5 319.17 PTS
-0.32 %
5 307.50
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-0.39 %
DAX PTS
12 993.73
-0.41 %
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
-0.39 %
Nikkei PTS
22 396.80
+0.20 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le Brésil retrouve une timide croissance

| AFP | 120 | Aucun vote sur cette news
Cette hausse trimestrielle du PIB confirme la sortie de la récession du Brésil
Cette hausse trimestrielle du PIB confirme la sortie de la récession du Brésil ( Apu Gomes / AFP/Archives )

Le Brésil est officiellement sorti vendredi d'une récession historique, avec une progression du PIB au 2e trimestre qui, bien que timide, constitue une bonne nouvelle pour un président Michel Temer ayant mis résolument le cap sur les réformes économiques.

La première économie d'Amérique latine a enregistré une hausse de 0,2% de son PIB au 2e trimestre par rapport au premier, a annoncé l'Institut de géographie et de statistiques IBGE. Un chiffre meilleur que la croissance nulle qui était attendue par un panel d'économistes.

La hausse trimestrielle confirme donc la sortie de la récession du Brésil, après la progression de 1% lors du premier trimestre par rapport au précédent -- la première fois que le pays sortait la tête de l'eau après huit trimestres consécutifs de recul.

Le Brésil vient de traverser la pire récession de son histoire avec une chute de son Produit intérieur brut de 3,6% en 2016 et 3,8% en 2015.

Par rapport au 2e trimestre de 2016, le PIB du Brésil a progressé de 0,3% entre avril et juin cette année, a précisé l'IBGE. Une première depuis trois ans.

Si la croissance du premier trimestre avait été imputée à l'envolée de l'agriculture boostée par de bonnes récoltes (+13%) et à celle des exportations, celle du deuxième trimestre a surtout été tirée par les services (+0,6%) et la consommation des ménages (+1,4%).

Les analystes consultés par la banque centrale s'attendent à une croissance de 0,39% cette année et de 2% en 2018 dans ce pays-continent de plus de 200 millions d'habitants.

"Nous n'allons pas avoir un résultat brillant cette année", mais l'économie brésilienne fait preuve de "résilience" dans "un climat politique agité et plein d'incertitudes", a dit à l'AFP Carlos Langoni, ex-gouverneur de la Banque centrale.

La reprise conforte la politique du président Michel Temer, qui après avoir échappé à un procès pour corruption, a mis résolument le cap sur les réformes économiques.
La reprise conforte la politique du président Michel Temer, qui après avoir échappé à un procès pour corruption, a mis résolument le cap sur les réformes économiques. ( EVARISTO SA / AFP/Archives )

La reprise, même timide, conforte la politique du président conservateur Michel Temer, qui après avoir échappé à un procès pour corruption, a mis résolument le cap sur les réformes économiques.

"Nous sommes en train de sortir ce pays de sa pire crise économique de son histoire", avait lancé M. Temer au début du mois. "Je veux mener à bien le plus grand changement jamais réalisé dans notre pays".

Brasilia vient de lancer un ambitieux programme de privatisations et veut s'attaquer à une réforme des retraites très impopulaire mais demandée par les marchés.

Le gouvernement a obtenu ces dernières semaines une embellie sur plusieurs fronts, emploi et inflation notamment.

- Embellie à confirmer -

Après un pic de 14 millions demandeurs d'emploi, le chômage a reflué en juillet, pour le 4e mois consécutif, à 13,3 millions de demandeurs d'emploi.

L'inflation sur 12 mois a de son côté reflué pour tomber à son plus bas niveau depuis 1999 (2,7% en juillet).

Quant aux privatisations, l'Etat veut céder 58 actifs, dont des autoroutes, des ports, et la concession d'aéroports, y compris le très lucratif terminal de Congonhas, à Sao Paulo, et le premier fournisseur d'énergie d'Amérique latine, Eletrobras.

Le président Temer (à droite) en compagnie du président chinois Xi Jinping (à gauche), à Pékin le 1er septembre 2017
Le président Temer (à droite) en compagnie du président chinois Xi Jinping (à gauche), à Pékin le 1er septembre 2017 ( GREG BAKER / AFP )

Le président Temer se trouve actuellement à Pékin où il essaie de séduire les investisseurs chinois. L'État pourrait engranger avec les privatisations environ 40 milliards de réais (12,6 milliards de dollars) avant la fin 2018.

Un montant non négligeable pour un gouvernement qui vient de relever ses estimations de l'énorme déficit public pour cette année et la prochaine, à 159 milliards de réais.

Il n'en reste pas moins que l'embellie devra être confirmée dans un pays plombé par de lourdes incertitudes politiques et une grave crise sociale qui refroidissent les investisseurs.

Michel Temer, le plus mal aimé des présidents brésiliens depuis la fin de la dictature militaire en 1985, a un taux d'opinions favorables tombé dans les profondeurs, à 5%.

Il vient d'échapper à un procès pour corruption passive mais est menacé d'une accusation d'obstruction de la justice, alors que le Brésil est secoué par des scandales de corruption touchant tous les partis politiques.

Arrivé au pouvoir à la faveur de la destitution choc de la présidente de gauche Dilma Rousseff (gauche), il s'est dit déterminé à aller au terme de son mandat, fni 2018, avec un seul objectif: mener ses grandes réformes libérales.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/11/2017

Affine a acquis auprès de la société belge Banimmo (dont elle détient 49,5 %), le marché Vaugirard, situé à Paris 15ème face à la gare Montparnasse. Cette galerie commerciale, ouverte sur le…

Publié le 17/11/2017

Gaussin Manugistique, spécialisée dans l'audit des process de manutention, a annoncé la réception usine par son distributeur Blyyd de 2 véhicules ATM (Automotive Trailer Mover) Full Elec. Les ATM…

Publié le 17/11/2017

Résultats trimestriels...

Publié le 17/11/2017

Article L. 233-8-II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'AMF Dénomination sociale de l'émetteur :             Atos SE Name and…

Publié le 17/11/2017

Conformément à la réglementation relative aux rachats d'actions, Atos SE déclare ci-après les opérations d'achats d'actions propres pour un montant de 13,8 millions…

CONTENUS SPONSORISÉS