En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 424.92 PTS
-0.41 %
5 428.50
-0.35 %
SBF 120 PTS
4 343.56
-0.34 %
DAX PTS
12 726.58
-0.31 %
Dowjones PTS
25 199.29
+0.32 %
7 390.13
+0.00 %
Nikkei PTS
22 764.68
-0.13 %

Affaire Lactalis: le gouvernement réclame des comptes au groupe et aux supermarchés

| AFP | 1056 | Aucun vote sur cette news
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire lors d'une conférence de presse sur le lait infantile contaminé à la salmonelle, le 11 janvier 2018 à Paris
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire lors d'une conférence de presse sur le lait infantile contaminé à la salmonelle, le 11 janvier 2018 à Paris ( ERIC PIERMONT / AFP )

L'Etat, jusqu'à son sommet, a exigé jeudi des explications sur la commercialisation par plusieurs distributeurs de produits Lactalis qui auraient dû être retirés de la vente à la suite d'une contamination à la salmonelle, dénonçant un "dysfonctionnement majeur" et menaçant de sanctions.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a convoqué les représentants de la grande distribution à Bercy jeudi à 18H30, et la direction de Lactalis vendredi. Cette dernière devait, en préambule, donner une conférence de presse jeudi soir.

Ces convocations ont été lancées sur ordre de l'Elysée, a déclaré depuis un mini-sommet européen à Rome Emmanuel Macron, qui a averti que "si des sanctions doivent être prises, elles seront prises".

"L'Etat s'est (...) substitué à une entreprise défaillante dont je rappelle qu'elle est la seule responsable de la qualité et de la sécurité des produits mis sur le marché", a dénoncé M. Le Maire lors d'un point de presse.

Il a ainsi rappelé avoir dû signer lui-même le 9 décembre un arrêté demandant la suspension de la commercialisation des laits infantiles et le rappel de 600 lots, soit 11.000 tonnes de produits, dont 7.000 destinées au marché français.

Plusieurs grands distributeurs ont révélé avoir vendu des produits issus de lots rappelés
Plusieurs grands distributeurs ont révélé avoir vendu des produits issus de lots rappelés ( Jacques DEMARTHON, Mychele DANIAU, Rémy GABALDA, Jean-Sebastien EVRARD, Damien MEYER, Eric PIERMONT / AFP )

Il a également annoncé 2.500 contrôles supplémentaires "dès la semaine prochaine" par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), une autorité qui dépend de Bercy et supervise notamment le rappel et le retrait de produits.

E.Leclerc a annoncé mardi qu'en dépit du rappel lancé en décembre à la suite de la découverte d'une contamination aux salmonelles dans l'usine Lactalis de Craon (Mayenne), 984 produits concernés avaient été vendus dans plusieurs de ses magasins.

Plusieurs grands distributeurs ont ensuite révélé avoir vendu des produits issus de lots rappelés: 434 bouteilles de lait infantile et de préparations à base de céréales pour Carrefour, 384 boîtes de lait pour Système U et 52 pour Auchan, 363 articles pour le groupe Casino (Casino, Géant, Franprix).

Lors des 2.500 contrôles déjà réalisés depuis le 26 décembre par la DGCCRF dans des supermarchés mais aussi dans des crèches ou des hôpitaux, "91 détenaient des boîtes de lait infantile Lactalis qui auraient dû être retirées", a précisé Bruno Le Maire. "Cette affaire est grave, elle a donné lieu à des comportements inacceptables qui devront être sanctionnés."

- Enquête pénale -

"Il y a une enquête pénale (...) qui doit permettre de voir quelles sont les responsabilités précises de chacun et avoir des sanctions", a rappelé sur franceinfo Christophe Castaner, délégué général de La République en marche.

L'usine du groupe Lactalis où ont été découvertes les salmonelles à Craon le 4 décembre 2017
L'usine du groupe Lactalis où ont été découvertes les salmonelles à Craon le 4 décembre 2017 ( DAMIEN MEYER / AFP/Archives )

"Je souhaite que chacun prenne ses responsabilités", a renchéri Bruno Le Maire: "l'Etat a pris les siennes à toutes les étapes de cette affaire, la grande distribution prendra sans doute les siennes ce soir, je souhaite que Lactalis prenne à son tour les siennes."

"Il y a eu d'abord une défaillance de l'entreprise, de la grande distribution, il y a eu aussi peut-être une défaillance de l'Etat", a jugé de son côté sur RTL l'ex-candidat PS à la présidentielle, Benoît Hamon, déplorant une réduction des effectifs de la DGCCRF. "Une mauvaise polémique", lui a répondu Bruno Le Maire, affirmant qu'il y avait "en 2013 2.940 agents à la DGCCRF, il y en a à l'heure où je vous parle 2.944".

Deux députés, Geoffroy Didier (secrétaire général délégué LR) et Clémentine Autain (LFI), ont réclamé la création d'une commission d'enquête parlementaire.

"Cette chaîne alimentaire sur-industrialisée, hyper segmentée et financiarisée engendre de l’opacité aux dépens des consommateurs et des paysans", a dénoncé pour sa part la Confédération paysanne.

L'association de consommateurs CLCV a réclamé elle "plus de transparence et un renforcement des contrôles".

Le 21 décembre, Lactalis a procédé au rappel de l'ensemble des laits et autres produits infantiles élaborés dans son usine de Craon depuis février 2017, après la découverte d'une contamination aux salmonelles. La production a été arrêtée sur le site, dont 250 des 327 salariés sont en chômage partiel au moins jusqu'au 4 février, selon le groupe.

Au 9 janvier, Santé publique France avait recensé 35 nourrissons atteints de salmonellose et ayant consommé un lait ou un produit d'alimentation infantile de cette usine. Dix-huit nourrissons ont été hospitalisés, mais tous sont sortis de l'hôpital, selon la même source.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2018

Les marchés européens marquent une pause après deux séances consécutives de hausse sur fond de floraison de résultats d'entreprise. Ces derniers se sont révélés mitigés. Un commentaire qui…

Publié le 19/07/2018

Surfant sur l'effet Coupe du monde, la FDJ a signé des partenariats avec 4 grands clubs français : l'Olympique de Marseille, l'Olympique Lyonnais,...

Publié le 19/07/2018

Premier vol du BelugaXL

Publié le 19/07/2018

Un service de mobilité électrique free-floating à Paris et dans sa périphérie

Publié le 19/07/2018

La durée d'hydrolise du PET encore diminuée...