En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 826.0
-1.29 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 054.71
-2.21 %
6 607.11
-2.38 %
1.130
-0.47 %

La voiture, "de moins en moins un objet de fantasme"

| AFP | 325 | Aucun vote sur cette news
L'équipement en automobiles continue de progresser dans le monde malgré l'essor des nouvelles mobilités, mais la voiture devient moins un objet de fantasme
L'équipement en automobiles continue de progresser dans le monde malgré l'essor des nouvelles mobilités, mais la voiture devient moins un objet de fantasme ( Silas Stein / dpa/AFP/Archives )

L'équipement en automobiles continue de progresser dans le monde malgré l'essor des nouvelles mobilités, mais la voiture devient moins un objet de fantasme, estime Jean-François Doulet, maître de conférences à l'Ecole d'urbanisme de Paris, spécialiste des mobilités et auteur de Atlas de l'automobile (Ed. Autrement).

QUESTION : Les jeunes n'achètent plus de voitures neuves et l'automobile est concurrencée par de nouveaux modes de mobilité... Est-ce le début de la fin de la civilisation automobile?

REPONSE : "Il est impossible de dire que c'est la fin de la voiture, même dans les pays riches. De plus en plus de ménages possèdent une automobile. Aux Etats-Unis, en Europe, les jeunes sont plus équipés qu'avant, les pauvres aussi, grâce au développement du marché de l'occasion. Cependant, l'achat statutaire est devenu moins important, la voiture est de moins en moins objet de fantasme et de plus en plus de l'ordre du quotidien.

On a tendance à survaloriser les mutations, certes très profondes et très intéressantes, qui s'effectuent dans le centre des grandes métropoles mondiales. Les habitants de Paris intra-muros, par exemple, ont des comportements d'achats et de mobilités totalement atypiques qui ne ressemblent à rien de ce qu'on peut voir dans le reste de la France y compris dans la périphérie de Paris. Depuis le début des années 1970 et les premières études sur le sujet, le taux d'équipement des ménages parisiens en automobiles a toujours été deux ou trois fois inférieur à celui des autres Franciliens. On retrouve le même phénomène à New York".

Q: La concentration de la population dans les grandes métropoles est-elle donc de mauvais augure pour l'avenir de l'automobile?

R: "Des cadres du centre-ville de Paris décident de ne plus avoir de voiture et de faire de la location. Ce qui est important pour eux ce n'est pas de montrer qu'ils ont pu acheter une belle voiture, mais que grâce à la mobilité ils ont voyagé, ils sont cultivés, ouverts sur le monde.

Mais les populations des grandes métropoles se concentrent dans les périphéries, pas dans les centre-villes. Qu'on aille à Rabat, au Caire, à Shanghaï, à Jakarta, ou ailleurs, on a de la périurbanisation, avec un mode de vie qui est très voiture. En banlieue parisienne, les taux d'équipement en automobiles sont comparables au monde rural. La métropole génère de la mobilité et le monde urbain n'est pas anti-voiture. Cela peut apparaître comme un paradoxe, mais ça n'en est pas un, les grandes métropoles sont des territoires très hétérogènes".

Q: Pourquoi voit-on toujours plus de 4X4 (SUV) et de modèles suréquipés?

R: "La classe moyenne des Trente glorieuses s'était construite entre autres sur la valorisation symbolique de la voiture. A l'époque, l'accès à la propriété, l'accumulation de signes extérieurs de richesse étaient des éléments de statut social extrêmement importants, comme aujourd'hui dans les pays émergents. Chez nous, ça l'est largement moins désormais. Mais nos sociétés sont plus complexes, les classes moyennes plus disparates sur les systèmes de valeurs, entre ceux qui sont prêts à délaisser la voiture pour aller vers les services de mobilité, ceux qui la voient juste comme un moyen de transport et ceux qui pensent qu'elle est encore un élément de prestige.

Le statut n'a donc pas disparu et est incarné par le SUV, devenu la référence des classes moyennes partout dans le monde. Le SUV représente une réaction à la crise, à la peur de déclassement, c'est le cocon sécuritaire confortable qui permet de se dire: +finalement, je ne suis pas en train de dégringoler l'échelle sociale+. Il y a aussi un phénomène de consommation hédoniste: dépenser dans la voiture c'est se donner un peu de plaisir dans une société stressée".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 13/12/2018

En réponse à la demande adressée aux entreprises par le Président de la République française pour soutenir le pouvoir d'achat, Michelin va attribuer...

Publié le 11/12/2018

Les constructeurs automobiles américains sont attendus en hausse car la Chine s’apprêterait à réduire ses droits de douanes sur les voitures venant des Etats-Unis, affirme Bloomberg citant des…

Publié le 11/12/2018

"Le Drugstore Publicis a fait l'objet de dégradations importantes lors de chaque manifestation qui s'est déroulée sur les Champs-Élysées. Nous les condamnons"...

Publié le 10/12/2018

Emmanuel Macron à l'ELysée, le 10 décembre 2018 ( LUDOVIC MARIN / POOL/AFP )Les salariés au niveau du Smic vont percevoir une hausse de 100 euros par mois "sans qu'il en coûte rien à leur…

Publié le 10/12/2018

Les bureaux de Google à New York, le 1er novembre 2018 ( Bryan R. Smith / AFP/Archives )Google+, la tentative malheureuse de Google de fonder un réseau social concurrent de Facebook, sera…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...