En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 796.91 PTS
-0.29 %
4 796.50
-0.29 %
SBF 120 PTS
3 822.30
-0.27 %
DAX PTS
10 871.15
-0.55 %
Dowjones PTS
24 207.16
+0.59 %
6 668.56
+0.00 %
1.140
+0.04 %

La voiture autonome, une révolution prête à chambouler le secteur de l'assurance

| AFP | 451 | Aucun vote sur cette news
Une voiture autonome à Leuven le 2 mai 2018
Une voiture autonome à Leuven le 2 mai 2018 ( THIERRY ROGE / Belga/AFP/Archives )

Avec l'avènement attendu des voitures autonomes, les accidents routiers sont appelés à se raréfier. L'assurance automobile serait-elle bientôt bonne pour la casse? Rien n'est moins sûr, clament assureurs et experts, selon qui cette révolution ouvre de nouvelles routes.

"L'impact promet d'être fort, mais très progressif, car les véhicules autonomes vont mettre beaucoup de temps à s'imposer", explique à l'AFP Arnaud Aymé, consultant transport de Sia Partners.

Cela étant, "les assureurs doivent se préparer dès maintenant, l'assurance automobile va changer de modèle commercial", plaide cet expert.

La commercialisation à grande échelle de voitures capables de se passer définitivement de conducteur reste un horizon lointain, peut-être même inaccessible, selon certains experts.

Une autonomie élargie dans certaines conditions pourrait toutefois devenir monnaie courante d'ici quelques années. La France a autorisé les tests de véhicules autonomes sans conducteur sur l'ensemble de son territoire dès 2019.

Bourrées de capteurs, capables d'anticiper de multiples risques en circulation et de réagir à la vitesse de l'éclair -soit bien plus rapidement qu'un humain- les voitures autonomes portent la promesse d'une baisse des accidents routiers.

"D'ici à 2025, le pourcentage de voitures sur la route équipées de systèmes avancés d'aide à la conduite devrait passer d'un peu plus de 10% en 2015 à près de 40%. Et avec le développement des véhicules autonomes, les accidents pourraient diminuer de moitié d'ici à 2030", affirme le cabinet Oliver Wyman.

- Nouvelles situation d'accident -

Mais "il y aura toujours des accidents, le rôle des assureurs va encore avoir du sens", précise Christophe Sabadel, chef produit auto et mobilité de l'assureur mutualiste Maif.

A court terme, la cohabitation de véhicules semi-autonomes ou autonomes avec le reste de la circulation pourrait augmenter le nombre de sinistres: "ces nouvelles technologies vont créer des situations sur la route auxquelles les autres conducteurs ne sont pas habitués, ce qui pourrait générer des nouvelles situations d'accident", ajoute-t-il.

Le premier robot-taxi au monde, l
Le premier robot-taxi au monde, l"'Autonom Cab", attendu dans les rues de Lyon en fin d'année, photographié le 23 avril 2018 dans l'usine de son fabricant Navya, près de Lyon. ( JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP )

En outre, si une part importante des accidents est due à des erreurs de conduite ou à une mauvaise réaction des conducteurs, les voitures autonomes resteront soumises aux aléas de la météo, des chutes d'objets ou des ruptures mécaniques et informatiques.

Gare alors aux dégâts: "le coût des sinistres va fortement augmenter. Il y a quelques années, un pare-brise pouvait coûter quelques dizaines d'euros à remplacer. Aujourd'hui avec tous les capteurs inclus, on est à plusieurs centaines d'euros", fait valoir Julien Fursat, responsable de l'offre dommage au sein d'Axa.

Conséquence, "on ne s'attend pas du tout à une baisse des primes individuelles à court terme, ce pourrait même être l'inverse", sur fond aussi de montée en puissance de nouveaux risques liés à la cyber-sécurité, ajoute l'assureur.

Le modèle de distribution des produits d'assurances n'en sera pas moins bouleversé, la fiabilité des technologies prenant progressivement le pas sur les comportement humain dans l'origine des sinistres.

- Changer de modèle de distribution -

"Les assureurs vont petit à petit chercher à assurer le véhicule plutôt que le conducteur, selon François Nédey, directeur technique chez Allianz France. "Or, vous rentrez souvent en relation avec un nouveau client par l'automobile. Cela pose un problème de modèle et de développement de la relation client pour les assureurs."

En parallèle, les particuliers propriétaires de leur véhicule pourraient devenir de moins en moins nombreux, sous l'effet entre autres du renchérissement des coûts et du développement de l'autopartage.

D'immenses flottes de voitures seraient alors détenues par les constructeurs automobiles eux-mêmes ou des sociétés de location.

"Le modèle d'assurance va se tourner vers les entreprises plutôt que vers les particuliers", anticipe Arnaud Aymé, de Sia Partners. "Les petits assureurs risquent toutefois de ne pas avoir les moyens de faire des contrats avec de gros constructeurs, on peut donc imaginer qu'il y ait un phénomène de concentration".

"On peut aussi imaginer qu'il y ait moins de véhicules à l'avenir que de actuellement. Le chiffre d'affaires des assureurs est susceptible de reculer. Pour s'en sortir, les compagnies devront proposer de nouveaux services", estime encore M. Aymé.

Le secteur pourra toutefois profiter de la démultiplication des responsabilités lors de sinistres: constructeurs, équipementiers, opérateurs de plate-forme, intelligence artificielle, etc. Autant d'acteurs qui auront besoin d'assurance.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2019

Airbus a annoncé hier soir le début des travaux de construction de la chaîne d’assemblage A220 aux États-Unis. Cette chaîne d’assemblage permettra de répondre à la demande des États-Unis…

Publié le 17/01/2019

Le titre se retourne à la baisse après un nouvel échec sous sa moyenne mobile à 50 séances, négativement orientée, tandis que le RSI repasse sous les 50. Sous 20.44 euros, une poursuite de la…

Publié le 17/01/2019

Argan vient de publier des résultats en nette hausse pour son exercice 2018. Ainsi, la foncière spécialisée en développement et location d’entrepôts premium a dévoilé un résultat net de…

Publié le 17/01/2019

La page Carlos Ghosn devrait bientôt être tournée chez Renault. Bruno Le Maire a annoncé hier soir sur LCI que le gouvernement français avait lancé le processus destiné à remplacer le PDG de…

Publié le 17/01/2019

Hier soir, la biotech française Nanobiotix a révélé son intention de s'introduire à la Bourse de New York. Elle a soumis, confidentiellement un projet de document d'enregistrement (Form F-1)…