En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 655.46 PTS
+0.22 %
5 645.50
+0.07 %
SBF 120 PTS
4 461.53
+0.24 %
DAX PTS
12 468.53
+0.47 %
Dowjones PTS
27 219.52
+0.14 %
7 892.95
-0.31 %
1.107
+0.09 %

Le FMI à Trump: une politique des tarifs douaniers et de baisse des taux ne marchera pas

| AFP | 438 | 4 par 4 internautes
Donald Trump parle à la presse dans les jardins de la Maison Blanche, le 21 août 2019
Donald Trump parle à la presse dans les jardins de la Maison Blanche, le 21 août 2019 ( Jim WATSON / AFP )

La guerre commerciale menée par l'administration Trump contre la Chine avec des tarifs douaniers punitifs et un affaiblissement du dollar ne permettront pas de redresser les déséquilibres commerciaux, ont mis en garde mercredi des économistes du FMI.

Sur un ton inhabituellement direct, l'économiste en chef du Fonds monétaire international, Gita Gopinath et deux de ses collègues affirment que la politique économique de la Maison Blanche est contreproductive et va ralentir l'économie mondiale.

Les tarifs douaniers "vont avoir un impact négatif aussi bien sur l'économie américaine que mondiale en minant la confiance des entreprises et l'investissement et en désorganisant les chaînes d'approvisionnement, tout en augmentant les coûts pour les producteurs et les consommateurs", écrivent les auteurs dans un post d'un blog.

"Des tarifs douaniers bilatéraux plus élevés ont peu de chances d'arriver à réduire les déséquilibres commerciaux, parce que pour l'essentiel ils détournent les échanges vers d'autres pays", écrivent Mme Gopinath et MM. Gustavo Adler et Luis Cubeddu.

Pour autant la production n'est pas rapatriée aux Etats-Unis mais ce qui était produit en Chine va être produit dans un autre pays à bas coûts et auquel cas le déficit commercial se creusera.

Des conteneurs en provenance de Chine et d'Asie dans le port de Long Beach, le 1er août 2019 en Californie
Des conteneurs en provenance de Chine et d'Asie dans le port de Long Beach, le 1er août 2019 en Californie ( Mark RALSTON / AFP/Archives )

Le déficit commercial est, pour Donald Trump, l'une des principales mesures de la santé de l'économie américaine. Il voit dans le déséquilibre un signe de faiblesse des Etats-Unis et essaye d'y remédier, avec la Chine tout particulièrement, à coup de tarifs douaniers punitifs pour tenter de rétablir l'équilibre.

D'ici la mi-décembre, la totalité des 550 milliards de dollars de biens importés de Chine devraient être frappés d'une taxe comprise entre 10 et 25%.

La guerre commerciale avec la Chine a pris des allures de croisade mercredi quand Donald Trump a lancé à des journalistes en levant la tête et les bras au ciel: "Je suis l'Elu".

"Ce n'est pas ma guerre commerciale. C'est une guerre commerciale qui aurait dû être menée il y a longtemps déjà par d'autres présidents", a déclaré le président.

"Trop vite, trop haut"

Les trois économistes mettent aussi en garde contre une autre idée caressée par le président et évoquée souvent sur Twitter: affaiblir le dollar pour rendre les produits américains plus compétitifs. Le locataire de la Maison Blanche accuse la Banque centrale européenne et Pékin de dévaluer pour rendre leurs produits plus attractifs aux consommateurs américains.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine
La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine ( Gal ROMA / AFP/Archives )

Les stratégies pour affaiblir la devise d'un pays "sont difficiles à mettre en oeuvre et s'avèrent selon toute probabilité inefficaces", soulignent les économistes du Fonds, ajoutant, pour bien enfoncer le clou, que presser la Banque centrale de baisser les taux ne permettra pas non plus d'arriver au but désiré.

Donald Trump attaque sans répit la Banque centrale américaine qu'il accuse de freiner la croissance économique en ayant augmenté ses taux "trop souvent, trop vite".

Le président qui est en campagne pour sa réélection et qui sait l'importance de la santé de l'économie sur l'issue du scrutin, réclame désormais une baisse d'un point de pourcentage du principal taux d'intérêt de la Fed, pour regagner en compétitivité et doper la croissance.

"Plus Fort dollar de l'Histoire, très dur pour les exportations. Pas d'inflation!", s'est-il insurgé sur Twitter mercredi matin, arguant que, ailleurs, les taux sont plus bas.

Cette affirmation est fausse. Le billet vert est très loin de ses plus hauts niveaux historiques.

"Il ne faut pas se bercer de l'illusion qu'en baissant les taux d'intérêt on arrive à affaiblir suffisamment une devise pour qu'elle améliore durablement la balance commerciale", jugent les auteurs du blog.

"La politique monétaire seule n'est pas en mesure d'induire les dévaluations fortes et durables qui seraient nécessaires pour mener à ce résultat et surtout pas sur une période de 12 mois", mettent-ils en garde, faisant clairement allusion à l'échéance présidentielle de novembre 2020.

Dans la même veine, la banque JP Morgan a publié une étude mercredi soutenant que le coût des taxes douanières sur le budget des ménages américains va passer d'environ 600 dollars par an à 1.000 dollars si un surcroît de tarifs de 10% est appliqué sur 300 milliards de dollars de marchandises chinoises importées, comme le prévoit l'administration Trump.

Si l'administration Trump choisit d'infliger des droits de 25%, il en coûtera 1.500 dollars annuels à chaque ménage, ajoute l'étude obtenue par l'AFP mercredi.

Donald Trump et ses conseillers nient tout effet négatif des tarifs douaniers sur le consommateur.

"Il n'y a absolument aucune preuve que le consommateur américain doive en supporter les conséquences", avait affirmé Peter Navarro, principal conseiller commercial de M. Trump dimanche sur CNN.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/09/2019

REOF Holding détient plus de plus de 60% du capital...

Publié le 13/09/2019

Orby TV s'appuie sur la couverture en bande Ku d'Eutelsat 117 West A sur les Etats-Unis pour la diffusion de son service de télévision par satellite...

Publié le 13/09/2019

Immobilière Dassault a publié au titre de son premier semestre un résultat net de 11,85 millions d’euros contre 10,68 millions un an plus tôt. Le cash-flow courant (hors variation du BFR)…

Publié le 13/09/2019

Les revenus locatifs du 1er semestre 2019 d'Immobilière Dassault se sont élevés à 10,3 ME, en hausse de 55,2% parrapport au 1er semestre 2018...

Publié le 13/09/2019

Alstom se redresse de 2,2% à 38,29 euros ce vendredi dans un marché actif, après avoir trébuché hier de 4,9% à 37,45 euros à l'annonce des conditions...