En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 840.38 PTS
-
4 836.00
-
SBF 120 PTS
3 859.34
-
DAX PTS
11 071.54
-0.17 %
Dowjones PTS
24 575.62
+0.70 %
6 658.76
+0.18 %
1.138
+0.05 %

Le chef de la Fed peut faire trembler l'économie mondiale

| AFP | 347 | Aucun vote sur cette news
La présidente de la Fed, Janet Yellen, le 15 octobre 2017 à Washington
La présidente de la Fed, Janet Yellen, le 15 octobre 2017 à Washington ( SAUL LOEB / AFP/Archives )

Le chef de la Banque centrale américaine (Fed), que Donald Trump va désigner jeudi, est considéré comme le personnage le plus puissant de l'économie mondiale, capable de faire trembler les marchés avec ses petites phrases.

Janet Yellen, nommée par Barack Obama en 2014 et première femme à diriger la Fed, s'est montrée plutôt discrète, même si son bilan reste flatteur avec une économie américaine proche du plein emploi et un taux de croissance de 3%.

Donald Trump pouvait choisir de la renommer pour un nouveau mandat de quatre ans mais il semble s'être décidé pour Jerome Powell, qui fait déjà partie du Conseil des gouverneurs de la Fed et qui a l'avantage sur Janet Yellen d'être un républicain, comme lui.

Mais certains de ses prédécesseurs se sont illustrés par des petites phrases qui ont fait trembler l'économie mondiale.

Le plus célèbre exemple reste celui de "l'exubérance irrationnelle" des marchés, une phrase prononcée par Alan Greenspan en décembre 1996. Elle avait immédiatement provoqué une forte baisse des marchés mondiaux et reste perçue aujourd'hui comme annonçant l'explosion de la bulle des valeurs de l'internet en 2000. Alan Greenspan, qui a dirigé la Fed pendant près de 20 ans, a confié plus tard que l'idée lui en était venue en écrivant son discours... dans son bain.

Ben Bernanke, qui lui a succédé en 2006, est passé à la postérité non seulement pour avoir géré les conséquences de la crise financière de 2008/2009 mais aussi pour avoir prévenu, peut-être un peu cavalièrement, de la fin de la politique de soutien de la Fed à l'économie américaine quelques années plus tard.

Appelée en anglais "taper tantrum" en raison des vagues de choc provoquées sur les marchés émergents, sa phrase apparemment innocente annonçant en mai 2013 que la Fed allait réduire ("taper") ses achats d'obligations pour soutenir l'économie américaine avait provoqué une panique ("tantrum") sur les marchés mondiaux.

Les décisions de politique monétaire de la Fed, qui se répercutent directement sur le dollar, première monnaie de réserve mondiale, peuvent aussi aller à l'encontre de la politique économique souhaitée par le président américain, quand bien même ce dernier nomme celui ou celle qui la dirige.

L'un des exemples les plus fameux reste celui de Paul Volcker qui, après avoir pris la tête de le banque centrale en 1979, avait immédiatement entamé un mouvement de hausse des taux pour juguler l'inflation. Il s'en était suivi une récession aux Etats-Unis et dans le reste du monde. Mais le président républicain de l'époque, Ronald Reagan, avait néanmoins décidé de renommer ce démocrate à son poste en 1983, car M. Volcker jouissait du soutien des marchés financiers.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

SNCF Transilien et MND Group, spécialiste du transport par câble à travers sa filiale LST, s’associent pour concevoir et promouvoir des solutions de transport par câble sur certains pôles…

Publié le 23/01/2019

Voltalia a réalisé au quatrième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 51,4 millions d'euros, en baisse de 4 %. A taux constant, les ventes ont ont grimpé de 7 %. Sur l'année, le chiffre…

Publié le 23/01/2019

FONCIÈRE EURIS Société Anonyme au capital de 149 158 950 euros 83, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris 702 023 508 RCS PARIS     Paris, le 23 janvier…

Publié le 23/01/2019

Pour l'année 2018, le chiffre d'affaires de Seb s'établit à 6...

Publié le 23/01/2019

JCDecaux annonce qu’Hannelore Majoor a été nommée directrice générale de sa filiale néerlandaise, JCDecaux Pays-Bas. Hannelore Majoor a débuté sa carrière chez JCDecaux en octobre 2016 en…