont aussi penchés sur le bitcoin et les autres monnaies virtuelles, à la demande de la France et des Etats-Unis. Ils ont ainsi refusé de les considérer comme des monnaies souveraines et ont appelé à éviter qu'elles ne soient utilisées pour le blanchiment ou le financement du terrorisme.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

L'ANR triple net EPRA ressort à 54,9 E/action au terme du semestre...

Publié le 20/07/2018

    Compte-rendu de l'Assemblée Générale annuelle du 20 juillet 2018   L'assemblée générale mixte (ordinaire et extraordinaire) des actionnaires de la société BIGBEN…

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…