En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 072.17 PTS
-0.87 %
5 079.00
-0.73 %
SBF 120 PTS
4 069.91
-0.83 %
DAX PTS
11 557.96
-0.27 %
Dowjones PTS
25 379.45
-1.27 %
7 116.09
+0.00 %
1.146
+0.05 %

Le futur président du Brésil, entre pression des marchés et urgences sociales

| AFP | 303 | 1 par 1 internautes
Le député d'extrême droite Jair Bolsonaro en campagne à Rio de Janeiro, le 27 août 2018
Le député d'extrême droite Jair Bolsonaro en campagne à Rio de Janeiro, le 27 août 2018 ( Mauro Pimentel / AFP )

Le futur président du Brésil va subir, dès sa prise de fonction, une forte pression des marchés pour poursuivre une politique d'austérité, tout en relançant une économie grippée dans un pays qui compte 23 millions de pauvres.

"Pour une politique d'ajustement (budgétaire) équitable et une croissance partagée" : ainsi s'intitule un rapport de la Banque mondiale, présenté aux 13 candidats à l'élection présidentielle, avec une liste de préconisations qui semblent autant de voeux pieux devant l'ampleur de la crise économique, politique et sociale qui secoue le pays.

Selon le rapport, la première puissance économique d'Amérique latine est confrontée à "trois défis principaux" : "un important déséquilibre budgétair", "un manque de croissance durable de sa productivité" et "une difficulté toujours plus grande de l'Etat à fournir des services de base".

Au Brésil, "une partie de la population vit au XIXe siècle et l'autre au XXIe", rappelle Marcelo Neri, économiste de la fondation Getulio Vargas, soulignant la situation de millions de Brésiliens, de faible niveau scolaire, qui vivent sans accès à l'eau et à l'assainissement et se trouvent confrontés à des "niveaux de violence dignes d'un pays en guerre".

La course électorale au Brésil
La course électorale au Brésil ( / AFP )

En juillet, la dette publique a atteint 77% du PIB, contre 56% en 2014. Selon la Banque mondiale, elle ne se stabilisera qu'à la condition, peu probable, que le Brésil connaisse une croissance annuelle de 4% jusqu'à 2030. Sans de profondes réformes structurelles, la dette pourrait alors atteindre 140% du PIB, estime l'organisation internationale.

Si le gouvernement du président Michel Temer a gelé les dépenses publiques, il a toutefois laissé en suspens la délicate réforme des retraites, considérée par les marchés comme la pierre angulaire du redressement des finances publiques.

- Promettre la lune -

La majorité des candidats en lice pour le premier tour du 7 octobre propose une réforme des retraites et un programme de réduction des déficits publics, mais sans trop s'avancer sur des chiffres, de peur de perdre des voix.

Le favori, le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro, prône une transition vers un système de retraites par capitalisation et une réduction de 20% de la dette publique grâce à "des privatisations, des cessions".

Fernando Haddad
Fernando Haddad ( Tatiana MAGARINOS / AFP )

Fernando Haddad, le candidat du Parti des travailleurs (PT) de l'ex-président de gauche Lula, en deuxième position dans les sondages, propose à l'inverse de "mettre fin aux privatisations" et mise sur "le retour de l'emploi" et "la lutte contre l'évasion fiscale" pour parvenir à l'équilibre des comptes publics.

L'ex-gouverneur de Sao Paulo, Geraldo Alckmin, a promis de faire fondre le déficit "en deux ans" grâce à des privatisations et une simplification fiscale.

"Il est à craindre que les débats sur les problèmes les plus urgents ne soient écartés au profit de propositions qui reproduisent la catastrophe que le pays a connue ces dernières années ou promettent la lune", s'alarme Marcos Lisboa, président de l'Insper, un institut d'enseignement et de recherche.

"Ce pays a besoin de mener des politiques d'inclusion (sociale) et je pense que jusqu'à présent les élections ne vont pas dans cette direction", estime Marcelo Neri.

Selon la fondation Getulio Vargas, en 2017, 23 millions de Brésiliens, sur un total de 208 millions, vivaient en-dessous du seuil de pauvreté, soit 6 millions de plus (+33%) qu'en 2014.

Le pays compte près de 13 millions de chômeurs et figure au neuvième rang mondial en matière d'inégalités sociales.

L'économiste plaide pour une "voie intermédiaire" entre ceux qui préconisent l'austérité pour réduire les déficits creusés par deux années de récession (2015 et 2016) et deux autres de faible croissance, et ceux qui pensent qu'une telle ordonnance finira par tuer le patient.

Alors que cette campagne pour la présidentielle est la plus polarisée depuis la fin de la dictature militaire (1964-85), les deux favoris du premier tour, Jair Bolsonaro et Fernando Haddad, sont aussi ceux qui suscitent le plus de rejet, une situation qui pourrait réduire leur marge de manoeuvre, une fois au pouvoir le 1er janvier 2019.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

La direction d'Air France aurait proposé un accord salarial devant être signé d'ici 15 heures, ce vendredi. C’est ce qu’ont déclaré à Reuters les représentants des syndicats CFDT et…

Publié le 19/10/2018

Le groupement Alise, piloté par Vinci Energies, et Eiffage Énergie Systèmes, ont annoncé avoir remporté le contrat de réalisation de l'ensemble de l'architecture électrique de la ligne 15 Sud…

Publié le 19/10/2018

Mais pas encore les 35.000$ promis !

Publié le 19/10/2018

AccorHotels annonce la nomination d'Emlyn Brown au poste de Directeur du Bien-Être pour les marques Luxe et Haut de Gamme...

Publié le 19/10/2018

Bouygues dégringole de 9,77% à 32,84 euros au lendemain de la révision à la baisse des perspectives de ses activités de construction et du groupe pour 2018. Cet avertissement a été lancé deux…