En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 489.11 PTS
+0.69 %
5 489.5
+0.69 %
SBF 120 PTS
4 394.15
+0.65 %
DAX PTS
12 403.68
+0.63 %
Dowjones PTS
26 656.98
+0.00 %
7 569.03
+0.00 %
1.174
-0.33 %

Lait: Danone a payé les éleveurs 8% au-dessus des prix du marché en 2016

| AFP | 281 | Aucun vote sur cette news
Franck Riboud, président du conseil d'administration de Danone et Emmanuel Faber, directeur général, lors de l'assemblée générale de Danone, le 27 avril 2017
Franck Riboud, président du conseil d'administration de Danone et Emmanuel Faber, directeur général, lors de l'assemblée générale de Danone, le 27 avril 2017 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Le nouveau calcul sur les prix du lait signé en 2016 entre Danone et les éleveurs français qui fournissent ses usines a permis une revalorisation de 8% des prix du lait, dans une période de chute des cours, pour un coût de 20 millions d'euros pour l'industriel.

"Vingt millions d'euros ont été investis en faveur de la filière en 18 mois, 16 millions en un an, ce qui a permis de revaloriser le prix d'achat du lait de 8% par rapport aux prix du marché", a indiqué lundi François Eyraud, directeur général de Danone produits frais France, lors d'une conférence de presse.

Entre février 2016 et janvier 2017, les six organisations de producteurs livrant Danone en France ont signé cet accord qui doit permettre de lutter contre la volatilité des prix du lait.

Cette nouvelle formule de calcul du prix repose pour une part sur les indicateurs de marché, qui continuent à évoluer dans le temps, d'autre part sur les coûts de production.

Danone a indiqué qu'il allait progressivement augmenter la partie prenant en compte les coûts de production pour qu'elle soit l'équivalent, au bout de cinq ans, de celle calculée sur le marché.

En contrepartie, "les organisations de producteurs travaillent avec les éleveurs pour éviter la surproduction", a expliqué M. Eyraud.

Ainsi, les organisations de producteurs qui ont signé le contrat en 2016 se sont engagées sur une baisse de 2% des volumes en 2016, et la baisse devait être dans la même lignée en 2017.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

16,4 millions d'euros garanti sur 5 ans

Publié le 21/09/2018

Laurent-Perrier Tours-sur-Marne, le 21 septembre 2018   Communiqué financier   L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé…

Publié le 21/09/2018

United Natural Foods est attendu en forte baisse à l'ouverture après la publication de résultats trimestriels décevants. Au quatrième trimestre de son exercice fiscal le spécialiste des produits…

Publié le 21/09/2018

Ça se complique pour Engie en Belgique...

Publié le 21/09/2018

Robertet se distingue à la mi-journée, en hausse de % à euros...