En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 810.74 PTS
+0.51 %
4 810.50
+0.51 %
SBF 120 PTS
3 832.83
+0.61 %
DAX PTS
10 931.24
+0.36 %
Dowjones PTS
24 255.78
+0.79 %
6 686.02
+0.25 %
1.140
-0.04 %

Le chef de la diplomatie iranienne discute "politique et économie" en Irak

| AFP | 238 | Aucun vote sur cette news
Le minitsre irakien des Affaires étrangères, Mohammad Ali al-Hakim (à droite) reçoit son homologue iranien Mohammad Javad Zarif à Bagdad, le 13 janvier 2019
Le minitsre irakien des Affaires étrangères, Mohammad Ali al-Hakim (à droite) reçoit son homologue iranien Mohammad Javad Zarif à Bagdad, le 13 janvier 2019 ( SABAH ARAR / AFP )

Le ministre iranien des Affaires étrangères a entamé dimanche une tournée auprès des acteurs politiques et économiques en Irak, quelques jours après que le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a appelé Bagdad à cesser de dépendre de l'Iran pour son énergie.

L'Iran est le deuxième fournisseur de l'Irak, dont il est voisin, pour les produits importés (après la Turquie).

Pris en étau entre ses deux grands alliés eux-mêmes ennemis, Téhéran et Washington, l'Irak a obtenu des Etats-Unis une exemption temporaire lors de l'entrée en vigueur du dernier train de sanctions américaines contre l'Iran.

Mais si M. Pompeo a appelé mercredi Bagdad à ne plus dépendre de l'Iran pour son énergie, cruciale dans un pays où la pénurie est chronique depuis des années, Bagdad et Téhéran ont plaidé dimanche pour davantage d'échanges.

"Nous avons discuté des mesures économiques unilatérales américaines et travaillé avec notre voisin (iranien) sur ce sujet", a affirmé dimanche à Bagdad le ministre irakien des Affaires étrangères Mohammed Ali al-Hakim.

Lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif, les deux hommes ont affirmé avoir discuté des relations "politiques et économiques" entre leurs pays.

Jeudi déjà, le ministre iranien du Pétrole avait plaidé à Bagdad pour "renforcer la coopération avec l'Irak", notamment dns les domaines du pétrole et d'énergie.

A partir de lundi, M. Zarif participera à plusieurs forums économiques dans différentes villes d'Irak, dont Souleimaniyeh au Kurdistan, région autonome du nord du pays. Et le président iranien Hassan Rohani est également attendu en Irak prochainement.

"Les échecs de l'Amérique perdurent depuis 40 ans et je propose aux pays (de la région) de ne parier sur le mauvais cheval", a encore ajouté le chef de la diplomatie iranienne, selon des propos rapportés par l'agence iranienne Fars.

De son côté, le Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi a affirmé dans un communiqué que "la politique de l'Irak est fondée sur la construction des meilleures relations possibles avec tous (ses) voisins".

En 2017, l'Irak a importé pour 5,7 milliards d'euros de biens de consommation iraniens.

En plus, il achète 28 millions de mètres cube de gaz iranien chaque jour pour alimenter entre autres ses centrales électriques et importe directement 1.300 mégawatts d'électricité.

Evoquant la Syrie, où l'Iran s'implique fortement aux côtés du régime de Bachar al-Assad, les deux hommes ont plaidé pour "le retour de la Syrie à la Ligue arabe", après sa suspension en 2011 en raison de la guerre.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse   Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social      Dijon, le 16 janvier 2019…

Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse     Bilan semestriel du contrat de liquidité de Crossject au 31/12/2018      Dijon, le 16 janvier 2019     CROSSJECT (ISIN : FR0011716265 ;…

Publié le 16/01/2019

Au titre de son premier trimestre 2018/2019, Manutan a affiché un chiffre d'affaires de 192,6 millions d'euros, une croissance de 2,9% par rapport au même trimestre de l'exercice précédent. "La…

Publié le 16/01/2019

Elis annonce avoir finalisé l’acquisition de 100 % de Metropolitana en Colombie. Le groupe, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires d’environ 4 millions d’euros, dispose de deux usines…

Publié le 16/01/2019

Ramsay Générale de Santé annonce le versement d’une prime exceptionnelle, dite "prime Macron", à l’ensemble de ses salariés français dont la rémunération est inférieure à 40 000 euros…