5 517.61 PTS
-0.16 %
5 512.5
-0.21 %
SBF 120 PTS
4 413.26
-0.16 %
DAX PTS
13 440.90
+0.05 %
Dowjones PTS
26 071.72
+0.21 %
6 834.33
+0.00 %
Nikkei PTS
23 816.33
+0.03 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le chinois Great Wall chute en Bourse après avoir tempéré son intérêt pour Fiat-Chrysler

| AFP | 243 | Aucun vote sur cette news
Le logo du constructeur automobile chinois, Great Wall Motor, photographié le 26 avril 2012, à Pekin
Le logo du constructeur automobile chinois, Great Wall Motor, photographié le 26 avril 2012, à Pekin ( Ed Jones / AFP/Archives )

Le groupe automobile chinois Great Wall Motor a vu son titre trébucher lourdement en Bourse mercredi, après avoir expliqué n'avoir "pas engagé de négociations" avec le constructeur américano-italien Fiat-Chrysler (FCA) pour lui racheter sa marque Jeep.

Après avoir déclaré lundi avoir des vues sur Fiat Chrysler -- une annonce qui a fait sensation --, Great Wall avait demandé mardi la suspension de son titre sur les Bourses de Hong Kong et de Shanghai, le temps de "clarifier" la situation.

L'occasion surtout de tempérer publiquement son appétit pour une acquisition jugée très ambitieuse pour le septième constructeur chinois.

Great Wall, spécialiste des 4x4 urbains, a assuré dans un communiqué diffusé mardi soir n'avoir "pas contacté les dirigeants de FCA ni engagé de négociations avec eux".

"Aucun véritable progrès n'a été fait" pour étudier un éventuel projet d'acquisition lié à FCA, d'autant "qu'il subsiste d'importantes incertitudes" à cet égard, a poursuivi le groupe chinois, tout en reconnaissant néanmoins "accorder une grande attention à FCA".

Ce communiqué a fait l'effet d'une douche froide pour les marchés: après la reprise des échanges, Great Wall a chuté mercredi de 1,58% à la Bourse de Shanghai, à 13,04 yuans. La place hongkongaise était elle fermée mercredi en raison du typhon Hato.

Une jeep exposée chez un concessionnaire à Turin le 21 août 2017
Une jeep exposée chez un concessionnaire à Turin le 21 août 2017 ( Marco BERTORELLO / AFP )

A la Bourse de Milan en revanche, le dépit a été de courte durée: après une envolée de presque 7% lundi, le titre de FCA a fait du surplace mardi, mais il a repris des forces mercredi après-midi.

Il a en effet frôlé les 5% de hausse, après une dépêche de l'agence Bloomberg évoquant une nouvelle fois la possibilité pour Fiat de se séparer de Maserati et Alfa Romeo, comme cela avait été le cas de Ferrari, pour se concentrer sur l'automobile grand public afin de favoriser une alliance.

Et ce d'autant que le communiqué de Great Wall Motor n'est pas en contradiction avec ses déclarations initiales.

"Nous sommes assurément intéressés pour réaliser une acquisition" liée à FCA, même si pour l'heure "cela reste une intention", avait indiqué lundi à l'AFP une porte-parole du groupe chinois.

Cette simple marque "d'intérêt" avait suffi à enflammer les esprits, car elle tendait à conforter l'hypothèse d'une offre de rachat chinoise visant Fiat-Chrysler, à l'heure où ce dernier est fragilisé par l'effritement de ses ventes aux Etats-Unis.

Les logos de différentes marques de Fiat-Chrysler chez un concessionnaire à Turin le 21 août 2017
Les logos de différentes marques de Fiat-Chrysler chez un concessionnaire à Turin le 21 août 2017 ( Marco BERTORELLO / AFP )

Le site spécialisé Automotive News avait ainsi fait état la semaine dernière d'une offre d'acquisition transmise par un groupe automobile chinois "bien connu", mais non nommé.

Jeep -- une marque bien connue en Chine -- serait une prise de choix pour Great Wall, qui cherche à monter en gamme dans les 4x4 urbains et à s'implanter sur le marché nord-américain.

Mais de l'avis des experts, les obstacles sont légion.

Pékin a ainsi drastiquement durci ses restrictions sur les acquisitions chinoises à l'étranger, souvent financées par un endettement massif.

Et surtout, il paraît improbable que le président américain Donald Trump, héraut autoproclamé de "l'Amérique d'abord" et pourfendeur des déséquilibres commerciaux avec la Chine, accepte volontiers le passage sous pavillon chinois de Fiat-Chrysler, un fleuron industriel du pays.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2018

Airbus Helicopters a livré en 2017 409 appareils et enregistré 335 commandes nettes. Parmi elles, 54 commandes ont été prises sur des appareils de la famille Super Puma et 19 sur H175. A fin 2017,…

Publié le 22/01/2018

L'analyste a pris acte de la hausse 2017...

Publié le 22/01/2018

Dixons Carphone, outre le départ de son DG, a fait état d'une croissance de 4% de son chiffre d'affaires pendant les 10 semaines, closes début janvier, de la période de Noël. Elles font partie de…

Publié le 22/01/2018

Le ratio commandes/livraisons inférieur à 1

Publié le 22/01/2018

Si le dirigeant est condamné dans l'affaires Tapie, il devra démissionner, dit Bruno Le Maire...

CONTENUS SPONSORISÉS