En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 095.07 PTS
-
5 090.00
-
SBF 120 PTS
4 073.02
-
DAX PTS
11 614.16
-
Dowjones PTS
25 250.55
-0.35 %
7 068.67
-1.24 %
1.157
-0.07 %

Laurent Berger en route pour un nouveau mandat sous le signe du leadership

| AFP | 293 | Aucun vote sur cette news
Laurent Berger en route pour un nouveau mandat à la tête de la CFDT, photo du 17 octobre 2017.
Laurent Berger en route pour un nouveau mandat à la tête de la CFDT, photo du 17 octobre 2017. ( BERTRAND GUAY / AFP/Archives )

Gonflé à bloc par un plébiscite qu'il n'espérait pas sur son bilan, Laurent Berger doit être réélu jeudi pour un nouveau mandat à la tête de la CFDT, où le syndicat espère "mieux se faire entendre" de l'exécutif et détrôner la CGT dans la fonction publique.

La proclamation des votes est prévue à 18H00 et sans surprise, l'actuel secrétaire général, seul en lice, sera reconduit.

La veille, son bilan des quatre dernières années a été approuvé à 83,36%. C'est trois points de pourcentage de moins qu'il y a quatre ans, mais Laurent Berger ne "pensait pas objectivement que ce serait à ce niveau", après toutes les critiques entendues depuis lundi sur son refus de manifester contre les ordonnances réformant le code du travail.

En début de semaine, des élus ont défilé à la tribune pour critiquer les termes "occasion manquée" et "déception" utilisés par le numéro un au lendemain de la sortie des ordonnances Macron. "Nous n'étions pas déçus, nous étions en colère", avait réagi Christine Jacq, du Finistère.

Mais le discours offensif mercredi de Laurent Berger, très critique à l'égard d'un pouvoir qu'il a appelé à faire "preuve d'un peu moins d'arrogance", a mis les troupes d'accord.

"Je comprends la frustration de certains de ne pas sortir les baskets sur les ordonnances pour exprimer leur colère", a-t-il encore relevé, mais la manifestation n'avait "aucune perspective de victoire" "juste après l'élection d'un président".

La CFDT, peu écoutée par un exécutif pressé de réformer, ne reste pas complètement fermée à la manifestation comme outil de mobilisation, mais le mandat à venir sera l'occasion "d'expérimenter d'autres moyens, d'autres formes d'action" pour "exprimer les désaccords" et "mieux (se) faire entendre", a-t-il promis.

- augmenter de 20% les adhésions -

"La ligne conduite par Berger me va. Maintenant, l'objectif à court terme est de devenir numéro un dans la fonction publique et à plus long terme de le rester dans le privé", a réagi auprès de l'AFP Sandrine Marx, responsable à l'union régionale Grand-Est.

Numéro un dans le privé depuis 2017, la CFDT le devenir aussi dans la fonction publique, lors des élections professionnelles en décembre, en détrônant là aussi la CGT. Plus globalement, Laurent Berger a fixé l'objectif d'augmenter de 20% le nombre d'adhérents d'ici quatre ans pour "construire le rapport de force". Ce point, jugé "ambitieux" par certains syndicats qui veulent baisser l'objectif à 10%, doit être discuté en fin de journée.

"Personnellement, je trouve que c'est beaucoup!", a dit à l'AFP Frédéric Dupré, à propos des 20%. Il est toutefois lui aussi "d'accord avec la ligne de Laurent de vouloir négocier plutôt que de manifester". Pour ce militant, ex-fonctionnaire retraité de 65 ans, la réforme à venir des retraites sera un autre moment clé pour la CFDT.

La garde rapprochée de Laurent Berger, la "commission exécutive", sera également élue en fin de journée. Légèrement remaniée avec le départ, entre autres, de la numéro deux, Véronique Descacq -- qui va intégrer la Caisse des dépôts et consignations (CDC) --, elle sera de nouveau paritaire, avec cinq femmes et cinq hommes, dont Laurent Berger.

Mais globalement, la question de la parité reste un problème à la CFDT, qui compte près de 50% d'adhérentes, en particulier au sein des instances de direction, a avoué Laurent Berger.

"Sur 1.028 syndicats, il y a seulement 31% de femmes secrétaires générales, sur 13 unions régionales, il y a seulement 2 femmes secrétaires générales, sur 15 fédérations, il y a seulement 4 femmes secrétaires générales et actuellement, au Bureau national, il y a seulement 14 femmes sur 37 membres", a-t-il regretté.

En réponse, des règles de parité ont été adoptées mercredi sur la composition du Bureau national, le "parlement" de la CFDT. Ce dernier, qui doit aussi être élu en fin d'après-midi, doit compter désormais au moins 21 femmes sur 42.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/10/2018

L'Eanm est le congrès de référence pour le secteur de la médecine nucléaire

Publié le 15/10/2018

Performance au rendez-vous...

Publié le 15/10/2018

Les deux sociétés de communications et d'électronique de défense Harris et L3 ont annoncé dimanche une "fusion entre égaux", qui créera un ensemble affichant des ventes annuelles de 16 Mds$.

Publié le 15/10/2018

Le projet bénéficiera d'un contrat de rémunération d'une durée de 10 ans à compter de sa mise en service prévue à la fin de l'année 2019...

Publié le 15/10/2018

Muriel Benedetto Marmilloud travaillera aux côtés du Président Directeur Général, Olivier Jallabert...