En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 215.85 PTS
+0.38 %
5 210.00
+0.31 %
SBF 120 PTS
4 136.68
+0.39 %
DAX PTS
11 457.70
+0.30 %
Dowjones PTS
26 031.81
+0.70 %
7 090.63
+0.79 %
1.133
-0.04 %

Le Canada rejette les menaces chinoises s'il bannit la 5G de Huawei

| AFP | 439 | Aucun vote sur cette news
Les relations sont très tendues entre le Canada et la Chine après l'arrestation à Vancouver d'une haute dirigeante de Huawei
Les relations sont très tendues entre le Canada et la Chine après l'arrestation à Vancouver d'une haute dirigeante de Huawei ( MANDEL NGAN / AFP/Archives )

Le gouvernement canadien a rejeté vendredi les menaces chinoises de "répercussions" à son encontre au cas où Ottawa déciderait d'interdire le déploiement au Canada de la technologie de réseau 5G du géant chinois des télécoms Huawei.

"Nous avons été extrêmement clairs sur le fait que nous ne compromettrons pas la sécurité nationale. Nous allons mener l'analyse appropriée et prendre la décision que nous jugerons la meilleure pour les intérêts du Canada", a déclaré à la presse le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale.

Le gouvernement de Justin Trudeau, dont les relations sont très tendues avec Pékin depuis l'arrestation à Vancouver d'une haute dirigeante de Huawei, "ne sera pas dissuadé" d'agir comme il l'entend malgré les menaces de la Chine, a souligné M. Goodale.

L'ambassadeur de Chine au Canada Lu Shaye a mis en garde jeudi contre de possibles "répercussions" si Ottawa interdisait le déploiement au Canada de la technologie de réseau 5G de Huawei, indispensable à l'essor des voitures autonomes et autres objets connectés.

L'étude de cette technologie est "en cours", a relevé le ministre canadien.

"Nous examinons les problèmes de sécurité ainsi que les enjeux techniques avec beaucoup de précautions", a-t-il fait valoir.

Géant mondial des équipements télécoms, Huawei est soupçonné de poser un problème de sécurité nationale dans plusieurs pays dont les Etats-Unis, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et le Japon, qui lui ont interdit de bâtir un réseau d'internet ultrarapide 5G.

Selon la presse américaine, Washington a lancé une vaste campagne auprès de pays alliés pour dissuader leurs entreprises de téléphonie mobile et d'accès à internet d'utiliser les équipements du chinois.

La semaine dernière, l'un des directeurs de Huawei en Pologne a été arrêté par les services de sécurité polonais pour des soupçons d'espionnage.

Ren Zhengfei, fondateur du groupe et ancien ingénieur de l'armée chinoise, a démenti farouchement tout espionnage, dans un rare entretien publié mardi.

Sa fille Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei, est au centre d'une querelle diplomatique impliquant Chine, Canada et Etats-Unis.

A la grande fureur de Pékin, elle a été arrêtée à Vancouver le 1er décembre, sur demande de la justice américaine qui la soupçonne de complicité de fraude pour contourner les sanctions contre l'Iran.

L'agence canadienne de renseignement (SCRS) a exhorté en octobre les universités canadiennes de faire preuve de prudence dans leurs partenariats de recherche avec Huawei.

La prestigieuse université britannique d'Oxford a suspendu cette semaine tout financement en provenance du groupe chinois.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/02/2019

Mise à disposition du Document de Référence 2018 (Rapport financier 2018 inclus)       Bezons, 22 février 2019 - Atos, un leader international de la transformation numérique, a…

Publié le 22/02/2019

Balyo annonce que son Conseil d’Administration, réuni ce jour, a décidé de procéder à l’émission d’environ 11,75 millions de Bons de Souscription d’Actions (« BSA ») attribués…

Publié le 22/02/2019

Vallourec annonce la création d'un nouveau Comité spécialisé, chargé d'assister le Conseil de Surveillance dans le suivi des questions de responsabilité sociale, environnementale et sociétale…

Publié le 22/02/2019

Touax a enregistré en 2018 un chiffre d'affaires de 154,5 millions d'euros, en repli de près de 9%. A périmètre et devises constants, il recule de 6,6%. Le chiffre d’affaires locatif annuel…

Publié le 22/02/2019

Au cours de 2018, les produits des activités de Touax s'établissent à 154,5 ME et 158,4 ME à périmètre et devises constants contre 169,7 ME en 2017,...