En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 422.54 PTS
+0.24 %
5 436.00
+0.50 %
SBF 120 PTS
4 340.58
+0.16 %
DAX PTS
12 661.54
+0.80 %
Dowjones PTS
25 119.89
+0.22 %
7 403.89
+0.63 %
Nikkei PTS
22 697.36
-

Lafarge en Syrie: un premier cadre poursuivi, deux autres déférés

| AFP | 593 | Aucun vote sur cette news
Une cimenterie du groupe français Lafarge, le 7 avril 2014 à Paris
Une cimenterie du groupe français Lafarge, le 7 avril 2014 à Paris ( FRANCK FIFE / AFP/Archives )

L'enquête sur les activités de Lafarge en Syrie, soupçonné d'avoir indirectement financé le groupe Etat islamique, a pris une nouvelle tournure vendredi: un premier cadre a été mis en examen et deux autres, toujours dans le bureau des juges, risquent de l'être à leur tour.

Après 48 heures de garde à vue, Bruno Pescheux, directeur de l'usine syrienne de 2008 à 2014, Frédéric Jolibois, qui avait repris la direction du site à partir de l'été 2014, et Jean-Claude Veillard, directeur surêté chez Lafarge, ont été conduits vendredi matin au tribunal de Paris.

Le parquet de Paris a requis le placement en détention provisoire de M. Pescheux et le placement sous contrôle judiciaire de MM. Jolibois et Veillard, selon une source judiciaire.

Les juges d'instruction ont prononcé une première mise en examen: celle de M. Jolibois pour "financement d'une entreprise terroriste", "violation du règlement européen" concernant l'embargo sur le pétrole syrien et "mise en danger de la vie d'autrui", a annoncé son avocat Jean Reinhart. Les deux autres cadres étaient toujours dans le bureau des magistrats.

Dans ce dossier hors norme, le groupe est soupçonné d'avoir pactisé avec des groupes jihadistes, dont l'organisation d'Abou Bakr al-Baghdadi - qui est derrière les attentats les plus meurtriers commis en France ces dernières années - pour continuer à faire fonctionner en 2013 et 2014 son usine de Jalabiya (nord de la Syrie).

La justice soupçonne Lafarge, qui a fusionné en 2015 avec le Suisse Holcim, d'avoir fait transmettre de l'argent au groupe EI contre l'obtention de laissez-passer pour ses employés. Il lui est aussi reproché de s'être, sous couvert de faux contrats de consultants, approvisionné en pétrole auprès de l'organisation qui avait pris le contrôle de la majorité des réserves stratégiques du pays à partir de juin 2013.

Entendu une première fois début 2017 par le Service national de douane judiciaire (SNDJ), chargé des investigations, Frédéric Jolibois avait reconnu avoir acheté du pétrole à "des organisations non-gouvernementales" notamment kurdes ou islamistes, en violation de l'embargo décrété par l'Union européenne en 2011.

- '20.000 dollars' par mois pour l'EI -

Et Bruno Pescheux avait confirmé des versements litigieux. La branche syrienne du groupe (Lafarge Cement Syria, LCS) versait "de 80.000 à 100.000 dollars" par mois à un intermédiaire, Firas Tlass, ex-actionnaire minoritaire de l'usine, qui ventilait ensuite les fonds entre différentes factions armées, d'après l'ex-directeur. Ce qui représentait pour l'EI "de l'ordre de 20.000 dollars", selon lui.

L'enquête s'attache aussi à déterminer si Lafarge a tout fait pour assurer la sécurité de ses employés syriens, restés seuls sur place, alors que la direction de l'usine avait quitté Damas pour Le Caire à l'été 2012 et que, quelques mois plus tard, les expatriés avaient été évacués par vagues successives.

Entendu en janvier, Jean-Claude Veillard a raconté comment neuf employés alaouites (communauté musulmane hétérodoxe minoritaire en Syrie) avaient été enlevés en 2012 par les Kurdes puis "revendus à des milices locales". Il avait expliqué que Lafarge avait dû s'acquitter d'une rançon de 200.000 euros.

Cet épisode n'avait pas modifié la stratégie du cimentier de se maintenir dans le pays.

M. Veillard a aussi reconnu que lorsque l'EI a finalement pris le contrôle du site, en septembre 2014, les employés syriens avaient "dû fuir par leurs propres moyens".

Plusieurs autres responsables du cimentier et de sa filiale syrienne ont été entendus par les douanes judiciaires, notamment Bruno Lafont, ex-PDG du groupe, et Eric Olsen, directeur général démissionnaire de LafargeHolcim.

Ces auditions avaient conduit le SNDJ à rendre un rapport accablant pour la direction française qui, selon ce document dont l'AFP a eu connaissance, "a validé" les remises de fonds aux groupes jihadistes "en produisant de fausses pièces comptables".

Les témoignages suggéraient aussi que la décision de rester en Syrie avait reçu l'aval des autorités françaises : M. Jolibois expliquait ainsi avoir été "régulièrement en contact avec le Quai d'Orsay et la DGSE", les services de renseignement français.

Les investigations se sont accélérées ces dernières semaines. Trois ex-employés syriens ont été entendus fin septembre et une vaste perquisition a été menée les 14 et 15 novembre au siège du cimentier à Paris. Sollicité, LafargeHolcim n'a pas souhaité faire de commentaires.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2018

Le premier domaine d'application de ce partenariat concernera le raffinage...

Publié le 17/07/2018

Le Groupe anticipe une légère dégradation de son chiffre d'affaires sur l'exercice 2018-2019...

Publié le 17/07/2018

Le plan national égyptien vise à développer plus de 13 GW de capacité renouvelable...

Publié le 17/07/2018

Les OCA ne portent pas de bons de souscription d'actions (BSA), et portent sur 8 ME maximum de nominal...

Publié le 17/07/2018

Les ampoules seront commercialisées sous la marque AwoX avec le co-branding Deutsche Telekom Magenta SmartHome...