Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 571.93 PTS
+0.01 %
5 564.0
+0.05 %
SBF 120 PTS
4 407.58
+0.06 %
DAX PTS
13 312.67
+0.17 %
Dow Jones PTS
29 872.47
-0.58 %
12 152.22
+0. %
1.190
-0.15 %

"Le bon espoir" de rouvrir pour des magasins de jouets de Rennes

| AFP | 462 | 4.50 par 4 internautes
La vitrine d'un magasin de jouets à Paris, le 10 novembre 2020
La vitrine d'un magasin de jouets à Paris, le 10 novembre 2020 ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

A un mois de Noël, Amélie Raud, cogérante d'un magasin de jouets à Rennes, a "bon espoir de rouvrir" le 1er décembre. Elle sait qu'elle "ne rattrapera pas" le chiffre d'affaires perdu mais est impatiente de renouer avec "ce qui lui manque", le contact des clients.

Auprès de l'AFP, elle se dit "stressée, angoissée" mais "continue de croire que les commerces vont rouvrir" avec l'amélioration de la situation sanitaire.

Son confrère Aymeric Leconte, à la tête d'une "institution" familiale du jouet fondée il y a plusieurs générations, estime lui aussi que "pour sauver Noël, il faut ouvrir le plus vite possible".

Vendredi le Premier ministre Jean Castex a évoqué une réouverture des commerces "autour du 1er décembre". Cette date, "c'est le minimum syndical", estime M. Leconte.

Car malgré le click and collect, "les messages de sympathie", le soutien de "clients militants", les chiffres sont là. "Noël c’est 30% du chiffre d'affaires annuel et le 20 novembre on est à peine à 12%", explique Mme Raud. Les six employés de son magasin La Courte échelle, dans le centre-ville, travaillent aujourd'hui à temps partiel.

Le Premier ministre Jean Castex a évoqué une réouverture des commerces
Le Premier ministre Jean Castex a évoqué une réouverture des commerces "autour du 1er décembre" siles indicateurs sanitaires s'améliorent ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

Dans les trois magasins gérés par M. Leconte, adhérent au groupement d'achats JouéClub, "Noël représente 50% du chiffre d'affaires annuel". "Avec le click and collect, on fait 35%, c’est insuffisant", dit-il. Il a dû mettre "70% de ses salariés" au chômage partiel.

Et même si l'ouverture est autorisée le 1er décembre, Amélie Raud est formelle: "il sera impossible de rattraper" ce qui aura été perdu en novembre.

Si le click and collect permet de tenir, il a aussi ses exigences: journées plus longues, conseils au téléphone, mise en valeur des produits sur les sites et les réseaux sociaux, manutention importante...

Dans le vaste magasin d'Aymeric Leconte, près de Rennes, cinq personnes dont lui-même, s'activent à préparer les commandes, faire les paquets cadeaux "avec le prénom de l'enfant", parcourir, le téléphone à l’oreille, les rayons des 1.600 m2 du site.

"la survie de certains emplois en jeu"

Il leur faut slalomer entre les cadeaux empaquetés qui s'amoncèlent sur le sol. "Impressionnant mais trompeur", dit le patron. "En réalité, ici vous avez l'équivalent d'une centaine de commandes, quand habituellement vous faites à peu près 300 clients par jour".

La commande en ligne, "cela fait trois ans qu’on en fait mais il a fallu gérer cet afflux de commandes", dit M. Leconte.

Dans un magasin de jouets à Paris, le 16 décembre 2019
Dans un magasin de jouets à Paris, le 16 décembre 2019 ( Aurore MESENGE / AFP/Archives )

Pour Mme Raud, cela a été plus compliqué. Pour répondre à la demande grandissante des clients, elle a appris à poster régulièrement des photos de ses produits sur les réseaux sociaux. Mais cela ne fait pas tout. "Le rapport direct nous manque énormément, c’est frustrant", dit-elle.

"Je suis vendeuse, j’aime conseiller, j’aime vendre, j’ai hâte que le magasin rouvre. Noël, c’est une très bonne période, même si elle fatigante", confie aussi Françoise, salariée de longue date dans l’entreprise Leconte.

Pour une ouverture le 1er décembre, ces commerçants assurent qu'ils sont prêts. Amélie Raud promet même que l'on pourra "toucher les doudous" à condition bien sûr de porter le masque et d'avoir nettoyé ses mains à l'entrée. Et les paquets cadeaux se feront dans la cour extérieure.

"On a suffisamment d'espace, on est suffisamment équipés... on est capable même de protéger encore un peu plus les rayons pour éviter que les gens touchent les boites un maximum.", promet Aymeric Leconte.

Reste l'inquiétude face à l'avenir.

"Même si nous sommes une vieille société rennaise, on est fragile", reconnait Aymeric Leconte, qui entend solliciter un prêt garanti par l’État. "On est dans un état d'esprit de survie".

Quant à Amélie Raud, elle confie qu'elle "ne dort pas très bien". "La survie de l’entreprise n’est pas menacée mais c'est la survie de certains emplois qui est en jeu et c’est un crève cœur pour un chef d’entreprise".

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 4.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/11/2020

Le contrat a finalement été signé. La Bundeswehr a commandé 31 hélicoptères NH90 NFH, connus sous le nom de « Sea Tiger », pour les opérations embarquées de la marine allemande. Les…

Publié le 26/11/2020

Le programme Scorpion prévoit l'acquisition de 333 engins de cette variante dont la moitié sera livrée à l'horizon 2025...

Publié le 26/11/2020

Alstom fournira six trains à pile à combustible à hydrogène, avec une option pour huit autres, à FNM (Ferrovie Nord Milano), le principal groupe de transport et de mobilité de la région…

Publié le 26/11/2020

Engie investit chaque année 190 ME dans la recherche et le développement...

Publié le 26/11/2020

50Hertz et SPIE mettent en oeuvre des lasers et des capteurs pour la détection de défaillances sur 5 000 km de lignes électriques aériennes SPIE,...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne