5 427.19 PTS
+0.75 %
5 422.0
+0.66 %
SBF 120 PTS
4 324.77
+0.69 %
DAX PTS
13 183.53
+0.46 %
Dowjones PTS
24 524.02
+0.57 %
6 394.97
+0.02 %
Nikkei PTS
22 866.17
-0.32 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le FMI alerte sur l'endettement des émergents et des pays du G20

| AFP | 203 | Aucun vote sur cette news
Tobias Adrian, responsable du département chargé des marchés monétaires et des capitaux du Fonds monétaire international à Washington, le 11 octobre 2017
Tobias Adrian, responsable du département chargé des marchés monétaires et des capitaux du Fonds monétaire international à Washington, le 11 octobre 2017 ( Stephen JAFFE / INTERNATIONAL MONETARY FUND/AFP )

L'endettement croissant des pays émergents et de certains membres du G20 constitue "l'un des risques les plus importants" pour la reprise économique, estime le FMI qui se montre pourtant plus optimiste sur la croissance mondiale.

"Malgré des taux bas, le poids des intérêts de la dette a augmenté dans plusieurs économies majeures", a expliqué mercredi Tobias Adrian, responsable du département chargé des marchés monétaires et des capitaux du Fonds monétaire international, lors de la présentation du rapport de son institution sur la stabilité financière mondiale.

"Cela représente l'un des risques les plus importants à terme si les taux d'intérêts remontent fortement", a-t-il prévenu, à un moment où la Réserve fédérale et la Banque centrale européenne mettent progressivement un terme à leur politique accommodante de ces dernières années.

Cette période a permis aux Etats de financer leur croissance en empruntant sur les marchés internationaux à des conditions très favorables, à tel point que certains pays pourraient faire face à de sérieuses difficultés si les taux repartaient fortement à la hausse.

M. Adrian est convaincu que cet endettement constitue l'une des plus grandes "vulnérabilités" de la croissance mondiale. Et elle n'épargne pas les pays du G20, dont font partie les principales économies mondiales comme les Etats-Unis, mais aussi des puissances émergentes comme la Chine, la Turquie ou le Brésil.

Pour les émergents et les pays les plus pauvres, "la plus forte dépendance aux emprunts étrangers pourrait devenir à terme une vulnérabilité, particulièrement pour les pays à très faibles revenus qui n'utiliseraient pas cet argent à bon escient", a ajouté M. Adrian, qui a travaillé sur un scénario de poursuite de l'endettement avec un "choc adverse".

"Certains pays seraient frappés durement par des répercussions défavorables avec l'accumulation de dette qui les rend vulnérables", a prévenu le responsable du FMI.

- Une crise obligataire ? -

"Oui, il existe des problèmes potentiels", a déclaré à l'AFP Sonja Gibbs, de l'Institut pour la finance internationale (IIF), à l'issue d'une table-ronde sur la hausse de l'endettement des pays émergents à l'occasion de la réunion annuelle du FMI et de la Banque mondiale.

"L'endettement pendant cette période de politique monétaire accommodante a été plutôt significatif", a-t-elle noté, rappelant que tous les pays ne s'étaient toutefois pas endettés de la même manière.

Cela sera "un défi le jour où la banque centrale américaine augmentera ses taux d'intérêt, que les taux remonteront à l'échelle mondiale et que les intérêts de la dette augmenteront par conséquent", a-t-elle admis.

Elle a toutefois ajouté que la plupart des pays émergents se trouvaient aujourd'hui dans une meilleure situation que dans le passé, expérimentant de forts taux de croissance.

Au cours de la table-ronde sur la dette souveraine, la plupart des participants ont insisté sur le besoin d'une bonne gestion des comptes publics.

"Il n'y a pas de remède miracle", a souligné le secrétaire d'Etat adjoint du Mexique, Alberto Torres. "Mais il faut avoir une politique budgétaire saine comme toujours", a-t-il ajouté, reprenant à son compte l'appel du FMI à une gestion efficace des dépenses publiques.

Aux Etats-Unis, une nouvelle hausse des taux est attendue en décembre. De nombreux membres du Comité monétaire de la banque centrale ont estimé nécessaire de relever encore une fois cette année le coût du crédit même s'ils restent divisés sur le sujet, selon la transcription de la réunion du 19 et 20 septembre publiée mercredi.

La banque centrale a resserré les taux d'intérêt trois fois d'un quart de point depuis l'élection de Donald Trump en novembre 2016.

Face à la perspective d'un endettement trop lourd, Ludovic Subran, chef économiste chez Euler Hermes, n'écarte pas "une crise obligataire à long terme, notamment sur les marchés émergents qui financent aujourd'hui leur croissance avec le déficit public", a-t-il expliqué à l'AFP.

"C'est un vrai sujet qui, pour le coup, est systémique pour l'économie mondiale", a averti un participant à la réunion du FMI, qui s'est exprimé sous anonymat.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2017

La société Derichebourg annonce avoir déposé son document de référence 2016-2017 auprès de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) le 12 décembre 2017.   Le document de…

Publié le 12/12/2017

Depuis le début de 2017, le volume quotidien moyen échangé sur le titre Fermentalg s'élève à plus de 117 kE...

Publié le 12/12/2017

Le Conseil d'administration d'Essilor, a décidé une augmentation de capital par émission d'un nombre maximal de 350 000 actions ordinaires dont la souscription est réservée aux salariés…

Publié le 12/12/2017

Au premier semestre de son exercice 2017/2018, Oeneo, le fabricant de bouchon de liège, a publié un résultat net en hausse de 17,3% à 16 millions d'euros. Le résultat opérationnel du groupe…

Publié le 12/12/2017

En novembre, le trafic de Paris Aéroport est en hausse de 5,2 % avec 7,5 millions de passagers accueillis, dont 5,2 millions à Paris-Charles de Gaulle (+ 6,6 %) et 2,3 millions à Paris-Orly (+ 2,2…

CONTENUS SPONSORISÉS