En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Le Bélarus construit sa première centrale nucléaire aux portes de l'UE

| AFP | 381 | Aucun vote sur cette news
Le chantier de construction de la première centrale nucléaire du Bélarus, le 12 octobre 2017 à Ostrovets
Le chantier de construction de la première centrale nucléaire du Bélarus, le 12 octobre 2017 à Ostrovets ( Sergei GAPON / AFP )

Trente ans après la catastrophe de Tchernobyl qui a durement touché un large pan de son territoire, le Bélarus construit sa première centrale nucléaire, conçue et financée par la Russie, sous l'oeil inquiet mais impuissant de la Lituanie voisine.

Dans le nord-ouest du Bélarus et à une quinzaine de kilomètres de la frontière lituanienne, le chantier de la centrale d'Ostrovets entre dans sa phase finale: les deux réacteurs, d'une capacité de 1.200 mégawatts chacun, s'allumeront respectivement dès 2019 et 2020.

Le projet, approuvé par le gouvernement en 2008 et mené par le groupe nucléaire russe Rosatom, représente un investissement de 11 milliards de dollars, dont 10 proviennent d'un crédit russe.

Le projet a pu raviver des mauvais souvenirs dans un pays dont le quart du territoire a été irradié par l'explosion en 1986 d'un réacteur de la centrale soviétique de Tchernobyl, en Ukraine actuelle.

"Quand nous avons appris qu'une centrale serait construite sous nos fenêtres, nous avons eu peur", raconte à l'AFP Nina Rybik, qui fait partie des dizaines de milliers de personnes évacuées des zones contaminées il y a 30 ans.

Le chantier de construction de la première centrale nucléaire du Bélarus, le 12 octobre 2017 à Ostrovets
Le chantier de construction de la première centrale nucléaire du Bélarus, le 12 octobre 2017 à Ostrovets ( Sergei GAPON / AFP )

"Mais la peur est passée: on nous a convaincus que le chantier emploie les technologies les plus avancées, tout est contrôlé", assure cette écrivain et journaliste. "Même ceux qui rassemblaient des signatures contre la construction s'activent maintenant pour y être embauchés".

Face aux inquiétudes vis-à-vis de la sûreté nucléaire - décuplées depuis l'accident de Fukushima en 2011 - les autorités et le constructeur russe tentent de rassurer.

Pour montrer leur intransigeance, les autorités bélarusses ont exigé de Rosatom de changer une cuve endommagée lors d'une chute, bien que selon l'entreprise seule la peinture était abîmée. Le conglomérat russe présente ces réacteurs de troisième génération comme parmi les "plus modernes au monde", respectant "toutes les normes internationales".

Selon la sociologue bélarusse Elena Martichtchenkova, qui sonde l'opinion sur le sujet depuis 2005, environ la moitié de la population bélarusse soutient aujourd'hui le développement de l'énergie nucléaire et cette proportion atteint 65% dans le district d'Ostrovets.

- 'Sécurité énergétique' -

De l'autre côté de la toute proche frontière lituanienne, cet optimisme est loin d'être partagé. Vilnius dénonce un projet "en violation des exigences internationales en matière de sûreté nucléaire et environnementale à 20 km de la frontière de l'UE et à seulement 40 km de la capitale lituanienne", des accusation que le constructeur a toujours rejeté.

Des personnes chargent une meule de foin près du site de construction de la première centrale nucléaire du Bélarus, le 19 août 2017 à Ostrovets
Des personnes chargent une meule de foin près du site de construction de la première centrale nucléaire du Bélarus, le 19 août 2017 à Ostrovets ( Sergei GAPON / AFP )

Interrogée par l'AFP, la porte-parole du ministre des Affaires étrangères lituanien, Rasa Jakilaitiene, accuse Minsk d'avoir "tenté de dissimuler", "nié" ou minimisé les conséquences d'"au moins six incidents".

Selon le ministère de l'Energie, le pays balte a pris ses dispositions pour qu'"aucune électricité" ne puisse entrer sur le marché lituanien (et donc européen).

Cela ferme un débouché pour la centrale bélarusse, à la capacité importante pour ce pays de moins de dix millions d'habitants, qui réfléchit à faire tourner des usines la nuit pour consommer l'énergie produite.

Autre problème non résolu: le traitement des déchets radioactifs, auquel le gouvernement dit travailler.

A son annonce en 2011, ce projet de centrale constituait surtout un moyen pour Vladimir Poutine d'avancer ses pions économiques dans l'ex-URSS en venant en aide au président bélarusse Alexandre Loukachenko, confronté à une grave crise économique et à des sanctions occidentales pour la répression d'opposants.

Dans un contexte moins difficile après la récente levée des sanctions européennes - suite à une libération d'opposants - , Minsk le présente surtout comme un moyen de réduire sa dépendance au gaz russe, qui sert à produire son électricité.

Moscou a plusieurs fois eu recours à ses livraisons de pétrole et gaz comme levier d'influence avec le Bélarus ou d'autres voisins.

"C'est une question cruciale de sécurité énergétique, de dépendance à un seul pays, surtout quand ce pays a recours à des restrictions dans ses livraisons de ressources", a expliqué Alexandre Mikhalevitch, expert du nucléaire à l'Académie des sciences, lors d'une récente conférence énergétique à Minsk.

Selon lui, la nouvelle centrale, qui couvrira plus du quart des besoins énergétiques bélarusses, permettra à Minsk de réduire d'un quart ses importations de gaz russe ainsi que le prix de l'électricité.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…