Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 653.57 PTS
-0.88 %
6 664.5
-0.69 %
SBF 120 PTS
5 114.16
-0.72 %
DAX PTS
14 431.25
-0.76 %
Dow Jones PTS
34 347.03
+0.45 %
11 756.03
-0.7 %
1.045
+0.48 %

Le FMI appelle la France à arrêter le "quoi qu'il en coûte" en 2023

| AFP | 1737 | Aucun vote sur cette news
Au siège du FMI à Washington, le 8 octobre 2022
Au siège du FMI à Washington, le 8 octobre 2022 ( Stefani Reynolds / AFP/Archives )

"Il est temps d'arrêter le +quoi qu'il en coûte+": après avoir déboursé des milliards pour soulager les entreprises et les ménages de la crise énergétique, la France doit commencer dès l'an prochain à assainir ses finances, a recommandé lundi le Fonds monétaire international (FMI).

"Nous avons soutenu le quoi qu'il en coûte, mais il est temps" d'y mettre un terme, a estimé lors d'une conférence de presse Jeffrey Franks, chef de mission du FMI pour la France.

A travers le gel des prix de l'électricité et du gaz, des chèques énergétiques, des remises sur les prix du carburants, un soutien aux entreprises... la France a multiplié les dépenses depuis un an, évaluées par le FMI à plus de 2% de son PIB.

Les initiatives du gouvernement ont permis de contenir le taux d'inflation "deux à trois points" en dessous du niveau qu'il aurait atteint sans mesures d'aide, a salué Jeffrey Franks.

Bruno Le Maire au Sénat, le 17 novembre 2022
Bruno Le Maire au Sénat, le 17 novembre 2022 ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )

Mais ces dépenses exceptionnelles ont aussi pesé sur des finances publiques déjà très dégradées par la pandémie de Covid-19, durant laquelle le gouvernement a notamment financé le chômage partiel et les fermetures de commerces au titre du quoi qu'il en coûte.

Après ces deux crises et au moment où les aides liées à la pandémie se sont estompées, "il est justifié de commencer la consolidation budgétaire en 2023", écrit le FMI dans les conclusions d'une mission d'évaluation économique de la France, connue sous le nom d'"article IV".

Or ce n'est pas le chemin que prend Paris, relève l'institution de Washington.

Le gouvernement table sur un déficit public de 5% l'an prochain après 4,9% cette année, et prévoit de revenir sous la barre des 3% en 2027, là où ses grands voisins misent sur un retour plus rapide à ce niveau.

"Nous avons arrêté le quoi qu’il en coûte", s'est défendu Bruno Le Maire lundi après-midi sur BFMTV, et pour les ménages comme pour les entreprises, "le ciblage sera la règle en matière d’aides de l’Etat en 2023".

Réformes

"Aujourd’hui, le quoi qu'il en coûte ne serait ni finançable ni efficace", a pour sa part estimé le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau.

"On a déjà beaucoup de dette publique" (environ 113% fin juin 2022), a-t-il soutenu sur France 5. "Quand on augmente encore la dette, c’est une façon de transférer la facture aux générations suivantes."

Autre enseignement du document publié lundi, le FMI table toujours sur une croissance de 0,7% l'an prochain en France. Une estimation qui "confirme" pour Bruno Le Maire "la résistance de l'économie française".

"C’est une très bonne nouvelle", a renchéri le ministre des Comptes publics Gabriel Attal, et une estimation plus encourageante que celle de la Banque de France (qui s'attend à une croissance comprise entre -0,5% et 0,8% en 2023).

Reste que le FMI craint aussi "un léger creusement du déficit" en 2023, citant la prolongation des mesures énergétiques et la poursuite de la suppression d'impôts de production pour les entreprises.

Le ministre du Travail Olivier Dussopt, lors d'une conéfrence de presse à Paris, le 21 novembre 2022
Le ministre du Travail Olivier Dussopt, lors d'une conéfrence de presse à Paris, le 21 novembre 2022 ( Bertrand GUAY / AFP )

Un ciblage des aides en matière énergétique pourrait "en grande partie" permettre un resserrement budgétaire d'un quart de point de PIB, calcule le FMI, suggérant aussi un éventuel report des réductions d'impôts de production.

Autres pistes de réduction de la dépense publique et in fine du déficit, selon M. Franks: les réformes des retraites et de l'assurance chômage, ainsi que la réduction des niches fiscales.

En matière d'assurance chômage, le ministre du Travail Olivier Dussopt a justement annoncé lundi aux partenaires sociaux la baisse de 25% de la durée d'indemnisation des demandeurs d'emploi à partir du 1er février.

Jeffrey Franks insiste aussi sur la nécessité de "clarifier qui s'occupe de quoi" entre gouvernement et collectivités locales, afin d'éviter la "duplication des dépenses entre gouvernement central et gouvernements locaux".

A long terme, le déficit français devrait rester au-dessus du niveau auquel il stabilise la dette, s'inquiète le FMI.

L'institution de Washington appelle donc à "un ajustement soutenu" pour ramener le déficit à 0,4% du PIB d'ici à 2030 en s'appuyant sur la réduction de la croissance des dépenses courantes, notamment celles liées à la pandémie et à la crise énergétique.

 ■

Copyright © 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Bourse Direct vous souhaite la bienvenue
et vous offre vos frais de courtage*

Découvrir l'offre

Valable jusqu'au 30 novembre
*Voir conditions

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 23/11/2022

Photo de Jeremy Hunt fournie par le Parlement britannique, le 17 novembre 2022 ( Jessica TAYLOR / UK PARLIAMENT/AFP/Archives )Le ministre des Finances britannique Jeremy Hunt a défendu l'accord…

Publié le 23/11/2022

Le ministre de la Fonction publique Stanislas Guerini à l'Elysée, le 5 octobre 2022 ( Ludovic MARIN / AFP/Archives )Nouvelle étape dans la réforme de la haute fonction publique: le ministre de…

Publié le 22/11/2022

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin (C) s'exprime le 15 novembre 2022 à l'Assemblée nationale à Paris ( Christophe ARCHAMBAULT / AFP/Archives )L'Assemblée a largement approuvé mardi…

Publié le 21/11/2022

Le ministre de la Santé François Braun, le 21 novembre 2022 à l'Assemblée nationale, à Paris ( Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP )Le ministre de la Santé, François Braun, a annoncé lundi…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 28/11/2022

Abeille Assurances Holding qui détient directement ou indirectement 74,99% du capital et des droits de vote de la société Union Financière de France Banque (UFF), annonce son intention de déposer…

Publié le 28/11/2022

Icade a relevé ses objectifs 2022 dans le cadre de sa journée investisseurs. Le groupe immobilier vise désormais un cash-flow net courant groupe par action 2022 en croissance de 7% hors effet des…

Publié le 28/11/2022

Revalorisation rapide...

Publié le 28/11/2022

Icade tient sa journée investisseurs 2022...

Publié le 28/11/2022

Sofidy, premier gestionnaire indépendant sur le marché de l'épargne immobilière et filiale de Tikehau Capital, continue de se déployer en Europe en...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WEBINAIRES

Pour vous former et vous informer

Participez à nos webinaires et conférences sur la #Bourse et l'#Epargne :
100% gratuits, 100% bonne humeur 😉


JE PARTICIPE