En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 399.64 PTS
-0.18 %
5 395.00
-0.26 %
SBF 120 PTS
4 320.65
-0.30 %
DAX PTS
12 561.70
+0.01 %
Dowjones PTS
25 059.26
-0.02 %
7 295.47
-0.85 %
Nikkei PTS
22 697.36
+0.44 %

Le FMI donne son accord de principe à un soutien financier à la Grèce

| AFP | 299 | Aucun vote sur cette news
Logo du Fonds monétaire international (FMI) le 30 juin 2015 à Washington DC
Logo du Fonds monétaire international (FMI) le 30 juin 2015 à Washington DC ( BRENDAN SMIALOWSKI / AFP/Archives )

Le Conseil d'administration du FMI a donné jeudi son feu vert "de principe" à la relance du plan d'aide à la Grèce mais la question de l'allègement de la dette continue de diviser le Fonds et les partenaires européens d'Athènes.

Ce feu vert se matérialise par un accord de principe de 1,6 milliard d'euros (1,8 md USD) accordé à Athènes au titre d'un crédit "de précaution" mais le FMI ne déboursera pas ces fonds dans l'immédiat.

Cet "accord de principe" du FMI, une manoeuvre rarement utilisée par l'institution monétaire, avait déjà été annoncé en mai. Il a permis le versement d'une nouvelle tranche d'aide de 8,5 milliards d'euros de la part de la zone euro, effectuée en grande partie début juillet et qui a permis aux autorités grecques d'honorer des échanges cruciales de remboursement.

Athènes bénéficie d'un plan d'aide de 86 milliards d'euros, le troisième, signé en juillet 2015.

Ce plan, qui court jusqu'en août 2018, doit permettre à la Grèce de faire face en partie à sa dette colossale, qui atteint toujours près de 180% de son PIB (315 milliards d'euros).

Tout en donnant son aval, le FMI continue de mettre la pression sur les créanciers européens pour une renégociation de la dette grecque, qu'il juge insoutenable en l'état actuel.

L'argent ne sera versé par le FMI que si les partenaires européens d'Athènes s'entendent sur une réduction du poids de la dette, ont rappelé les responsables du Fonds jeudi.

- Pas crédible -

Dans des documents de travail présentés au Conseil d'administration jeudi, les responsables de l'institution monétaire internationale affirment que "même si les divergences de vues entre (le FMI) et les partenaires européens de la Grèce se sont réduites, une stratégie de réduction de la dette qui resterait basée sur des objectifs historiquement élevés pour l'excédent primaire ou le taux de croissance sur des périodes prolongées n'est pas crédible".

En donnant son accord jeudi, le FMI a souligné que l'excédent primaire (hors service de la dette) a été fixé à 3,5% du Produit intérieur brut "mais cet objectif devrait être ramené à un objectif plus soutenable de 1,5% aussi vite que possible pour apporter une marge de manoeuvre budgétaire permettant d'augmenter le soutien social, stimuler l'investissement public et abaisser les impôts pour soutenir la croissance".

Mais le Fonds n'a pas fixé d'échéance pour un tel abaissement de l'objectif d'excédent primaire qui permettrait de combler les divergences avec les partenaires européens d'Athènes, au premier rang desquels l'Allemagne.

L'accord du Fonds, même si de principe, devrait faciliter la tâche des responsables grecs pour revenir sur le marché des capitaux en émettant de nouvelles obligations prochainement, même si le pays a actuellement accès aux prêts à taux avantageux du Mécanisme européen de stabilité (MES).

Ce retour pourrait toutefois être gêné par un montant maximal de la dette grecque fixé à 325 milliards d'euros par le FMI et les partenaires européens en accord avec les autorités grecques.

La directrice générale du FMI Christine Lagarde le 22 avril 2017 à Washington DC
La directrice générale du FMI Christine Lagarde le 22 avril 2017 à Washington DC ( ZACH GIBSON / AFP )

"Je me félicite grandement du nouveau programme d'ajustement économique de la Grèce qui se concentre sur des politiques qui aideront à rétablir à moyen-terme la stabilité macro-économique et la croissance tout en soutenant les efforts des autorités pour revenir à un financement par les marchés sur une base durable", a souligné jeudi la directrice générale du FMI Christine Lagarde, citée dans un communiqué.

"Le programme apporte à la fois des marges de manoeuvre pour mobiliser le soutien pour les réformes structurelles plus profondes dont la Grèce a besoin pour prospérer au sein de la zone euro et aussi un cadre pour les partenaires européens de la Grèce afin d'apporter de nouveaux allègements de dette pour restaurer la viabilité de la dette grecque", a-t-elle ajouté.

Le FMI prévoit que la croissance de l'économie grecque devrait atteindre 2,1% cette année et 2,6% l'an prochain.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 17/07/2018

L'ancien président de la République François Hollande a appelé à ne faire "aucune concession à Donald Trump", le 17 juillet 2018 ( Philippe HUGUEN / AFP/Archives )L'ancien président de la…

Publié le 17/07/2018

La sanction financière est destinée à punir Google pour avoir abusé de la position dominante de son système d'exploitation pour smartphone, Android, pour maintenir sa suprématie dans la…

Publié le 17/07/2018

Le secteur privé en France a enregistré la création de 19 500 emplois entre mai et juin, selon les résultats du Rapport National sur l’Emploi en France d’ADP du mois de juin. Cela porte à 58…

Publié le 17/07/2018

Goldman Sachs a présenté des résultats meilleurs que prévu et annoncé, comme prévu, que David Solomon remplacera Lloyd C. Blankfein au poste de PDG le 1er octobre. La célèbre banque…

Publié le 17/07/2018

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe (C), le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker (G) et le président du Conseil européen Donald Tusk (D) tout sourires après la…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2018

Bea contrat pour Airbus et son nouveau A220-300 (anciennement CSeries)...

Publié le 17/07/2018

A l’occasion du salon aéronautique de Farnborough (jour 2), Airbus annonce qu'International Airlines Group (IAG), maison-mère de British Airways et Ibéria, va acquérir 2 avions A330-200…

Publié le 17/07/2018

Volkswagen Group a dévoilé aujourd’hui des livraisons en hausse de 4,1% pour le mois de juin 2018, sur un an, soit 958 600 véhicules. Le constructeur automobile allemand a fait état de ventes en…

Publié le 17/07/2018

Total et Tata Consultancy Services (TCS) ont signé un accord de partenariat pour créer un centre d'innovation digitale en Inde. Ce centre, situé à Pune (Etat du Maharashtra), aura pour but de…

Publié le 17/07/2018

Un flux vendeur à mettre en relation avec les dernières déclarations de Mounir Mahjoubi...